lundi 20 mars 2006   
le jeu ne vaut pas la chandelle
Frustré


 

Je suis de près tous les matchs de la série World Baseball Classic. Nous sommes en finale et le Japon fera face à Cuba. Depuis le début, j’appuie Cuba et je ne suis pas surpris qu’il soit de la finale. Ils m’ont rappelé ce qu’est le vrai baseball, un jeu de « frappe et court ». Un jeu comme il existait dans les ligues majeures en 1968 lorsque les Expos de Montréal sont entrés dans les grande ligues. C’était le temps du diminutif Pee Wee Reese, l’exceptionnel arrêt-court des Dodgers de Brooklyn. Un jeu qui nous passionnait même si notre club flânait au dernier rang. Un jeu de finesse, de vitesse, de discipline, d’audace et d’intelligence.

 

Malheureusement, il est devenu un jeu de frappeurs. Ce qui compte aujourd’hui ce sont les sluggers, comme disent les Américains. Il faut être gros, pas nécessairement en bonne forme physique mais être capable de frapper loin et souvent pour compter des points.

 

Le jeu exceptionnel des Cubains est devenu un art, selon un commentateur américain de la dernière partie contre les Dominicains. Il a raison. Ce jeu magnifique ouvre les yeux à beaucoup d’amateurs et les propriétaires subiront sûrement des pressions pour modifier la qualité de jeu de leurs clubs puisqu’il est maintenant clair que le champion de leur « série mondiale » n’est pas le vrai champion du monde. De plus, j’espère que les entraîneurs physiques qui transforment ces joueurs en géants supposément pour améliorer la qualité de leur jeu, comprendront enfin que ce n’est pas dans ces exercices exagérés et les gros muscles que se trouve la qualité du jeu.

 

Je n’ai pu voir un match des Japonais. Tout ce que je sais c’est qu’ils ont deux joueurs des majeures dans leur club et que les autres joueurs sont petits, minces et en bonne forme. Tout comme les Cubains. Le match Cuba-Japon de ce soir devrait être excellent et une autre preuve que c’est dans les petits pots que l’on trouve les meilleurs onguents.

 

Claude Dupras

 

ps.  Aujourd’hui, je n’achèterais plus de billets de saison comme j’ai fait pendant plus de 20 ans avec les Expos. La qualité du baseball majeur s’est gâtée et il n’est plus le meilleur au monde. Le jeu ne vaut pas la chandelle.