Russie

Pour voir les tableaux, cliquez sur l’image.

Le peintre russe d'art non-conformiste Mihail Chemiakin, naît le 4 mai 1943 à Moscou. D'origine ethnique circassienne, il est aussi scénographe, sculpteur, éditeur et un représentant controversé de la tradition de son art à Saint- Pétersbourg. Chemiakin est né dans une famille de militaires. Son père est un kabarde des montagnes du Caucase. À la mort de ses parents, il est adopté par un ami de son père, l'officier de l'armée blanche Piotr Chemiakin. Il reçoit l'un des premiers ordres de la bannière rouge à l'âge de treize ans et passe ses premières années en Allemagne orientale. Sa famille retourne en Union soviétique en 1957 où il étudie à l'école secondaire de l'art affilié à l'Institut Repin de peinture, sculpture et architecture de Leningrad. En 1961, il est soumis à un traitement psychiatrique forcé pour «guérir» ses vues qui ne sont pas conformes aux normes soviétiques. Plus tard, il obtient un poste à Musée de l'Ermitage. Avec ses collègues du musée, il organise une exposition en 1964, après quoi le directeur du musée est fusillé et tous les participants contraints de démissionner. En 1971, il est exilé de l'Union soviétique pour avoir omis de se conformer aux normes du réalisme socialiste. Il s'installe en France et publie Apollon-77, un almanach de l'art post-stalinienne, de poésie et de photographie. Il déménage à New York en 1981. Son travail se caractérise souvent par le grotesque surréaliste, qui représente le monde comme un carnaval haut en couleurs. Chemiakin, bien que né en Russie, les signes toutes ses œuvres avec son nom français, "M." Les titres de ses pièces, cependant, sont toujours en russe. En 2001, suite à une commande de la Ville de Moscou, il crée dans un parc un monument «Les enfants sont les victimes des vices des adultes", soit un puissant groupe de sculptures de 2 000 pieds, au sud du Kremlin derrière la résidence de l'ambassadeur britannique. Parmi ses autres sculptures, on peut citer Pierre Le Grand dans la forteresse Pierre et Paul de Saint-Pétersbourg, Pierre Le Grand à Londres, le monument aux victimes du terrorisme à Vladikavkaz (Ossétie du Nord). En 2010, l’artiste crée une nouvelle production de "Coppelia" pour l'Opéra national et théâtre de ballet de Lituanie. En 2011, il déclare, lors de sa rencontre avec le Premier ministre russe Vladimir Poutine, à Bruxelles, qu'il a de nombreux projets comme un centre pour les artistes du Caucase du Nord en France. Il termine la sculpture de l'ETA Hoffmann. Le peintre russe d'art non-conformiste Mihail Chemiakin, naît le 4 mai 1943 à Moscou. D'origine ethnique circassienne, il est aussi scénographe, sculpteur, éditeur et un représentant controversé de la tradition de son art à Saint- Pétersbourg. Chemiakin est né dans une famille de militaires. Son père est un kabarde des montagnes du Caucase. À la mort de ses parents, il est adopté par un ami de son père, l'officier de l'armée blanche Piotr Chemiakin. Il reçoit l'un des premiers ordres de la bannière rouge à l'âge de treize ans et passe ses premières années en Allemagne orientale. Sa famille retourne en Union soviétique en 1957 où il étudie à l'école secondaire de l'art affilié à l'Institut Repin de peinture, sculpture et architecture de Leningrad. En 1961, il est soumis à un traitement psychiatrique forcé pour «guérir» ses vues qui ne sont pas conformes aux normes soviétiques. Plus tard, il obtient un poste à Musée de l'Ermitage. Avec ses collègues du musée, il organise une exposition en 1964, après quoi le directeur du musée est fusillé et tous les participants contraints de démissionner. En 1971, il est exilé de l'Union soviétique pour avoir omis de se conformer aux normes du réalisme socialiste. Il s'installe en France et publie Apollon-77, un almanach de l'art post-stalinienne, de poésie et de photographie. Il déménage à New York en 1981. Son travail se caractérise souvent par le grotesque surréaliste, qui représente le monde comme un carnaval haut en couleurs. Chemiakin, bien que né en Russie, les signes toutes ses œuvres avec son nom français, "M." Les titres de ses pièces, cependant, sont toujours en russe. En 2001, suite à une commande de la Ville de Moscou, il crée dans un parc un monument «Les enfants sont les victimes des vices des adultes", soit un puissant groupe de sculptures de 2 000 pieds, au sud du Kremlin derrière la résidence de l'ambassadeur britannique. Parmi ses autres sculptures, on peut citer Pierre Le Grand dans la forteresse Pierre et Paul de Saint-Pétersbourg, Pierre Le Grand à Londres, le monument aux victimes du terrorisme à Vladikavkaz (Ossétie du Nord). En 2010, l’artiste crée une nouvelle production de "Coppelia" pour l'Opéra national et théâtre de ballet de Lituanie. En 2011, il déclare, lors de sa rencontre avec le Premier ministre russe Vladimir Poutine, à Bruxelles, qu'il a de nombreux projets comme un centre pour les artistes du Caucase du Nord en France. Il termine la sculpture de l'ETA Hoffmann.