Jennifer Chang, interprète de gu zheng

Accueil
 

 

 

 

L'artiste et l'interprète séduisante

7

L'exotisme de l’Orient enveloppe subitement le public lorsque Jennifer Chang et sa gu zheng, cithare chinoise de 21 cordes, entrent en scène. 

Jennifer a étudié la musique traditionnelle chinoise et la performance gu zheng avec de grands maîtres en Chine. En tant que soliste gu zheng, elle est en demande partout dans le monde en tant que professeur et interprète. En plus de soliste au Japon, Corée, Taiwan, et Hong Kong, elle a joué comme soliste devant l'Empereur du Japon et l'ancien président Bill Clinton. 

Depuis son arrivée aux États-Unis en 2001, elle été appelée a joué comme soliste, ente autres, avec : 

. L’Orchestre symphonique et l’orchestre de chambre de Raleigh, avec qui elle a offert en primeur des œuvres telles que "Voix de l'Asie et du Pacifique", "Créatures - Scènes & Contes de fées", "Autour du monde," et " Rêve Chinois - tradition et de la technologie 

. "Pendant la saison 2007, Mme Chang a été sélectionnée en tant que soliste pour jouer "Les amoureux de papillons", l’œuvre du compositeur chinois Il Zhanhao, avec l’orchestre symphonique de la Caroline du Nord sous la direction du maestro Grant Llewellyn. Sa performance a été saluée comme «l'un des concerts les plus agréables de la saison" par le critique Roy C. Dicks du journal Raleigh News and Observer.  

. En 2007, pour une première fois, Jennifer proposa l’apport de la gu zheng dans un ballet de l’Ouest américain au "Festival Ballet," créé par Robert Weiss, directeur artistique du Ballet de la Caroline. Ce fut un grand succès.

 

Le gu zheng

 

En chinois traditionnel : 古箏. est un instrument de musique à cordes pincées traditionnel chinois de la famille des cithares sur table, dont les plus anciennes traces datent du IIIe siècle avant notre ère. Gu signifie ancien et zhēng veut dire cithare.

Selon une légende, il y avait un roi qui avait deux filles très douées qui adoraient jouer de cet instrument. Il est arrivé un temps où le roi devient trop vieux et eut envie de passer cet instrument à l'une d’elles. Cependant, ses deux filles voulaient l’avoir. Le roi devint vraiment triste de n’avoir qu'un seul instrument, et pour finir, désespéré, il décida de couper cet instrument en deux. Une avait douze cordes et l’autre treize. À sa grande surprise, le nouvel instrument avait des sons doux et encore plus beaux que l’original. Le roi, tout content, donna un nouveau nom à ce nouvel instrument : « zheng ».

Le guz heng ressemble à de nombreux instruments asiatiques comme le koto japonais, le kayagum coréen ou encore le dàn tranh vietnamien.  On retrouve également ce type d'instrument au cœur de l'Asie centrale avec le zhetygen au Kazakhstan.

Les plus anciennes traces de cet instrument en Chine datent date de -771.

Il comporte généralement 21 cordes placées sur 21 chevalets mobiles utilisés pour accorder l'instrument; le nombre de cordes diffère selon le type de zheng (certains ont plus d'une trentaine de cordes).

Alors que la main droite pince les cordes avec un plectre (une sorte de ruban adhésif spécial permet de faire tenir les plectres aux doigts), la main gauche touche les cordes afin de produire non seulement la hauteur voulue, mais aussi une multitude de timbres.

À l'origine, le zheng se jouait au sein d'ensembles de musique de cour. Depuis le XIX siècle, c'est devenu un instrument soliste, son répertoire s'est étendu et sa technique est devenue plus complexe. Il existe aujourd'hui plusieurs écoles de guz heng notamment aux États-Unis.

 

L'ambassadrice

La séduisante Mademoiselle Chang a été sans aucun doute l'ambassadrice idéale pour assurer que cette musique étrangère et défendue devienne convivial et accessible, affirma Paul D. Williams du CVNC. 

. En 2011, avec l'Orchestre de la Nouvelle Angleterre, Jennifer et le violoniste Hsiao-mei Ku performèrent la première mondiale de "Sons distants", de Mark Kuss, un concerto pour violon et gu zheng. Ce projet a eu un impact important dans le monde de la musique puisque ce fut le premier ouvrage écrit pour violon et gu zheng assistés par un orchestre occidental et démontrant que la combinaison d'instruments n'a apparemment pas d'histoire active.

http://youtu.be/9caMYeiAw6c

. En 2011, Jennifer a obtenu un mandat d'agir comme directeur musical de la "RTP Chinese Music Ensemble Instrument", et elle a dirigé performances remarquables à des galas du Nouvel An chinois dans le Triangle et et à Charlotte, une série de concerts annuels sont à l'Université de la Caroline du Nord., etc....

http://youtu.be/8Sugkq_Qimg

http://youtu.be/GxbKJQv83w

 

L'éducatrice

Jennifer est une éducatrice exceptionnellement douée. À l'école et à des concerts communautaires, elle enseigne en utilisant la langue chinoise. Elle utilise des dessins de façon rapide sur un tableau blanc pour raconter des histoires très dramatiques sur des guerres, des dragons et des héros qui seront ensuite entendus dans sa musique. Elle amène ses auditeurs, son public, dans l'histoire et le folklore de la Chine en stimulant leur imagination et en réussissant à susciter une réaction spontanée de leur part".

- Anna Wilson

"J'ai travaillé avec Jennifer Chang sur un certain nombre de projets au cours des dernières années et je connais son exécution comme soliste en récital ainsi qu'en concert avec l'Orchestre symphonique de Caroline du Nord. Elle affiche un sens inné pour son instrument et est une interprète convaincante pour une grande variété de genres musicaux. Le sien est un instrument exotique et une musique mondiale pour une oreille éduquée à l'occidentale et je ne vois pas de meilleur ambassadeur du gu zheng sur nos scènes. Elle a, sur scène, une présence merveilleuse et une manière qui invite l'auditeur à s'engager et à partager part dans sa riche culture musicale qui est de plus en plus disponiblesur la scène mondiale. Je prévois certainement lui donner toutes les chances dans ma sphère d'influence et encourage les présentateurs, promoteurs et autres orchestres à faire de même. Le monde de la musique est en effet mondiale aujourd'hui et nos institutions musicales ne peuvent être qu'enrichies en collaborant avec des artistes comme Jennifer Chang. Je vous la recommande vivement. Cordialement".

- Grant Llewellyn, Directeur musical de l'orchestre symphonique de la Caroline du Nord, principal conducteur de la Société Handel and Haydn et conducteur-associé de la BBC National Orchestra of Wales.