Le milieu des affaires et la politique

Accueil • Début
 

 

 

Mardi, 11 juin 2013

Le milieu des affaires et la politique

On dit que la politique et les affaires ne vont pas ensemble, que diriger une ville n’est pas comme diriger une grande entreprise. Il y a du vrai dans ces affirmations. Pourtant le milliardaire Michael Bloomberg a été élu et réélu maire de New York et, selon l’avis de tous les observateurs, il fait une job du tonnerre.

À Montréal, le monde des affaires recherche un candidat à la mairie pour l’élection de novembre prochain. Il lève le nez sur les candidats actuels, particulièrement sur Denis Coderre, trop populiste à son goût. Comme si se réclamer du peuple, de ses aspirations profondes et de sa défense contre les torts qu’il subit est inacceptable. Peut-être pour certains individus du monde des affaires qui ne comprennent rien aux préoccupations de tous les Montréalais, mais pas pour un gars qui a toujours démontré sa sensibilité envers ses concitoyens comme l’était jadis l’ex-« p’tit gars de Ste-Marie », le célèbre maire Camilien Houde.

Certains, plus politiques, veulent un maire à tendance séparatiste alors que d’autres le veulent fédéraliste. Ils oublient que diriger et administrer la ville de Montréal n’a rien à voir avec les aspirations nationales des Québécois et Québécoises. Dans le passé, certains ont accusé Jean Drapeau d’être un nationaliste farouche et pour d’autres, il était un fédéraliste convaincu. En aucun moment, durant les 30 ans qu’il a été maire, pouvons-nous lui reprocher d’avoir poser un geste favorisant un côté au détriment l’autre. Il était un homme cultivé, visionnaire, dynamique, persuasif, travailleur et un super ambassadeur pour Montréal. L’Expo, les JO de 1976, le métro et la ville souterraine ne sont que quelques-unes de ses réalisations qui ont fait de Montréal une ville moderne. C’est le type de maire dont a besoin aujourd’hui.

En fait, les arguments pour ou contre un candidat du milieu des affaires ou d’un populiste ou d’un fédéraliste ou d’un séparatiste ne tiennent pas.

Montréal traverse une période difficile, particulièrement en rapport avec un observation rigoureuse de la justice et de la morale dans les faits et gestes de son administration. La commission Charbonneau qui enquête sur la construction a démasqué une série de combinaisons malhonnêtes entre hauts fonctionnaires, ingénieurs municipaux, entrepreneurs de construction, ingénieurs-conseils et personnages politiques. Manque d’éthique professionnelle, magouille, tricherie, vol, crime organisé…. tout y a passé. Une vraie honte.

Le prochain maire doit donc être solide, fort, irréprochable tout en étant un très bon administrateur afin que Montréal puisse corriger son tir et assurer que son développement futur soit bien fait. Face à une telle situation, il ne pourra, de toute évidence, être seul. La qualité des membres de son équipe devient donc de prime importance, plus qu’à la normale. Ce sont tous ces individus qu’il nous faudra regarder, analyser, peser, sous-peser et apprécier. Le candidat à la mairie fera-t-il (elle) un bon maire pour le Montréal d’aujourd’hui et de demain ? A-t-il (elle) avec lui (elle) l’équipe capable de l’aider à sortir Montréal du bourbier dans lequel il est enlisé ? Peuvent-ils ensemble propulser Montréal vers l’avenir qui doit être le sien, soit celle d’une grande métropole bien administrée qui progresse et où il fait bon vivre ?

À ce jour, Louise Harel, Richard Bergeron, Denis Coderre sont sur les rangs pour la mairie. D’autres noms circulent et viennent particulièrement du milieu des affaires, tels Mélanie Roy et Marcel Coté. Mélanie Roy est inconnue des Montréalaises et Montréalais. Quant à Marcel Coté, il est peu connu de la population malgré qu’il, depuis plus de 40 ans, dirige avec succès SECOR, son cabinet indépendant de services-conseils en gestion stratégique du Canada. Ses conseils ont toujours été fort appréciés par des personnages politiques de toutes allégeances. Sa réputation professionnelle est solide.

A mon avis, Côté pourrait faire un bon maire. Mais peut-il être élu ? Voilà la question. La politique étant un commerce d’images et d’illusions, saura-t-il comment s’y prendre en période électorale pour atteindre le cœur des électeurs montréalais. Une politique ABC (Anyone But Coderre), comme se plait à répéter le milieu des affaires, ne sera pas suffisante. Sur ce point, j’ai l’impression que Denis Coderre a une bonne marge d’avance.

Il y a aussi la question nationale. Une bonne partie de la population de l’est de Montréal est à tendance séparatiste et ce vote est crucial pour assurer l’élection. Les fortes positions fédéralistes exprimées par Côté dans le passé ne peuvent plaire à ces électeurs, nonobstant toutes ses qualités. Pour réussir, il devra trouver un appui fort et sérieux dans ce milieu sous la forme d’un candidat important et acceptable à qui il aura assuré un haut poste dans son administration. La rumeur veut que Louise Harel, ex-ministre péquiste et chef de Vision Montréal, pourrait jouer ce rôle. En date d’aujourd’hui, elle nie vouloir se plier à une telle combine. Si n’est pas elle, ce devra être une autre personne. C’est possible, mais pas facile.

Quant au fait que Coderre soit un ancien député fédéraliste, il s’en tire relativement bien auprès des péquistes puisque ses qualités de populiste atténuent beaucoup les sentiments anti-fédéralistes contre lui. Mais pour lui aussi la partie n’est pas gagnée.

La prochaine élection municipale de Montréal s’avère très intéressante. À suivre…

 

Claude Dupras