Norvège

Pour voir les tableaux, cliquez sur l’image.

Le peintre et sculpteur danois Peder Severin Krøyer est né le 23 juillet 1851 à Stavanger en Norvège. Il est l'un des peintres de Skagen, une communauté d'artistes danois et nordiques qui vivent, se réunissent et travaillent à Skagen devenue ville picturale au Danemark, à la fin du 19e siècle. Affligée d'une profonde dépression, sa mère ne peut l’élever et l'identité de son père reste inconnue. Il est donc adopté, à l'âge de un an, par la soeur de sa mère, Berthe, et par son mari. La famille s'expatrie à Copenhague, où dès l’âge de 9 ans, Peter Severin Kroyer débute son éducation artistique à l'Institut Technique de la capitale danoise. Naturellement doué et talentueux, il intègré en 1864, à 13 ans, l'Académie Royale des Beaux Arts de Copenhague où il étudie sous la direction du portraitiste Frederik Vermehren (1823-1910) et suit les cours de l'Académie jusqu'en 1870, année où il y remporte le premier prix. Il débute en tant que peintre en 1871 à Charlottenborg avec un portrait d'un ami, le peintre Frans Schwartz. Il expose et exposera régulièrement à Charlottenborg durant toute sa vie. En 1874, le collectionneur Heinrich Hirschsprung achète une première peinture de Krøyer. Cet achat sera suivi de nombreux autres. Aujourd'hui, la collection d'art de Hirschsprung forme la base du musée de Hirschsprung à Copenhague. Entre 1877 et 1881, Krøyer voyage beaucoup en Europe. Il séjourne à Paris et étudie sous la direction de Léon Bonnat. Il subi l'influence des impressionnistes contemporains : Monet, Sisley, Degas, Renoir et Manet. Il poursuit ses voyages durant toute sa vie, puisant son inspiration des artistes et des cultures étrangères, et Hirschsprung l'aide financièrement pour ses périples. En 1882, de retour au Danemark, Krøyer peint des scènes de la vie locale et des portraits de personnalités de l'art de Skagen. Il aime cette ville avec laquelle il se sent intimement associé à la scène artistique et littéraire qui y prospère. Ils les peint dans plusieurs de ses œuvres, dont le tableau Hip, Hip, Hurrah! (musée des beaux-arts de Göteborg ) (ci-bas). Les couleurs claires, favorites des impressionnistes, les ombres bleutées, sont la quintescence des oeuvres de la dernière période de la vie de Kroyer. À Paris en 1888, il fréquente Marie Triepcke, qu'il avait connue à Copenhague et l'épouse le 23 juillet 1889 chez ses parents en Allemagne. Marie Krøyer, également artiste peintre, est devenue un membre de la communauté de Skagen. Ils se séparent en 1905. La cécité a atteint Peder et l'affecte graduellement jusqu'à ce qu'il perde totalement la vue. Il peint certains de ses derniers chefs-d'œuvre au moment où il est à moitié aveugle et plaisante en disant que la vue de son œil sain était devenue meilleure avec la perte de l'autre œil. Krøyer meurt le 21 novembre 1909, après plusieurs années de santé fragile découlant d'une syphilis avancée.