La politique et l'Algérie

Accueil • Début
 

jeudi 6 octobre 2005

la politique et l'Algérie

Frustré


Dans un récent message à mon ami Mansour, je lui demandais son opinion sur le régime du président Bouteflika en Algérie. Voici sa réponse :

 

Claude,

 

Tout d’abord, je n’ai aucune source d'information concernant les intentions réelles de Bouteflika. Mais je connais tout de même un peu la vie politique en Algérie pour te dire qu'il ne s'intéresse qu’à lui même. Tout d'abord il faut dire qu'il est totalement inculte dans le domaine économique. Ce qui est pire encore c'est qu'il est complètement insensible aux souffrances de son peuple.

 

Tous les régimes passés ont essayé de maintenir un semblant d'équilibre régional. Ce n'est pas le cas de cet individu. Il s'est entoure de son clan de l'ouest et surtout du Maroc, dès le départ. Tu me diras que Bouteflika a désigné un Kabyle pour être chef de gouvernement. Mais il faut savoir que ce poste n'est en fait qu'honorifique et l'individu est un Kabyle de service, comme on disait du temps de la colonisation, vomi a travers toute la Kabylie. 

 

Mais le plus grand désastre que Bouteflika a infligé se situe au niveau politique. Tu m'as demandé pourquoi l'opinion publique ne se révolte pas contre ce régime. Mais est-ce que les Irakiens du temps de Saddam avaient en fait la possibilité de se révolter contre le monstre de Saddam. Il en est de même aujourd'hui en Algérie. Bouteflika, en l'espace de 6 ans, a réussi à installer un régime dictatorial. Les soit-disant partis politiques d'opposition sont la création de son régime et aujourd'hui plus que jamais à sa solde. Les journalistes opposés au régime sont en prison.

 

Moi qui ai vécu toute la guerre de libération du début jusqu'à la fin et qui a vu le courage et la détermination du peuple algérien durant toute cette période, je suis désarçonné par le comportement de mon peuple d'aujourd'hui. Je n'arrive pas à comprendre comment nous ne pouvons trouver des chefs politiques capables non seulement de dénoncer le régime actuel mais de nous proposer un programme pour l'avenir qui s'accorde avec les aspirations de la très grande majorité du peuple algérien. Celui-ci est fatigué de ses dirigeants politiques depuis l'indépendance et ne mérite vraiment pas la classe politique qu'il a, aujourd'hui en particulier

 

Comment expliquer ce naufrage d'une très grande révolution, qui après tout a permis la libération de tout le continent africain. Aucun autre pays du monde n'a fait autant pour la libération du continent africain que l'Algérie, avant et même après son indépendance.

 

A mon avis les forces vraiment révolutionnaires algériennes ont été piégées par un mouvement moyen-oriental nommé le Baath. Dès la première année de l'indépendance, le Baath a occupé la citadelle de l'éducation suite à l'exode des enseignants français en 1962. Du jour au lendemain l'Algérie s'est trouvée avec 30,000 enseignants en moins. Ben Bella a profité de cette occasion pour nous ramener des milliers d'enseignants de la Syrie en particulier et de l'Égypte, tous évidemment membres du mouvement Baathiste.

 

Depuis le système éducatif algérien a été dominé par cette tendance arabo-islamique. Aujourd'hui plus de la moitie de la population algérienne a été formée dans ces écoles, dominées par les valeurs socioculturelles du Moyen-Orient, que nous n'avions pas auparavant même dans les écoles privées arabes. Voilà le grand drame de l'Algérie. Et je me demande si elle peut vraiment se ressaisir et reprendre le chemin de la révolution culturelle qu'elle avait empruntée avant de se soulever contre le colonialisme français. A mon avis, et c'est vraiment un aveu que je déteste faire, l'avenir de l'Algérie dépendra enfin de compte de l'avenir du reste du monde arabe, et malheureusement l'Algérie n'a pas aujourd'hui la possibilité qu'elle avait durant les années 70 d'influer sur l'avenir de ce monde si mystérieux.

 

Mansour

 

Merci Mansour, de cet exposé qui nous fait mieux comprendre la situation actuelle de ton pays et son avenir.

 

Claude Dupras