La mairie de montréal, une belle bataille en perspective

Accueil • Début
 

lundi 29 août 2005

la mairie de Montréal, une belle bataille en perspective

Confiant


Aujourd'hui, j'ai entendu les premiers échos de la prochaine campagne électorale de Montréal. Que ça passe vite 4 ans !  En effet, les Montréalais sont appelés aux urnes le 6 novembre prochain. La campagne débutera officiellement le 23 septembre prochain et promet d’être une des plus contestées, des plus serrées et des plus intéressantes depuis plusieurs années. Le maire sortant Gérald Tremblay fera face à l’ancien maire Pierre Bourque qui a dirigé Montréal pour deux mandats (7 ans). Défait à la dernière élection par Tremblay lors de l’élection précipitée pour la création de la nouvelle ville de Montréal suite à la fusion forcée de toutes les villes de l’île de Montréal, Bourque avait alors obtenu une majorité importante dans le territoire de l’ex ville de Montréal, alors que son adversaire le dépassait en raflant les votes des citoyens des villes annexées. Ce fut une défaite amère pour Bourque puisqu’il avait été le premier à proposer la fusion. Les anti-fusionnistes ne lui ont pas pardonnés.

 

Bourque a été un haut fonctionnaire exceptionnel à la Ville de Montréal et a, entre autres, dirigé avec brio le Jardin Botanique de Montréal, crée les Floralies de Montréal et la Biosphère. Il a bien dirigé et administré Montréal, l’a gardée propre et fleurie et la rendue plus compétitive face aux villes de banlieue en diminuant les taxes foncières. Les Montréalais satisfaits de ses services, l’exprimèrent en lui donnant une belle majorité.

 

Tremblay, avocat, MBA de l’université d’Harvard, débuta sa carrière professionnelle en s’occupant du redressement d’entreprises et devient président de la Société de Développement du Québec. Remarqué par le PM Bourassa, il est élu député du comté d’Outremont àMontréal et nommé ministre de l’Industrie, du Commerce... À sa sortie de la politique, il remplit d’autres postes importants avant de  devenir, en 2001, le candidat à la mairie d’un parti nouveau politique. Élu, il se dédie totalement au travail de regroupement et d’orientation de la nouvelle ville de Montréal. Il voit ses efforts brisés par des référendums, décrétés par le gouvernement de Québec, qui permettent à plusieurs villes annexées de se défusionner de Montréal. Son grand coup est la récupération des Championnats Mondiaux des Sports Aquatiques que Montréal s’était vue enlever. Ils furent un grand succès nonobstant un déficit de 4 millions de dollars.

 

Le vote de Tremblay à la mairie est venu surtout des villes annexées et particulièrement de celles qui depuis se sont défusionnées où il avait obtenu jusqu’à 80% des suffrages. La réputation de Tremblay comme maire est bonne. Le passé de Bourque est bon. Le pattern des électeurs a changé. Rien n’est gagné, rien n’est perdu pour l’un ou l’autre ce qui signifie que la campagne électorale devient très importante. Je prévois un vote serré.

 

Malgré les sarcasmes, les attaques basses et les surnoms,  "Géranium 1er" pour Bourque et  "nerd " pour Tremblay, les Montréalais ont le choix entre deux bons candidats et deux bonnes équipes. À eux de bien analyser la situation et d’élire le maire que Montréal mérite. Que le meilleur gagne !   

 

ClaudeDupras