Norvège

Pour voir les tableaux, cliquez sur l’image.

Le peintre norvégien Erik Theodor Werenskiold naît le 11 février 1855 à Kongsvinger, en Norvège. Après des études classiques, il est un élève des sculpteurs Jules Middelthun et Axel Ender, avant de partir se former auprès de maîtres européens. Il s’inscrit à l'académie des Beaux-Arts de Munich de 1876 à 1880. Émerveillé par une exposition de toiles de peintres réalistes français, il gagne Paris où réside une petite communauté d'artistes norvégiens. L’essor artistique français fascine les artistes étrangers. Erik n'échappe pas à la règle. Il est jusqu'en 1883 l'élève du portraitite Léon Bonnat promu à l'académie. De 1883 à 1885, il passe ses étés en Norvège, à Gvarv, où il fait plusieurs représentations d'agriculteurs norvégiens dans le milieu rural et des portraits de personnes célèbres, Incité par son maître Bonnat, il expose des toiles au salon des artistes français, dont "La promenade favorite" et "Étude en 1882". Il réalise dans son atelier des portraits de personnalités. Mais dès qu'il atteint notoriété et aisance suffisante pour assurer sa subsistance, il brosse les portraits de ses compatriotes écrivains, artistes et musiciens ou se livre à la poursuite de satisfactions picturales. Les premières toiles réalisées en Norvège et en Allemagne sont sombres, empreintes d'une grave austérité que lui a inculquée l'école. Son séjour parisien lui permet de découvrir l'émancipation de la peinture moderne, c’est l'impressionnisme. Un enterrement paysan (ci-bas), révèle sa profonde mutation[]. Erik retourne à Paris entre 1888 et 1889 et découvre l'art moderne. Il admire Cézanne, Van Gogh… À l'automne 1889, il participe à la grande exposition impressionniste de Copenhague, avec Manet et Cézanne. Eric reçoit un premier grand-prix à l'exposition universelle de Paris en 1889. Sa peinture plus libérée dévoile une atmosphère marquée par sa vision impressionniste propre. Désormais, paysages et peintures de scènes urbaines ou de paysans accaparent son énergie créatrice de l'artiste[]. Sa production féconde est celle d'un peintre en quête de matière colorée qui se livre à un travail audacieux sur la matière et la couleur. Il suit aussi avec fascination la vague du fauvisme et du cubisme. Célèbre en Scandinavie, il anime avec intelligence les cercles artistiques et littéraires de son pays. Une partie de son œuvre est proche de celle de Carl Larsson qui est fasciné par le lyrisme et l'art moderne français. Erik Werenskiold est aussi une grande plume pour son art. Il fréquente la bohème littéraire et artistique de Norvège où son rôle est déterminant. C’est une voix des artistes peintres norvégiens de la fin des années 1880 à la fin de la première guerre mondiale. Il meurt le 23 novembre 1938 (à 83 ans) à Oslo.