Le vin français

Accueil • Début
 

dimanche 18 septembre 2005

le vin français

Confiant


Les vignobles de France sont en pleine vendanges. La récolte des raisins destinée aux vins va bon train et l’année s’annonce relativement bonne pour le nord de la France, moins pour le sud.

 

J’ai fait la vendange de mon petit vignoble, jeudi dernier, et la récolte fut excellente grâce à une climatologie calme et des raisins excellents. Le niveau d’alcool a frisé les 14,1 degrés. Malgré les pluies diluviennes et les violents orages du 6 et 7 septembre dernier dans le Gard, les communes de notre coin de terre, qui portent depuis 2004 l’appellation Signargues pour leurs côtes-du-rhône villages, semblent avoir été épargnées. Alors que l’on aurait pu s’attendre à une diminution du potentiel alcoolique puisque la vigne a tendance à stocker l’eau, il n’en fut rien pour nous.

 

La partie nord de la France qui a connu de très bonnes conditions météorologiques prévoit des vendanges prometteuses car les raisins abondent. On dit même que « toutes les conditions sont réunies pour un grand millésime ». Mais le problème de ces vignerons se trouve du côté de leurs caves où les stocks débordent. On les fixe à 18% de plus par rapport à l’an dernier. C’est pourquoi l’Institut National des Appellations d’Origine a limité sévèrement les rendements. Ce sont les propriétaires de petites propriétés qui sont les plus touchés par ces limites et ils se sont exprimés violemment la semaine dernière, à Mâcon, à cause de leurs effets déstabilisateurs.

 

Le challenge des vignerons de France réside dans la nouvelle compétition des dernières années par plusieurs nouveaux pays producteurs de vins au monde. Au Québec, on sait comment les vins de l’Afrique du Sud, des pays de l’est de l’Europe, de l’Amérique du sud et même des USA ont grandi en popularité à cause de leur qualité surprenante et des prix bas qui les accompagnent. On n’a qu’à constater ce qui se passe sur les tablettes des magasins de la Société des Alcools du Québec pour comprendre la part grandissante du marché de ces nouveaux produits. Et ce n'est pas fini, car la Chine commence à produire ses propres vins. C’est la France qui est le plus directement touchée par cette nouvelle vogue. Ce n’est pas la qualité de ses vins qui est en jeu. Elle est exceptionnelle et même ceux qui ne l’étaient pas le sont devenus suite aux nouvelles installations modernes de vinification que les vignerons ont installées et aux conseils des œnologues qu’ils ont décidé de suivre. C’est le marketing et évidemment le prix qui blessent. J’espère que la France trouvera des solutions car il ne faut pas l’oublier : les vins français demeurent toujours les meilleurs du monde.

 

En attentant, je trinque à votre bonne santé… avec un bon côtes-du-rhône.

 

Claude Dupras