Canada

Pour voir les tableaux, cliquez sur l’image ou sur le nom du peintre

La peintre montréalaise Ethel Seath nait le 5 février 1879 et commence sa vie professionnelle dans le domaine des arts commerciaux. Elle est illustratrice pour d'importants journaux, dont le Witness et The Montréal Star. Seule femme dans un milieu réservé aux hommes, sa présence est due à sa ténacité. On l'a dit conservatrice et réservée, on pourrait croire que cette attitude cache une volonté et une adaptabilité qui lui permettent de s'intégrer à l'équipe d'artistes journalistiques du milieu montréalais pendant vingt ans. Des qualités qui lui permettent aussi de devenir un professeur respecté par de nombreuses artistes que sont certaines de ses étudiantes, et de poursuivre simultanément des études à l'Association d'Art de Montréal (AAM). Elle quitte sans regret le monde de l'illustration pour devenir professeur d'art et ce, pendant 45 ans, à l'école privée The Study School. De 1917 à 1962, année de sa retraite, elle développe avec Margaret Gascogne une méthodologie d'enseignement des arts, basée sur la créativité présente en chaque enfant. À la même période, Ethel quitte le monochrome pour s'adonner à la couleur. Passée maître du dessin par le biais de son ancienne profession, l'expérimentation des couleurs lui donne l'opportunité de laisser aller son imagination. Les lignes s'arrondissent, les couleurs sont contrastantes, peu à peu son style devient plus libre, plus 'abstrait', et fera sa marque de commerce. Elle se rend en de multiples occasions à Knowlton, Québec. La « Grande Octogonale », tout en représentant bien le style d'Ethel Seath, est probablement un témoignage de ces visites estivales. Outre ces escapades estriennes, elle partage plusieurs moments avec ses consœurs du Beaver Hall, soit pour pratiquer ou exposer son travail artistique, dans différentes régions du Canada. Cette survivante d'une période victorienne rigide sait s'adapter au monde artistique en changement. Malgré ses nombreuses préoccupations familiales, elle persévère dans un domaine peu ouvert aux femmes, et encore moins celles d'origine modeste. Heureusement pour nous, et pour toutes les personnes qui l'ont côtoyé, sa ténacité nous a permis d'apprécier son immense talent et la rencontre d'une femme exceptionnelle. Ethel Steath décède le 10 avril 1963.