la 79ième promotion de Polytechnique

Accueil • Début
 

vendredi 19 août 2005

la 79ième promotion de Polytechnique

Radieux

 

Je fêtais hier soir, avec mes confrères, le 50ième anniversaire de notre promotion de l’École Polytechnique de Montréal. Que le temps passe vite...

 

Nous étions 106 diplômés, le 28 mai 1955, lorsque la Corporation des Ingénieurs Professionnels de Québec nous remit un diplôme nous conférant le droit de pratiquer comme ingénieur dans la province. Le 3 juin, à l’amphithéâtre de l’université de Montréal, nous recevions des mains du chancelier de l’université, le cardinal Paul-Émile Léger, un diplôme de Bachelier en Sciences Appliqués et celui de l’École Polytechnique nous déclarant dignes du grade d’Ingénieur et nous en conférant le diplôme.

 

Au moment de notre arrivée sur le marché du génie, le Québec était à l’aube de grands changements avec la révolution tranquille de 1960 qui s'annonçait. Les emplois étaient nombreux et les opportunités encore plus grandes.

 

Le rôle de notre promotion devint très important dans le développement du génie-conseil au Québec. En effet, dix-sept de nos ingénieurs fondèrent, dès 1958, de nouvelles firmes d’ingénieurs conseils. Plusieurs existent encore en 2005 et sont parmi les plus importantes.  Au total, plus du tiers des diplômés de notre promotion remplirent des postes importants au sein de firmes d’ingénieurs conseils du Québec. D’innombrables autres oeuvrèrent dans des compagnies connexes au génie conseil et collaborèrent étroitement au travail de leurs confrères.

 

Ce fut la première grande vague d’ingénieurs liés si étroitement au génie-conseil québécois et la plus importante. Nous lui avons donné une dimension et une capacité pour produire de grands et d’innombrables projets dans tous les domaines du génie qui avant étaient réservés à d’autres. Par la qualité de la réalisation des projets que nous avons entrepris au Canada et à l’étranger, nous avons contribué à donner au génie conseil québécois sa crédibilité, ce qui lui a permis son expansion. Nous avons agi avec éthique et professionnalisme. C’est, à mon humble avis, une des plus importantes contributions au développement du génie-conseil québécois.

 

De plus, nous étions présents à la création de l’Association des Ingénieurs Conseils du Québec qui contribue depuis à la saine croissance du génie-conseil au Québec. Trois de nos confrères ont servi comme son président : Ce sont : Claude F. Lefebvre, Lucien Dupuis et Jean H. Ouimet.

 

Ceux qui n’étaient pas rattachés au génie conseil servirent brillamment dans les domaines privé et public pour les grandes entreprises, les industries, les institutions gouvernementales, les villes, les gouvernements et à l’étranger. Par leurs actions, ils valorisèrent la profession dans ces milieux, là où elle n’était pas toujours reconnue.

 

Ce fut un grand plaisir de revoir mes confrères qui ont bien servi la nation et de constater qu’ils vivent maintenant une belle retraite bien méritée.

 

Claude Dupras