La reconnaissance en politique

Accueil • Début
 

mercredi 9 novembre 2005

la reconnaissance en politique

Heureux

 

Le maire de Montréal Gérald Tremblay vient de remporter une belle victoire pour sa réélection.

 

Je lui souhaite bonne chance et d’obtenir l’appui constant des Montréalais et des Montréalaises, durant ce deuxième mandat, afin que notre ville devienne, ce qu’elle doit être, la métropole du Canada où il fait bon vivre, travailler et élever des enfants

 

J'ai de la sympathie pour son opposant Pierre Bourque qui a essuyé une grande défaite. Il a été un grand fonctionnaire de la ville, a réalisé de grandes choses comme le Biodôme avant d’être élu à la mairie. Il a été un bon maire. Il a particulièrement réussi à diminuer les taxes municipales durant son mandat à la mairie et améliorer ainsi la compétitivité de Montréal face aux villes de banlieues.

 

Je pense aussi à son prédécesseur le maire Jean Doré, que j’opposais comme chef du parti Civique à sa première élection en 1986 et qui fut réélu en 1990. Il a été totalement balayé durant sa dernière campagne électorale et s’est réveillé avec des dettes incroyables.

 

Le maire Tremblay ne devrait pas oublier les défaites écrasantes et amères de ses prédécesseurs car elles démontrent qu’il n’y a pas de reconnaissance en politique, et qu’un jour….

 

Claude Dupras

 

Ps. Jean Drapeau, le créateur du Montréal moderne, le créateur d’Expo 67 et de la XXIième Olympiade fut maire durant 30 ans. C’est l’exception qui confirme la règle.