Blog ou blogue

Accueil • Début
 

 

le 22 juin 2005

blog ou blogue

Frustré

 

Alors que depuis novembre 2004 le nombre de weblogs, communément appelé blog, dans le monde est passé de 5 millions à 11,5 millions dont 3 millions en France, l’Office Québécois de la langue française a changé le nom de blog en blogue. Voici ce qu’il dit : « Le terme blogue, forme francisée de blog, a été proposé par sur le modèle de bogue, pour remplacer les termes anglais weblog (de web et log « journal, carnet ») et blog, très employés en français. »..

 

Je ne suis pas en accord avec l’Office qui change des mots qui ne sont pas français par des mots qui ne le sont pas non plus. Il a inventé de toute pièce le mot courriel, employé seulement au Québec, alors qu’il aurait pu laisser aller le mot mel, dérivé de malle électronique, qui résonne comme mail et que beaucoup de français utilisent, ou email comme tout le monde sur la planète. Mais non, au Québec on est à cheval pour protéger la langue française et, en son nom, des mots bâtards sont inventés afin de montrer que la langue française est vivante et doit être respectée. On se rappelle le ridicule qui l’a couvert lorsqu’il a proposé le mot « hambourgeois » pour remplacer le mot « hamburger ».

 

Nous vivons dans un monde où la globalisation est la règle et l’Office doit être réaliste et en tenir compte. Que l’on demande à un parlant français d’Hong Kong de nous envoyer un courriel, il ne comprendra pas, car pour lui c’est un email. Il en sera de même pour un Algérien, un Tunisien, un Marocain, un Haïtien, un Sénégalais et tous les autres qui ne sont pas de notre patelin. Nous les Québécois ne vivons plus dans une colonie entourée de fortifications. Nous sommes un petit nombre et nous voulons et devons communiquer avec les habitants du monde. Alors pourquoi ne pas employer pour l'Internet des mots utilisés par tous. Il est temps que l’on arrête de se regarder le nombril !

 

De plus, il me semble que l'Office pourrait coordonner ses efforts avec l'Académie française avant d'imposer aux Québécois de nouveaux mots qui ne sont même pas utilisés en France. 

 

Je crois essentiel que les Québécois apprennent à bien parler et à écrire la langue française afin de pouvoir clairement exprimer leurs idées par la parole ou l’écriture. Si j’en juge par la langue parlée que j’entends à la télé et à la radio, je crois que nous avons un long chemin à parcourir pour atteindre l’objectif que je viens de mentionner. L'Office de la langue française devrait collaborer à cet effort. J'espère qu’il cessera d'être zélé, de perdre son temps et de nous compliquer la vie avec des mots que personne n’utilise sur la planète.

Claude Dupras