Canada

Pour voir les tableaux, cliquez sur l’image ou sur le nom du peintre

  • Canada »
  • LĂ©garĂ©, Joseph

Le premier peintre de paysage québécois Joseph Légaré est né à Québec en 1795. Il est un artiste autodidacte, un collectionneur d’art et un homme politique qui peint des scènes religieuses et profanes durant toute sa carrière. Il est aussi connu pour les premières représentations d’événements culturels d’importance et de tableaux des Premières Nations. "Par sa sensibilité aux idées nouvelles et par son implication dans les événements de son époque, le peintre québécois Joseph Légaré occupe une place exceptionnelle dans l’histoire de l’art canadien ancien." John R. Porter Légaré achète plusieurs tableaux de la collection de l’abbé Desjardins et un vaste assortiment de toiles européennes envoyées à Québec de France à l’époque de la Révolution française. Leur sujet surtout religieux et leur style technique plaisent au jeune artiste, et ses premières œuvres consistent surtout en de grandes copies de ces tableaux pour les églises et les ordres religieux. Il achète plusieurs autres collections qu’il copie et, en 1833, ouvre une première galerie d’art à Québec où il présente sa collection personnelle de toiles et de gravures européennes. Contrairement à plusieurs de ses contemporains, qui choisissent surtout des sujets et des portraits religieux, Légaré peint des paysages. Il les incorpore dans ses natures mortes, comme Nature morte aux raisins (1826) et dans ses tableaux Le martyre des Pères Brébeuf et Lalemant (v. 1843), Les fiançailles d’une jeune Indienne (v. 1844) et La bataille de Sainte-Foy (v. 1854). Légaré participe activement à la vie politique de la ville de Québec et du Bas-Canada. Solide partisan de Louis Joseph Papineau, il est arrêté et mis en prison brièvement durant la Rébellion de 1837. Il est membre de nombreux conseils et comités de la ville de Québec. Il est membre du conseil de la santé durant l’épidémie de choléra qui ravage la ville en 1832. Dans Le choléra, Québec (v. 1832), il représente la tragédie de l’épidémie dévastatrice par des personnages à l’avant-plan illuminé par l’arrière d’un éclairage dramatique par une pleine lune suspendue dans le ciel obscur et menaçant. Légaré n’obtient pas de succès commercial durant sa vie et ses tableaux sont souvent rejetés en raison de ses associations politiques. Toutefois, son travail est exposé en 1838 et 1852. Quelques mois avant sa mort, en 1855, Légaré est nommé à l’Assemblée nationale du Québec à titre de conseiller.