Canada

Pour voir les tableaux, cliquez sur l’image ou sur le nom du peintre

Le peintre canadien Robert Harris nait dans le Pays de Galles en Grande Bretagne. Peintre, aquarelliste, illustrateur et poète, troisième d’une famille de neuf enfants, il vit sur la ferme qu’exploite son père avant d’immigrer avec sa famille à Charlottetown, à l’Île du-Prince-Édouard en 1856 alors qu’il a 7 ans. Comme il est passionné du dessin, Il suit des cours d'art et de peinture à Boston en 1873 où il découvre l’art du portrait à la Slade School of Fine Art de Londres, à Paris avec Léon Bonnat et à Rome, avant de s'installer finalement à Montréal. Il réalise des illustrations pour des publications de Boston, d’Halifax, de Montréal et de Toronto. En 1880, il croque les prisonniers accusés des meurtres sordides de cinq membres d’une famille d’immigrant irlandais, « les Donnellys ». En 1883, il est choisi pour réaliser le très célèbre tableau « Les pères de la Confédération », œuvre qui est détruite lors de l’incendie qui dévaste les édifices du Parlement, à Ottawa, en 1916. Cette œuvre fait de lui le plus important portraitiste du Canada. Il est également un membre fondateur de l'Académie royale des arts du Canada dont il est président de 1893 à 1906. Plusieurs de ses œuvres sont conservées au Centre des arts de la Confédération à Charlottetown, dans l'Île-du-Prince-Édouard. Son tableau, « A Meeting of the School Trustees », un de mes grands préférés, de la pionnière en éducation Kate Henderson a fait l'objet d'un timbre en 1980. Il immortalise la confrontation de la jeune femme avec les hommes siégeant au conseil scolaire de Long Creek, à l’Ile du-Prince-Édouard, pour les persuader de ses méthodes pédagogiques modernes. Robert Harris est le frère de l'architecte William Critchlow Harris et cousin de la peintre Kathleen Morris. Il épouse Elizabeth Putnam en 1885 à Montréal, lieu où il mourra le 27 février 1919.