Le traité de Versailles est bafoué

Accueil • Début
 

 

 

 

Le traité de Versailles est bafoué

Comme tout le monde, Charles-Émile sait depuis longtemps que les conditions du traité de Versailles ne plaisent pas à Hitler. Mais il est quand même surpris et inquiet de voir, en mars 1935, Hitler dénoncer le traité, annoncer le réarmement du pays et créer une nouvelle armée de 36 divisions et de 550 milles hommes. Le Führer fait le pari que la France, aux prises avec de sérieux problèmes politiques internes et l’Angleterre, en pleine crise économique, ne réagiront pas. Il a raison. Les alliés de la 1ère guerre mondiale ne rechignent pas, sauf pour quelques échanges diplomatiques. Hitler l’emporte.

Charles-Émile et Antoinette ont de la difficulté à comprendre qu’Hitler puisse en même temps reconstituer une armée très puissante et rassurer le monde sur ses bonnes intentions. Le 21 mai 1935, ils l’entendent affirmer : « que le sang qui a coulé sur l’Europe au cours des trois cents dernières années n’est aucunement proportionnel aux résultats nationaux des évènements ! En fin de compte, la France est demeurée la France, l’Allemagne, l’Allemagne, la Pologne, la Pologne et l’Italie, l’Italie… ». Ils l’entendent répéter sur toutes les tribunes son désir de paix, son amour pour la paix. Le discours est rassurant. Mais ce qu’ils ne savent pas et personne ne le sait, c’est qu’Hitler ment.

Un an a passé depuis son premier défi. Le 7 mars 1936, il récidive et ordonne à trois bataillons allemands de traverser le Rhin et d’occuper la zone démilitarisée s’étendant jusqu’à la France. Il annonce qu’il restaure la souveraineté du Reich sur cette zone allemande. C’est une autre grossière violation du traité de Versailles. L’Angleterre et la France ne bronchent pas, le Canada non plus. Plus tard, Hitler admet privément : « Ces 48 heures de marche dans la zone du Rhin furent les plus énervantes de ma vie. Si les Français avaient résisté et avancé dans la zone, j’aurais dû retirer nos troupes la queue entre les jambes, car nos ressources militaires étaient totalement inadéquates pour faire face même à une résistance minimale ». Cette victoire procure au Führer un niveau de popularité sans précédent, tel qu’en font foi toutes les images provenant d’Allemagne à l’époque. Antoinette et Charles-Émile voient, au cinéma, les foules en délire. Ils comprennent bien que la situation s’aggrave et que l’avenir s’assombrit.
 

table des matières                                                                                          en haut  suite...