Canada

Pour voir les tableaux, cliquez sur l’image ou sur le nom du peintre

La peintre canadienne Emily Carr naît le 13 décembre 1871 à Victoria en Colombie Britannique. Elle fait partie des artistes les plus reconnues du Canada. Ses peintures ont pour thèmes principaux les forêts de sa région et l'art totémique des Premières Nations. Emily Carr part en France en 1910 avec sa sœur Alice afin d'y apprendre la peinture. Elle s'inscrit à l'académie Colarossi à Paris. Durant l'été 1911, elle s'inscrit à ses cours de Phelan Gibb et s'installe à Crécy en Brie, auprès de lui. Elle y réalisera de nombreuses toiles, aujourd'hui dispersées dans des collections particulières et des musées canadiens. De retour au Canada en 1912, elle conçoit un projet ambitieux : faire une collection de peintures et de mâts totémiques de la côte nord-ouest dont les territoires ont été occupés par des colons en 1886 suite à la construction du chemin de fer. En 1912, elle fait un grand voyage parmi les Kwakwaka'wakw, les Haida et les Tsimshian et réalise deux cents toiles et esquisses pour faire connaitre l'héritage et les traditions des Autochtones. Avant-gardiste, elle n'a que très peu de succès, et gagne sa vie autrement. Sa carrière reprend en 1927, alors que la Galerie nationale du Canada s'intéressait à l'art traditionnel des Autochtones. Emily Carr participe alors à une exposition présentée à Ottawa, Toronto, et Montréal. Elle fait apparaitre des liens entre l'art autochtone et celui des peintres modernes du Canada, menés par le groupe des Sept, pour établir un patrimoine national. Après 1932, elle s'ouvre à la stylisation de l'art autochtone et au pinceau fluide de l'art chinois. Elle reste fidèle, néanmoins, à la vision de Lawren Harris, chef du groupe des Sept : la peinture de paysage est destinée à donner un sens d'identité nationale aux Canadiens, et que ce sens comprend une certaine spiritualité. Elle décède le 2 mars 1945 à Victoria, Colombie-Britannique