Le début de la fin

Accueil • Début
 

Lundi 12 décembre 2005

le début de la fin

Surpris

 

Le maire de Montréal, Gérald Tremblay, vient de faire une gaffe qui le suivra longtemps. Aussitôt élu, il nie une promesse, faite il y a à peine quelques semaines en période électorale, de ne pas augmenter les taxes. En effet, son premier geste de retour à l’administration de la ville est de les hausser. Près de 80% des payeurs de taxes seront affectés.

 

Le maire justifie sa décision en prétextant que la ville a besoin de ces argents additionnels pour boucher « les nids de poule » du printemps des rues de Montréal. Cette décision est aussi inopportune qu’inutile puisque le maire n’avait qu’à trouver dans le budget de la ville les argents nécessaires. Il ne peut surtout pas prétendre avoir été surpris par la situation financière de la ville, puisqu’il est maire depuis 4 ans, et qu’il y avait sûrement durant ces années un budget pour de telles réparations.

 

En s’expliquant, il s’est ridiculisé en disant que les finances serrées de la ville le forcent à prioriser ses promesses électorales et qu’il a dû décider, par conséquent, de ne pas en respecter plusieurs. Comme si on peut promettre n’importe quoi en période électorale, alors que l’on sait d’avance que ce n’est pas possible, puisque qu’une fois élu on se donne la liberté de renier les promesses que l’on veut. C’est la première fois que j’entends une telle explication. 

 

Et après, on se demande pourquoi les citoyens ont si peu de respect pour ceux qui les dirigent. Tremblay ne semble pas comprendre qu’il n’est pas le maire de St-Ephrem-des-Meu-Meu mais celui de la métropole du Canada, une des villes les plus importantes en Amérique et la deuxième (ou troisième) ville française du monde. Ses paroles et gestes sont suivis, pesés et analysés et touchent les électeurs de tous les niveaux de gouvernement. Voila pourquoi il a nui considérablement à la crédibilité des politiciens par sa décision irresponsable.

 

Comment Tremblay pourra-t-il se présenter à la prochaine élection municipale et présenter un programme politique qui est en somme un catalogue de promesses ? Qui le croira ? J’ai l’impression que nous venons d’être témoin du début des problèmes politiques de Gérald Tremblay. Est-ce le début de la fin de sa carrière politique ?

 

Jean Drapeau a été maire durant 30 ans. Il a toujours respecté sa parole et « livré la marchandise ». Il était crédible. C’est la base de la réussite en politique.

 

 

Claude Dupras