Dehors le minus habens !

Accueil • Début
 

mercredi 14 décembre 2005

Dehors le minus habens !

Frustré

 

L’ambassadeur des USA au Canada a dénoncé aujourd’hui, dans un discours devant le Canadian Club d’Ottawa, les critiques canadiennes sur certaines prises de positions de son pays. À l’entendre, de telles critiques peuvent nuire aux échanges entre nos deux pays dans l’avenir. Belle menace!

 

Ce que monsieur l’ambassadeur ne comprend pas, c’est que ce ne sont pas les Américains que nous critiquons, mais les politiques de son président Bush. D’ailleurs nous ne sommes pas seuls puisque les critiques viennent de tous les coins de la planète. Et cela s’exprime clairement lorsqu'on constate comment le monde entier accueille l’ex président Clinton à bras ouvert alors qu'il dénonce et refuse de voir le président Bush. Jamais, un président n’a autant nui à la crédibilité de ce grand pays que nous aimons.

 

Les deux critiques qui ont émergées de la campagne électorale touchent la question du réchauffement de la planète suite à la décision de Bush de ne pas respecter le protocole de Kyoto; et à l’affaire du bois d’œuvre découlant de l'imposition de taxe sur le bois canadien, par Bush, afin de protéger les producteurs américains. Dans un premier temps, le « plan d’action de Montréal » qui a été adopté à la grande conférence des Nations Unies sur le réchauffement est venu corriger la situation et le discours tenu par le PM Martin a été salué comme un discours historique. Quant au bois d’œuvre, le Canada a gagné sur toute la ligne devant les tribunaux et a perdu 5 milliards de dollars, qu’il réclame maintenant aux USA. Bush vante les mérites du libre-échange alors qu'il n'en respecte pas les modalités.

 

J’ai hâte que le mandat de Bush se termine et que l’on se débarrasse de ce minus habens. J’espère que le prochain président des USA aura l’allure de Clinton ou même de celle du père Bush.

 

Claude Dupras