L'envoûtante Écosse

Accueil • Début • L'envoûtante Écosse... suite 1 • L'envoûtante Écosse... suite 2 • L'envoûtante Écosse... suite 3 • L'envoûtante Écosse... suite 4 • L'envoûtante Écosse... les photos
 

 

 

 

L’Écosse

L'Écosse est l'une des quatre nations constitutives du Royaume-Uni. Jusqu'à l'Acte d'Union de 1707, l'Écosse était une nation indépendante. Les parlements anglais et écossais furent dissous et remplacés par un unique parlement pour toute la Grande-Bretagne qui utilisa les bâtiments et le système institutionnel de l'ancien parlement anglais. Les couronnes écossaises et anglaises furent réunies. En 1801, l'Irlande fut à son tour intégrée au Royaume-Uni.

La géographie

Les « Highlands », hautes terres du nord, ont des reliefs d'une altitude supérieure à 800 m. Dans le nord-ouest, les monts de Ross et les North West Highlands étirent de lourdes croupes cristallines, d'où émergent des arêtes de roches dures, généralement des quartzites. Le long des lignes de failles s'enfoncent de profondes vallées en auge, les « straths », ou les « glens », plus étroites ; elles sont plus longues à l'est qu'à l'ouest, en raison de la dissymétrie générale du relief.

Les « Lowlands », basses-terres du Centre, sont un compartiment effondré formant un isthme étroit et bas. La fertilité du sol, la faiblesse du relief, la facilité du passage d'une mer à l'autre et, surtout, la présence d'un vaste et puissant gisement houiller ont fait des Lowlands le cœur de l'Écosse.

Dans le sud, les « Southern Uplands », dont l'altitude s'échelonne entre 300 et 800 m, constituent une réplique atténuée des Highlands.

L'Écosse, très avancée vers le Nord est fortement exposée aux vents d'ouest, a un climat hyperocéanique, frais, pluvieux, peu lumineux, aux violentes tempêtes d'hiver. Les précipitations annuelles atteignent 2 100 mm sur les sommets écossais et la lande couvre d'immenses surfaces sur les plateaux.

Depuis l'union des deux royaumes d'Écosse et d'Angleterre (1707), la population n'a cessé de migrer des Highlands et des plateaux du Sud vers la dépression centrale. Les densités sont très faibles dans les Highlands tandis que les Lowlands regroupent plus de 80 % des Écossais.

L’économie

L’agriculture écossaise tire la majorité de ses revenus des cultures céréalières. Cependant les très grands espaces des Highlands sont le domaine de l'élevage extensif dans de grandes propriétés nobiliaires. Les Lowlands offrent un riche paysage bocager où se succèdent champs de céréales et prairies artificielles où les rendements sont très élevés.

La pêche a conservé le plus souvent une structure artisanale ; elle donne vie à quelques ports de la côte occidentale et au seul grand port de la côte orientale, Aberdeen, qui concentre la production de poissons séchés et salés. S'y ajoute la production, notable de l'aquaculture.

L'industrie a fondé la richesse écossaise des Lowlands au XIXe siècle. Puis, la reconversion industrielle devenant incontournable, elle s'est appuyée sur l'amélioration des voies de communication. À côté des établissements traditionnels de la métallurgie et de la construction automobile, s'est créée la « Silicon Glen » où plusieurs centaines d'entreprises, majoritairement japonaises et américaines, dans les secteurs de l'électronique et des semi-conducteurs, se sont installées.

L'économie écossaise a connu une relance grâce à l'exploitation des hydrocarbures sous-marins de la mer du Nord.

Le secteur tertiaire s'appuie sur les deux grandes villes que sont Édimbourg et Glasgow.

Les systèmes politique et juridique

Jusqu'en 1999, l'Écosse n'a pas eu de législation spécifiquement nationale, malgré diverses tentatives au cours des ans d'implanter durablement une sorte de « Home Rule ». Le Parlement écossais fut créé suite au « Scotland Act » de 1998 du Parlement britannique. Cet acte définit les sujets du ressort de Westminster, tels la Défense, les Affaires étrangères, les politiques fiscales et économiques, ou encore les législations sur les stupéfiants et l'audiovisuel. Les lois écossaises se différencient principalement des lois anglaises et nord-irlandaises dans les domaines du patrimoine, du droit pénal, de la fiducie, de l'héritage, du système de preuves et du droit de la famille. La majorité civile est fixée à 16 ans, contre 18 ans en Angleterre, et les jurys comptent habituellement 15 membres au lieu de 12. Le droit commercial et le droit fiscal sont en revanche peu différents.

Tous les quatre ans, un scrutin proportionnel permet d'élire les 129 députés siégeant au Parlement écossais.

L'Écosse possède un système juridique mixte unique en Europe, basé sur la double base du droit civil dans la lignée du code de Justinien et de la « Common law » médiéval. Le système écossais est comparable notamment au système sud-africain.

Depuis l'Acte d'Union, la législature est partagée avec le reste du Royaume-Uni. Si le système législatif écossais est fondamentalement différent des systèmes gallois et anglais, il fut néanmoins influencé par ce dernier. Depuis le traité de Rome en 1957, le droit européen a fait son entrée sur la scène écossaise, entre autres avec la convention européenne des Droits de l'Homme.

Le Parlement a aussi le pouvoir de modifier légèrement l'impôt. Les mouvements séparatistes, voire indépendantistes, bénéficient d'une forte audience.

 

 

 

Le drapeau écossais

La culture écossaise se démarque de celles des autres nations du Royaume-Uni par un certain nombre de particularités. Elle a en effet moins subi l'influence latine des envahisseurs romains, mais a été davantage influencée par les cultures scandinave et irlandaise du Moyen Âge, à cause des envahisseurs successifs. Les rébellions jacobites ont marqué un tournant dans l'histoire culturelle écossaise, en inaugurant un rapprochement d'envergure avec l'Angleterre, au sein du Royaume-Uni.

L'Écosse, en tant que nation, dispose ainsi de symboles qui lui sont propres, tels son drapeau, le Saltire, ou encore le chardon mais ne dispose pas d'un hymne national. Celui du Royaume-Uni « God save the Queen » étant le seul reconnu officiellement. La fête nationale le 30 novembre est le « Saint Andrew's Day ».

La religion

État de tradition chrétienne, l'Écosse est à majorité protestante, l'Église d'Écosse en étant le mouvement principal. Le catholicisme, second en nombre de fidèles, est particulièrement implanté dans les îles de l'ouest de l'Écosse, où il a survécu à la Réforme. Les mouvements récents d'immigration ont introduit l'islam, aux côtés des religions asiatiques. Près de 30% de la population se déclare sans religion.

Les langues et la littérature

Les diverses influences ayant baigné l'Écosse se traduisent également dans une pluralité de langues. Deux sont officielles, l'anglais et le gaélique écossais. Le « scots », langue germanique proche de l'anglais, est l'idiome régional des « Lowlands », au sud du pays.  

La littérature écossaise est riche en écrivains, mais deux lui sont particulièrement associés, Robert Burns et Walter Scott. Si Burns s'est illustré par sa poésie, Scott a été l'un des fondateurs du roman historique. De nombreux poètes ont également marqué l'histoire littéraire écossaise. Le mouvement de la Renaissance écossaise, au début du XXe siècle, a marqué un regain d'intérêt des écrivains pour leur héritage culturel propre.

Au plan de la philosophie, les Lumières écossaises, au XVIIIe siècle, ont développé une science de l'Homme, avec des penseurs comme David Hume, Francis Hutcheson et Adam Smith, qui continuent d'influencer la pensée moderne.

La musique et la danse

La musique traditionnelle écossaise est rattachée aux musiques celtiques ; elle est en effet restée proche de la musique irlandaise, avec laquelle elle partage certains instruments, comme l’harpe celtique, la cornemuse, et le violon. Les airs joués couvrent un vaste répertoire, allant des complaintes traditionnelles aux musiques militaires ou d'inspiration religieuse, en passant par les airs de danse.

Les danses traditionnelles écossaises peuvent se répartir en trois grands groupes. Le « country » et le  « céilidh » sont des danses de société pratiquées par des couples disposés en sets. Les danses des Highlands se pratiquent elles en solo ; cette forme de danse a évolué dans le contexte des jeux des Highlands, qui sont accompagnés la musique de la cornemuse.

Les beaux-arts

L'architecture écossaise a été marquée, depuis le classicisme, par l'influence de grandes figures de l'architecture telles que Robert Adam et William Henry Playfair, pour le style néoclassique, ou encore Charles Rennie Mackintosh et la Glasgow School de l'Art nouveau. Certains styles architecturaux ont émergé en Écosse, comme le « Scottish baronial », et lui sont restés propres. L'architecture traditionnelle est centrée sur les modèles de la « black house », dans les Highlands, et de la « maison-tour », dont sont issus nombre de châteaux écossais.

Si l'art écossais remonte à l'époque picte, avec notamment les pierres pictes sculptées et si le Moyen Âge a été caractérisé par le développement d'un art chrétien, ce n'est pas avant la période des Lumières que l'art s'est véritablement développé en Écosse. Le XVIIIe siècle a ainsi vu l'apparition de peintres de renommée européenne tels Allan Ramsay et Henry Raeburn. La Royal Scottish Academy of Art fut fondée au début du XIXe siècle, alors que l'impressionnisme et l'Art nouveau étaient en gestation.

La mythologie

La mythologie écossaise découle de la plus large mythologie celtique, les légendes du cycle d'Ulster et du cycle fenian ayant été reprises et réadaptées à différentes époques par les bardes et poètes écossais. Certaines figures du folklore populaire sont en revanche particulières au pays, comme les « each uisge », chevaux maléfiques hantant les lochs (lacs) ; la « banshee », messagère de l'au-delà, et « brownies », malicieux génies du foyer.

 

L'envoûtante Écosse... suite 1