jeudi 27 juillet 2006   
Notre « goodwill » fond
En colère


Suite à l’attaque par les forces israéliennes du poste d’observation de l’ONU durant laquelle quatre soldats onusiens ont perdu la vie dont un Canadien, le PM Harper, contrairement à tous chefs des autres pays, s’est empressé de défendre Israël et de blâmer l’ONU d’avoir maintenu son poste d’observation ouvert durant le conflit dans le sud-Liban.

Il me semble que la chose à faire était de réclamer une enquête neutre immédiate pour vraiment savoir ce qui est arrivé, d’autant plus que les responsables du poste d’observation avaient maintes fois (on dit plus de 10 fois) avisé Israël que les bombardements approchaient de leur position qui était isolé et loin des habitations. De plus, ce n’est pas une bombe perdue qui a détruit ce poste mais il a été pilonné. 

Israël qualifie son action de bavure. Peut être. Kofi Annan, le secrétaire général de l’ONU, a dénoncé la situation et a laissé entendre que tout indiquait que le geste semblait planifié. Peut être. Il est important de bien connaître les circonstances qui ont mené à cette action meurtrière. Quelle est la vérité ? Et comment Harper peut-il prendre ouvertement une position à priori qui défend Israël. Il ne rend pas service au Canada. Il entache encore la position de neutralité et de justice que le Canada a toujours défendue sur la scène internationale. Je ne le comprends pas et je ne sais pas où il veut en venir.

Je sais cependant qu’il nuit à la réputation des Canadiens et met en péril le respect universel dont nous bénéficions à l’étranger et que nous avons tous perçu lors de nos voyages. J’ai personnellement découvert qu’en disant simplement le mot « Canada » le sourire apparaissait sur les visages de mes interlocuteurs et m’aidait dans mes périples sur des terres étrangères. Par contre, j’ai aussi souvent rencontré des Américains, qui sont généralement mal vus, porter sur leur veste un écusson représentant le drapeau canadien pour pouvoir bénéficier de la sympathie qui nous est normalement réservée. Allons-nous perdre ces expressions d’amour parce que notre PM s’amuse à jouer au cow-boy en politique internationale ? J’espère que non. Il a fait une superbe campagne électorale et proposé des politiques sensées parce qu’il s’est bien préparé. Malheureusement, il est clair qu’il n’a pas porté la même attention à ses politiques internationales. Il est temps qu’il se ressaisisse. Le maintien de notre « goodwill » en dépend.

Claude Dupras