Les Îles-de-la-Madeleine

Accueil • Début • les Îles-de-la-Madeleine: l'album de photos
 

 

 

Les îles de la Madeleine sont un archipel canadien du golfe du Saint-Laurent appartenant au Québec. Ses habitants sont les Madelinots et les Madeliniennes.

Elles font rêver les Québécois. Les visiter, c'est un must ! Une impression d'infini et de bout du monde se dégage de ces îles aux prairies vert tendre et aux falaises rouges délicatement posées sur une mer aux nuances illimitées de bleu. Peuplées en majorité d'habitants d'origine acadienne, les îles de la Madeleine font toujours figure de havre de paix, même s'il est très conseillé de réserver en été. Vous pourrez observer les blanchons, des bébés phoques.

Géographie

L'archipel est situé environ au centre du golfe du Saint-Laurent, trônant sur les hauts fonds entre la péninsule gaspésienne et l'île du Cap-Breton (Nouvelle-Écosse) et à mi-chemin entre l'Île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve.

Le territoire, anciennement très boisé, est maintenant l'objet de reboisement continu et est recouvert de forêts à près de 25 %. Il est aussi très dunaire, offrant près de 300 km de plages.

Carte - Tourisme Îles de la MadeleineLes îles de l'archipel sont principalement reliées par quatre longues dunes et deux ponts : L'île du Havre Aubert (plus grande, plus boisée et habitée par des francophones), l'île de la Grande Entrée, l'île du Havre aux Maisons, l'île du Cap aux Meules, l'île aux Loups (où se trouve la localité de Pointe-aux-Loups), la Grosse Île et la Pointe de l'Est.

L'archipel comprend aussi, détachés du groupe principal, l'île d'Entrée (petite, non reliée par les dunes, dominée par la plus haute colline « Big Hill » de l'archipel, dotée de quelques arbres seulement et habitée par des anglophones), l’île Brion, le Rocher aux Oiseaux et l'île du Corps-Mort.

Un pont de fer relie l'île du Havre aux Maisons à l'île du Cap aux Meules, centre administratif et commercial de l'archipel, qui comprend trois villages : Cap-aux-Meules, Fatima et L'Etang-du-Nord. C'est l'île qui regroupe le plus grand nombre d'habitants. Son nom viendrait, selon certains, de la présence de pierres à meule dans le cap qui surplombe le port...

Le petit village de L'Etang-du-Nord abrite un port de pêche important. Près du havre, une imposante sculpture rend hommage au dur labeur des pêcheurs. On y trouve aussi des boutiques, un salon de thé et une "boîte à chansons". Au phare, un panorama très doux vous charmera, en tout temps mais surtout au coucher du soleil !

L'Île du Havre aux Maisons est située au milieu de l'archipel des Iles de la Madeleine. Les arbres demeurent très rares sur cette magnifique île avec son vert relief et ses rouges falaises. Les dunes (Dune du Sud et Dune du Nord) occupent également une assez vaste superficie.

Le territoire de l'archipel est divisé en deux municipalités, soit « Îles-de-la-Madeleine » qui regroupe la grande majorité du territoire et de la population, et « Grosse-Île ».

Le paysage des Îles-de-la-Madeleine se compose d'îles et de dunes. De magnifiques plages blondes contrastent avec le rouge embrasé des escarpements rocheux aux rebords friables. Le vif coloris des maisons donne également à l’île un cachet des plus invitants; les verts, les bleus et les rouges attirent le regard. De plus, l'orientation des maisons surprend à prime abord, mais cette dernière est pourtant judicieusement pensée en fonction des forts vents qui balayent périodiquement les îles.

Les habitants vivent à l'heure normale de l'Atlantique (HNA), c'est-à-dire une heure plus tard que dans le reste du Québec.

713 naufrages ont été comptabilisés sur ces îles, dus à de fortes tempêtes et à ses haut-fonds, ce qui donne aux Îles-de-la-Madeleine le triste titre du plus grand cimetière marin en Amérique du Nord. Le dernier naufrage à ce jour est celui du Nadine, qui coula le 16 décembre 1990, à quelques kilomètres des côtes.

Géologie

L'archipel des Îles-de-la-Madeleine est sur le site d'une mer datant de l'époque où les continents étaient réunis. La mer était alors vis-à-vis l'équateur et elle s'est asséchée laissant une épaisse couche de sel, sur laquelle s'est ensuite entassée une succession de sédiments de roches volcaniques. La compression des nouvelles couches les a rendues plus denses que le sel qui les précédait et ce dernier a tendance à remonter sous formes de bulles, ou colonnes, qu'on appelle dômes salins ou diapirs. Plusieurs diapirs de sel entourent l'archipel et trois gros diapirs supportent les îles : vis-à-vis l'île du Havre Aubert, l'île du Cap aux Meules et Grosse-Île, où les madelinots exploitent le sel pour le déglaçage des routes à la mine « Seleine ».

Une bonne partie du territoire est de formation dunaire, où l'ammophile joue un rôle important dans la fixation du sol. Les nombreuses et colorées falaises ont différentes structures. Par exemple, lorsqu'elles sont rouges et sculptées en grottes, ce sont des formations sableuses, dont l'effritement fournit les dunes en sable. On y voit aussi des « silts », des argiles, du grès, de l'albâtre, diverses roches volcaniques et du gypse, présent aussi sous forme de diapirs.

Faune et flore

Plusieurs espèces de phoques côtoient les îles, comme le phoque gris, le phoque du Groenland et le phoque à capuchon. Ces deux dernières espèces viennent mettre bas en hiver sur les eaux du golfe Saint-Laurent. La faune du golfe contient également quelques rorquals et dauphins.

L'archipel compte peu de mammifères terrestres, comparativement aux autres régions du Québec. Les principales espèces indigènes sont le renard roux, la souris sylvestre, le rat surmulot et le campagnol des champs. Il y a aussi des coyotes, du moins sur l'île du Havre Aubert.

L'écureuil roux a été introduit sur l'archipel à la fin des années 1970 et s'y est très bien adapté. La densité d'écureuils est plus élevée qu'ailleurs au km carré, cela est dû en grande partie à la quasi absence de prédateurs. Les autorités ont réintroduit le lièvre sur l'île du Havre Aubert. Aujourd'hui, il y en a aussi sur l'île du Cap aux Meules (Grindstone, en langue anglaise), et la population se porte bien. On retrouve une petite population de visons dans les étangs bordant la lagune du Havre-aux-Basques.

Oiseaux

Plus de 300 espèces d'oiseaux font la joie des mordus d'ornithologieIl y a un peu plus de 300 espèces qui ont été répertoriées aux Îles de la Madeleine, mais c'est approximativement 200 espèces d'oiseaux qui fréquentent annuellement l'archipel. Ces oiseaux possèdent différents statuts : nicheurs, migrateurs, résidents, espèces hivernantes et visiteurs. Les oiseaux marins, de rivage et la sauvagine représentent la majorité des espèces qui composent l'avifaune des Îles de la Madeleine. On peut également observer des rapaces et des passereaux.

 

 

 

Parmi les nicheurs, plusieurs sont des oiseaux vivant en colonie: le fou de bassan, la mouette tridactyle, le grand Héron, le cormoran à aigrettes, le guillemot à miroir, le macareux moine, le petit pingouin, etc. Le pluvier siffleur, une espèce en voie de d'extinction, niche seulement sur les plages des Îles-de-la-Madeleine, en ce qui concerne le Québec. Il est recommandé d'éviter les aires de reproduction entre le 1er mai et le 15 août. Deux autres espèces d'oiseaux fréquentant les Îles de la Madeleine, la sterne de Dougall et le grèbe esclavon, également sur la liste des espèces menacées.

Parmi les migrateurs se retrouvent fréquemment les oiseaux de rivages : les bécasseaux, les pluviers, les chevaliers, les tournepierres, le courlis et la barge hudsonienne.

Quant aux oiseaux résidents, ils sont peu nombreux. On compte environ 25 espèces, de la corneille d'Amérique, très répandue, au rare harfang des neiges.

Notons enfin que le nombre d'individus et d'espèces atteint son maximum à la fin de l'été et au début de l'automne quand les oiseaux migrateurs font leur halte dans l'archipel.

Écologie

Le milieu de l'archipel est constamment balayé par le vent et subit l'influence de différents courants du golfe. Ce qui y vit y demeure fragile et vulnérable devant l'érosion. Ce processus est accéléré par les changements climatiques et la diminution des glaces hivernales et de la banquise qu'il provoque. La destruction des glaces agit d'ailleurs directement sur la disponibilité des aires de reproduction pour les phoques.

Eau

Environnement Canada surveille constamment la qualité bactériologique des eaux coquillières; des secteurs de plage sont ainsi fermés à la cueillette de mollusques parce qu'ils sont contaminés. La qualité des secteurs est déterminée par la présence, dans les échantillons d'eau, de coliformes fécaux, qui sont causés par les pollutions résidentielle et agricole.

L'eau potable est une autre ressource qui subit de fortes pressions sur le petit territoire des Îles : plus elle est drainée de sa nappe naturelle, plus cette dernière est vulnérable à l'invasion de l'eau salée, qui est définitive. 

Les déversements accidentels ou volontaires d'hydrocarbures dans le golfe Saint-Laurent sont une autre source importante de pollution dans la région. Les oiseaux en sont les principales victimes, l'engluage les condamnant souvent à la mort par hypothermie. Une grosse partie de ces déversements sont dus aux navires qui se débarrassent illégalement de leurs huiles usées dans les eaux côtières du Canada. Il y a aussi les déversements accidentels, dont celui, en mars 1970, de la barge Irving Whale, qui a libéré 30 tonnes de combustible de soute entre l'Île-du-Prince-Édouard et les îles de la Madeleine. La nappe a dérivé jusque dans une aire d’alimentation d'eiders, contaminant environ 5 000 oiseaux.

Sources d'Énergie

Les Îles-de-la-Madeleine sont alimentées par une centrale thermique fonctionnant avec des moteurs diesel. C'est la centrale de ce genre la plus puissante en Amérique du Nord. Une éolienne expérimentale a été installée aux îles en 1977, mais le projet ne fut pas très concluant. De plus, une tentative d'introduction d'un petit parc éolien à l'île d'Entrée a échoué en 2006. Le vent pourrait être une ressource considérable sur l'archipel.

La langue parlée

Au fil de son histoire de communauté insulaire, criblée d'exodes et d'immigrations, le peuple madelinot s'est forgé un dialecte propre, appartenant à la famille des dialectes acadiens, qui est truffé d'emprunts et d'adaptations venant de la langue anglaise. Il y a plus de 1 200 mots madelinot. Ainsi, éloise signifie «éclair électrique», élan «bon laps de temps», loup-marin «phoque» et forlaquer «manquer à ses devoirs moraux», en parlant de la femme. Plusieurs spécificités sont redevables à la géographie (pied-de-vent, éloise, un vent à écorner les bœufs) et à la biodiversité (foin de dune, loup-marin, échouerie), qui ont tantôt maintenu en vie de vieux mots, tantôt créé le besoin de néologismes.

Histoire

Les Îles-de-la-Madeleine furent initialement appelées par le peuple Micmac "Memquit", puis furent rebaptisées les "Araynes" par Jacques Cartier, ensuite les Îles Ramées, puis les Îles Madeleine, et finalement, les Îles-de-la-Madeleine, par François Doublet de Honfleur (concessionnaire des Îles), en l'honneur de sa femme, Madeleine Fontaine.

De 1534 à 1536, Jacques Cartier, baptise les Îles « les Araynes », du latin arena, signifiant sable. Il aborde d'abord le Rocher aux Oiseaux, qu'il nomme alors « Isle aux Margeaux » à cause des nombreux volatiles qui s'y trouvent, puis l'Île Brion, qu'il nomme ainsi en l'honneur de son protecteur, Philippe Chabot de Brion.

En 1544, Sébastien Cabot, fait référence aux « Îles Saint-Jean » pour parler des Îles-de-la-Madeleine. En 1591, les marins du Bonaventure de l'armateur français « La Court de Pré-Ravillon et Grand Pré » découvrent les troupeaux de morses aux abords des îles « Ramea ». En 1593, dans le récit du Marigold, un navire anglais, on fait référence au nom autochtone Menquit, servant à désigner les Îles.

Charles Leigh, un marin anglais, déclenchera la première bataille entre Anglais et Français (Bretons) le long des côtes des Araynes pour obtenir la suprématie de la chasse aux morses. Aidés des Micmacs, les Français résistèrent.

En 1629, Samuel de Champlain inscrit sur une carte «La Magdeleine» à l'endroit de l'île du Havre Aubert. En 1653, Nicolas Denys reçoit une concession qui inclut les Iles-de-la-Madeleine, pour la somme de 15 000 livres qu'il doit payer à la Compagnie des Cent-Associés. En 1663, la concession revient à François Doublet de Honfleur. Il y installera des hommes qui y passeront un premier hiver; cette entreprise sera cependant considérée un échec. La même année, le territoire du Canada redevient de ce fait possession directe de la Couronne de France. S'ensuivra la valse des concessions, sans projets de colonisation véritables cependant… tout au plus, une guérilla entre les divers prétendants au droit exclusif sur la chasse aux phoques et aux « vaches marines ».

 

 

 

On dit qu'entre 1706 et 1754, des citoyens de la région de Québec (Beauport et l'île d'Orléans) viendront régulièrement passer l'hiver aux Îles pour y faire la chasse aux morses et aux otaries.

En 1755, le destin des Acadiens prend une tournure tragique. C'est le « Grand Dérangement » et la population acadienne est déportée par les anglais à travers le continent. Quelques individus échappent à cette déportation et débarquent aux îles de la Madeleine. Le 7 octobre 1763 le traité de Paris met fin à la guerre de Sept Ans entre la France et la Grande-Bretagne. Par ce traité, la France ne conserve que Saint-Pierre-et-Miquelon; les Îles sont placées sous la juridiction de Terre-Neuve. À la même période, des Acadiens de retour d'exil se réfugieront à Saint-Pierre-et-Miquelon.

En 1774, avec l'Acte de Québec, les Îles passent sous la juridiction de la province de Québec. En 1783, le Traité de Versailles met fin à la Guerre d'Indépendance américaine. Les Américains, par ce traité, conservent le droit de pêcher dans les eaux des Îles et de venir sur les côtes pour y préparer leurs captures. Dans le siècle qui suit, les Madelinots dénonceront déjà une forme de « surpêche » de gens mieux équipés qu'eux.

Le 12 avril 1793, suite à la Révolution française, d'autres familles acadiennes originaires de Saint-Pierre-et-Miquelon se joignent à eux. C'est avec eux que commence la véritable colonisation des Îles de la Madeleine.

En 1829, le premier diocèse des Provinces maritimes est érigé, avec son siège épiscopal à Charlottetown.

Suite aux diverses misères et injustices auxquelles ils sont régulièrement soumis, les Madelinots se mettent à émigrer continuellement vers des terres nouvelles. Ils vont ainsi fonder plusieurs villages de la basse Côte-Nord dont Blanc-Sablon (1854), Havre-Saint-Pierre (1857), Natashquan (1855) et Sept-Îles (1872).

En 1875, débute la pêche au homard avec casiers. L'année suivante c'est la première liaison maritime avec Souris, Île-du-Prince-Édouard.

En 1895, le comté des Îles-de-la-Madeleine est formé au provincial. le gouvernement de Québec permet aux Madelinots de racheter leurs terres du concessionnaire. Débarrassés des tracasseries colonialistes, ils mettront dès lors leurs efforts à surmonter leurs difficultés et à viser l'autosuffisance.

En 1912 et 1913, de nombreux Madelinots émigrent à Kénogami. En 1925, on y dénombre 140 familles originaires des Îles.

En 1947, le Canada accorde aux Îles-de-la-Madeleine le statut d'une circonscription électorale fédérale.  

Économie

Pour la plupart des descendants des Acadiens, les Madelinots ont vécu surtout de l'agriculture et de la pêche, et, surtout, aujourd'hui, de celle du homard. Le déclin de la pêche du poisson a favorisé à faire du tourisme une activité économique aussi importante, qui a transformé la vie économique des Îles particulièrement rapidement dans les années 1990 et 2000. On retrouve quelques grosses compagnies engagées dans la transformation.

L'exploitation minière du sel, à la mine Seleine et la chasse aux phoques sont d'importantes sources de revenus pour les Madelinots, cette dernière se déroulant au mois de mars, profitant de la mise bas des phoques du Groenland et à capuchon sur la banquise. Il est a noter que la chasse des blanchons (petit du phoque) est interdite depuis 1988, à cause des campagnes pour les protéger entreprises par l'ex vedette du cinéma français Brigitte Bardot.

Aujourd'hui, bien que l'industrie de la pêche (exploitation et transformation) demeure la première activité économique de l'archipel, l'industrie touristique s'est quant à elle hissée au deuxième rang avec des retombées évaluées à quelque 50 millions $ par année.

La diminution des ressources en poissons a obligé les Madelinots à restreindre ces activités. Les maquereaux suivent les eaux froides qui ont négligé les Îles depuis 2005. Le hareng est rare en 2006. Le sébaste était jadis transformé en grand volume, ce qu'il n'est presque plus aujourd'hui. Les principales espèces pêchées sont la morue, le flétan, le maquereau, la plie canadienne, la plie grise, le sébaste, le hareng et le turbot. En moindres quantités, on pêche aussi la merluche, le loup, l'aiguillat (requin) la loquette, la raie, la baudroie, l'éperlan, la maraîche (requin), la goberge, l'anguille et l'aiglefin.

Le homard des Îles de la Madeleine à son meilleur!Les pêches au homard et au crabe (crabe des neiges) constituent une grosse part des revenus liés à la pêche, leurs marchés s'étant fort développés ces dernières années et les populations s'étant bien maintenues.

Il y a aussi une bonne production de moules et de coques de culture, entre autres dans la lagune d'Havre-aux-Maisons. On ensemence et pêche le pétoncle. On pêche aussi l'huître et un peu de couteau de mer. Les Îles sont habitées aussi par les oursins, dont on fait peu le commerce.

Malgré le déclin continu de la pêche et de l'agriculture aux Îles depuis 1970, on peut énumérer quelques produits renommés de ce terroir particulier : La microbrasserie brasse plusieurs bières et utilise, entre autres, comme produit local, du houblon de l'Île du Havre Aubert ; la Fromagerie du Pied-De-Vent, au Havre-aux-Maisons, fabrique quelques fromages ; la boucherie Côte-à-Côte prépare différentes charcuteries à base de loup-marin ; un élevage de sangliers se fait à Fatima et des produits transformés de sanglier s'y font aussi ; le fumoir d'Antan, au Havre-aux-Maisons, produit notamment du maquereau fumé et de l'anguille fumée ; Miel en Mer, au Havre-aux-Maisons, produit du miel naturel.

Plusieurs producteurs indépendants des Îles mettent en pots Mason des produits de la mer et de la terre, dont les plus commercialisés seraient le maquereau, les palourdes, le tomali (pâte de homard) ; à Havre-aux-maisons, le «Barbocheux» fabrique de la «bagosse». Il sagit d'un vin typiquement madelinot, fait a base de végétaux cultivés et sauvages.

Démographie

On compte près de 13 000 habitants aux Îles, dont l'origine est acadienne à 85 %, le reste de la population est soit québécoise, gaélique (écossaise, irlandaise) ou anglaise. 94 % des habitants ont le français comme langue maternelle et pour environ 6 % c'est l'anglais. Les membres de la communauté de langue anglaise se concentrent à Grosse-Île, Old Harry et l'île d'Entrée. De façon générale, la population anglophone a commencé à décliner après la Seconde Guerre mondiale, surtout à l'île d'Entrée. Étant restée homogène et relativement isolée pendant longtemps, la population s'est vue intégrer de plus en plus de personnes d'origines ethniques diverses, qui restent néanmoins peu nombreuses, et ce, surtout depuis le boum touristique, au tournant du siècle.

Transport

Les transports sont une préoccupation constante pour les madelinots. L'avion et le bateau sont les deux moyens de transport pour accéder au reste du continent. Air Canada offre deux vols par jour au départ de Montréal et Québec et faisant une escale à Gaspé. Pour le transport par bateau, le Madeleine fait la liaison entre Cap-aux-Meules et Souris à l' Île-du-Prince-Édouard. Un service de transport de marchandises est assuré une fois par semaine en partance de Montréal l'été et de Matane pendant l'hiver. Depuis le début des années 2000, un service de croisières est offert aux Québécois désirant visiter l'archipel. Quatre lieux d'embarquement sont prévus soit: Montréal, Québec, Matane et Chandler en Gaspésie.

Communications

De nombreux moyens de communication sont à la disposition des madelinots. Ils sont desservis par une radio communautaire (CFIM 92.7) depuis le 15 novembre 1981. Un Hebdomadaire est distribué dans un grand nombre de points de vente sur l'archipel. Une compagnie de câblodistribution offre un service télévisuel. Internet, est offert sur le territoire madelinot depuis novembre 1996.

 

 

 

Tourisme

Les Îles sont un espace exceptionnel au milieu du golfe, offrant aux visiteurs leur nature sculptée par les vagues et le vent et également leur patrimoine culturel original, tels : la plage et la baignade ; la voile, la planche à voile, le kite-surf et le cerf-volant ; les excursions en bateau, en zodiac, en kayak de mer, en plongée sous-marine ; la gastronomie des Îles et ses produits du terroir ; le golf ; les différents musées à visiter dont le Musée de la Mer ; la villégiature.

L'équitation sur les Îles est une autre activité incomparable. On peut galoper sur les plages immenses ou se balader sur le flanc des buttes. Pour les débutants, des cours d'apprentissage et de perfectionnement peuvent être trouvés aux divers centres équestres tels que « La p’tite ferme au galop », le centre questre « La crinière au vent » et « La chevauchée des Îles ».

Les festivals donnent le rythme de la furtive saison touristique, dont : la Fête aux saveurs de la Mer ; le concours des châteaux de sable ; les Contes en îles ; les courts métrages ; les images en vues et le festival Acadien.

Au printemps, c’est le temps idéal pour faire de la randonnée pédestre, observer les oiseaux, les fleurs des champs et les papillons, faire de la photo, déguster les produits de la mer et même aller pêcher le homard! Pour ceux qui aimeraient observer la flore des îles, la Réserve nationale de Faune de la Pointe-de-l’Est à Grosse-Île, la baie du Havre aux Basques et la Montagne sur l’Île-du-Havre-Aubert, ainsi que la Dune-du-Sud à l’Île-du-Havre-aux-Maisons sont les meilleurs milieux où ils peuvent admirer les plus belles espèces florales.

Pour les adeptes de vélo, de nombreuses pistes cyclables sont mises à leur disposition pour faire découvrir la beauté des paysages des Îles. Quelques pistes cyclables hors-route longent aussi les falaises de Cap-aux-Meules, de l’Étang-du-Nord et de Fatima. Il est aussi possible d’emprunter la route principale qui relie les îles ou encore les routes secondaires. Voici quelques pistes proposées : le sentier du littoral, le grand large, la piste cyclable et pédestre de la Belle-Anse, les sentiers de l’anse de l’Étang-du Nord et le Pédalier.

Il existe également plusieurs sentiers de randonnée pédestre sur chaque île. Faites de longues excursions en empruntant les chemins sillonnant les buttes, les routes panoramiques secondaires ou tout simplement les longues plages désertes. On peut essayer divers sentiers comme le sentier la Bouillée des bois, le parc des Bucks, Scott Walking Adventures, le sentier de la butte du vent, le sentier du Barachois, les sentiers de l’Île Brion et la réserve nationale de faune de la Pointe-de-l’Est.

En tout temps, les Îles-de-la-Madeleine sont considérées comme une destination de choix pour les adeptes d'aérotourisme. Depuis les airs, les îles et îlots, les lagunes et la mer offrent un spectacle aérien des plus exotiques. L'archipel est doté d'un aéroport national situé à Havre-aux-Maisons. Les visiteurs peuvent aussi profiter des plaisirs d’une randonnée dans un cabriolet tiré par des chevaux, qui saura les charmer le long du parcours sur les routes panoramiques de la Pointe-Basse en été ou sur les lagunes gelées en hiver. Avec un guide, ils peuvent découvrirent l’histoire, le patrimoine et les artisans locaux des îles.

Recherche

Nombreux chercheurs de diverses universités et centres de recherches gouvernementaux visitent l’archipel chaque année afin d’y mener leurs travaux. En effet, les Îles-de-la-Madeleine présentent des particularités très intéressantes sur le plan des habitats naturels marins et terrestres, ainsi que sur le plan historique.

Un centre de recherche sur la mariculture du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec y est présent depuis les années 1970.

En 2004, on y a fondé le Centre de recherche sur les milieux insulaires et maritimes (CERMIM), affilié à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR).

Photos de haut en bas: carte et localisation des îles-de-la-Madeleine, maisons typiques, roches volcaniques, bébé phoque (internet), oiseau migrateur (internet), colonie d'oiseaux, plage de pierres, maison de madelinots, monument aux pêcheurs, île de l'archipel, cathédrale des îles, port de bateaux de pêches, l'homard des îles (internet), port pour transport maritime, plage, phare, île d'entrée.

sources pour textes: wikipedia, tourisme des îles-de-la-Madeleine, Routard, notes personnelles. Photos de François Dufresne, C.A.

 

suite...les Îles-de-la-Madeleine: l'album de photos