Italie

Pour voir les tableaux, cliquez sur l’image.

Le peintre italien Sandro Botticelli, naît à Florence le 1er mars 1445. Il est l'un des peintres les plus importants de la Renaissance italienne et de l'histoire de l'art. Cadet de quatre frères, il grandit dans une famille modeste, son père Mariano Filipepi est tanneur. Il tient son surnom du nom du maître orfèvre chez qui il a été placé comme apprenti, Botticello.

Botticelli entre à l'âge de vingt ans dans l'atelier de Fra Filippo Lippi (entre 1464 et 1467), moine et peintre de Florence, auteur de peintures religieuses. Cet apprentissage de la gravure et de la ciselure influence la ligne de son dessin. Botticelli travaille beaucoup avec les artisans.

Il reçoit sa première commande publique en 1470 quand il ouvre son propre atelier. Il s'agit d'une allégorie pour le Tribunal de Commerce de Florence qui doit représenter la Force. Il compose en 1472 le diptyque des Épisodes de la vie de Judith, avec "La Découverte du cadavre d'Holopherne" dans le style du Pollaiolo, et "Le Retour de Judith à Béthulie", avec la sensibilité de Fra Filippo.

Devenu l'ami des philosophes néoplatoniciens, il réussit à rendre visible cette beauté qu'ils théorisent, en y rajoutant son interprétation personnelle du caractère mélancolique et contemplatif, qui le distingue des autres artistes de son temps.

Botticelli fréquente le cercle de la famille Médicis, ce qui lui offre protection et garantie de nombreuses commandes, comme "L'Adoration des mages" (celle de 1475), peinte pour la chapelle funéraire de Gaspare Zanobi del Lama, une œuvre dans laquelle il dépeint un cortège dans lequel il représente les membres de la famille Médicis.

À partir de 1481, Botticelli est appelé à Rome par le pape Sixte IV pour décorer la chapelle Sixtine d'illustrations des vies de Jésus et Moïse, sur les murs latéraux de la chapelle. La rivalité qui existe entre le pape, un Della Rovere, et les Médicis, ses mécènes, fait que son talent n'est pas reconnu. Il réalise trois grandes fresques dont "Les Épreuves de Moïse".

Il revient à Florence, mécontent de l'accueil réservé à ses fresques. Il peint "la villa Medicea di Castello" en 1482 et "La Naissance de Vénus" vers 1485, ses deux œuvres les plus connues. En 1497, le moine Savonarole et ses disciples élèvent le bûcher des Vanités. Des jeunes garçons passent de porte en porte pour collecter tous les objets liés à la corruption spirituelle : miroirs, cosmétiques, livres non religieux, jeux, robes, nus peints, etc.. . Ces objets sont brûlés sur le bûcher. Des chefs-d’œuvre de l’art florentin de la Renaissance ont ainsi disparus et les œuvres de Botticelli aussi. Il abandonne la peinture, et comme il ne possède aucune ressource, il tombe dans le plus grand embarras. À la fin de sa vie, il se trouve vieux et pauvre, de telle sorte que les Médicis pour lesquels il avait beaucoup travaillé, ne le soutiennent plus financièrement. Il meurt infirme et fortement diminué le 17 mai 1510 dans la maison de la Via della Porcellenna où il a travaillé toute sa vie. Son tombeau est situé dans l'église Ognissanti.