Far-West américain

Accueil • Début • Canyonlands, Capitol reef, Goblin, Grand Canyon • Lake Powell, Mesa Verde, Monument Valley • Route 66, Valley of fire, of Gods, Zion Canyon • Las Vegas • Les photos
 

 

 

 

Le FAR-WEST américain

L'Ouest américain, aussi appelé FAR-WEST est une région située dans la partie ouest des États-Unis. Sa définition a évolué avec le temps, puisque la population a colonisé les terres intérieures en se dirigeant vers l'océan Pacifique par la « conquête de l'Ouest ». Le FAR-WEST est une région où se développe une société originale, où se croisent des individus d'origines et d'horizon très différents. L'Amérique mythique des montagnes Rocheuses, où s'affrontent les tribus indiennes, premiers habitants du Nouveau Monde, et les pionniers venus fonder les États-Unis est à jamais symbolisée, dans la mémoire des peuples, par des déserts rouges à perte de vue et des montagnes sculptées par l'érosion. Les images les plus connues sont celles de la Monument Valley et du grand Canyon.

Le terme FAR-WEST, populaire au Canada et en Europe n'est pas employé aux États-Unis, où on lui préfère le terme Wild West, "ouest sauvage".

De façon formelle, le FAR-WEST est constitué de 11 États américains : Arizona, Californie, Colorado, Idaho, Montana, Nouveau-Mexique, Nevada, Oregon, Utah, Washington, et Wyoming. Mais d'une manière générale, on considère que cette région comprend tous les états à l'ouest du fleuve Mississippi. Elle représente donc un territoire gigantesque, aux milieux naturels variés, le plus souvent marqués par l'aridité. L'un des enjeux de la conquête de l'Ouest fut celui de la maîtrise de cette immensité désertique. Les États Alaska et Hawaï sont aussi parties du FAR-WEST.

Par contre, ce photoreportage FAR-WEST couvre les territoires des 11 États mentionnés précédemment. On trouvera le photoreportage Alaska, préparé par le soussigné, dans la même rubrique « États-Unis » de ce site. Quant à Hawaï, ce sera pour un autre jour.

La géographie physique de l'ouest américain s'organise en grandes bandes méridiennes, que l'on peut décrire rapidement d'est en ouest : à l'ouest du Mississippi se trouvent des régions de plaines, marquées par un climat continental dans sa partie nord. Ces territoires sont parcourus depuis des siècles par les bisons. Les terres sont fertiles et couvertes par la prairie. Le système fluvial du Missouri-Mississippi constitue une voie de pénétration à l'intérieur des terres. Les Monts Ozark se situent entre les fleuves Arkansas et Missouri et ne dépassent pas 700 mètres d'altitude. Ils s'étirent sur environ 350 km du nord au sud. Les Montagnes Ouachita ne sont pas des obstacles majeurs (350 km d'est en ouest). Les plaines du golfe du Mexique, larges de 250 à 500 kilomètres, sont constituées de couches sédimentaires. La côte est marquée par le delta du Mississippi, par des lagunes et cordons littoraux qui sont menacés par les cyclones en été et en automne.

En allant vers la côte pacifique, les altitudes s'élèvent d'abord dans les Hautes Plaines. Situées à l’ouest des Grandes Plaines, elles constituent un piémont qui marque une transition vers les Montagnes Rocheuses. Les Black Hills (Dakota du Sud) culminent à environ 2 200 mètres d'altitude.

Les Montagnes Rocheuses constituent une chaîne de montagnes élevées à l’ouest des Grandes Plaines et des Hautes Plaines. Elles se décomposent en plusieurs sous-ensembles parallèles et d'extension méridienne. Plusieurs sommets dépassent les 4 000 mètres d'altitude (Mont Elbert, 4 399 mètres). Elles déterminent la ligne de partage des eaux entre le bassin du Mississippi à l'est et les fleuves se jetant dans le Pacifique à l'ouest. Elles sont un véritable obstacle pour les hommes et les femmes.

À l'ouest des Rocheuses se trouvent des hauts plateaux disséqués par des cours d'eau tumultueux : le plus célèbre est le Plateau du Colorado, au sud, dont la vallée encaissée forme le Grand Canyon. Au nord, le Plateau de la Columbia, connaît des hivers neigeux. Le Grand Bassin présente une suite de dépressions occupées par des déserts (Vallée de la Mort, Désert des Mojaves) enserrés entre des chaînes de montagne parallèles.

Nevada est une chaîne de sommets élevés qui domine l’est de la Californie et qui borde le Grand Bassin sur environ 700 kilomètres. Son point culminant est le Mont Whitney (4 421 mètres). La Sierra Nevada est une véritable barrière rocheuse et enneigée une bonne partie de l'année. La chaîne des Cascades fait partie du même système montagneux que la Sierra Nevada, plus au nord. Elle comprend de nombreux volcans (Mont Saint Helens, 2 549 mètres).

La plaine de Californie, appelée aussi la Vallée Centrale est un vaste espace plat et fertile, long d’environ 600 km. Les chaînes côtières du Pacifique ou ont pour principal sommet aux États-Unis (hors Alaska) le mont Rainier (4 392 mètres) dans l'État de Washington. La région comprend plusieurs grabens comme celui de la Russian River. Elle est échancrée par des estuaires, comme la baie de San Francisco et le Puget Sound. On touche ici aux régions les plus occidentales des États-Unis.

La chaîne d'Alaska culmine au Mont McKinley (6 194 mètres). Le littoral est très découpé et ponctué de fjords. Les chaînes côtières bordent le golfe d'Alaska et font partie de la ceinture de feu du Pacifique. Les glaciers façonnent des vallées encaissées, des canyons. Le milieu naturel est difficile pour les hommes et les femmes.

Le FAR-WEST est aussi une région faiblement peuplée avant l'arrivée des Blancs : les Indiens des Plaines y sont relativement peu nombreux et vivent en groupes dispersés et nomades. Pour les États-Unis, nés à la fin du XVIIIe siècle, ces contrées sauvages constituent une réserve de terres et de ressources naturelles qui paraissent sans limite.

Ce photoreportage touche principalement la nature des spectaculaires canyons et les changements principaux faits par l'homme qui l'a influencée.

 

 

 

Canyon Antilope, Canyon des Arches, Bryce Canyon

Le Canyon Antelope

Le « canyon de l'Antilope » ce qui signifie "le lieu où l'eau coule à travers les rochers" est l'une des gorges les plus connues et les plus photographiées du sud-ouest des États-Unis. Il est situé dans le nord de l'Arizona aux États-Unis, à côté du lac Powell, dans la réserve de la Nation Navajo, et est constituée de deux gorges séparées, la supérieure et l'inférieure. C'est une jeune indienne Navajo, en 1931, partie à la recherche d'un de ses moutons égaré qui trouva cette gorge. L'Antelope Canyon peut seulement être visitée en excursions guidées, en partie parce que des pluies inattendues peuvent rapidement l'inonder. La visite dure environ une heure en suivant la gorge sur un kilomètre. La partie la plus fréquentée est la gorge supérieure.

Le canyon Antelope est petit mais d'une beauté inégale due à ses formations géologiques. C'est un parc national souvent oublié par les touristes. Ca ne prend seulement qu'entre une ou deux heures pour faire tout le tour, mais ça vaut vraiment le détour. C'est à vous couper le souffle. Un endroit rêvé pour les fans de photographie.

La petite ville de Page en Arizona se situe sur la frontière entre l'Utah et le Nord-Central de l'Arizona. Cette petite communauté du désert est un point touristique pour sa location à coté du barrage de "Glen Canyon" et le passage du Lac Powell. Cet endroit n'est qu' à deux heures de route de la vallée "Monument," et de la partie Nord du Grand Canyon, deux heures du parc national "Zion" et quatre heures de Las Vegas.

Lorsque vous vous approchez du canyon à pied, la crevasse est à peine en vue à quelques mètres de distance. Vous ne percevrez qu'une petite faille parmi les formations rocheuses et un ruisseau asséché. De plus près vous verrez une petite échelle métallique pour descendre dans la crevasse. C'est très étroit, à peine pour une personne. Toute une série d'échelles et d'escaliers longe le chemin qui descend jusqu' au bas du canyon.

Le lit de roches en contrebas et l'emplacement d’un cour d'eau est impressionnant. C'est comme sculpté dans des sillons et failles qui s' étendent sur trois mètres de large et 50 mètres de profondeur. Les rayons du soleil qui y passent donnent un effet de couleur et d'ombre étonnant. C'est d' une beauté incomparable et un endroit privilégié pour les photographes.

 

Parc national des Arches

Ce parc américain couvre une superficie de 310 km² de l'est de l'Utah. Placé au cœur du plateau du Colorado, à une altitude variant entre 1 245 mètres et 1 723 mètres, le parc couvre une zone semi-désertique majoritairement constituée de grès rouges travaillés par l'érosion.

Il y a 300 millions d'années, une vaste mer peu profonde occupait la région actuellement occupée par le plateau du Colorado. La région se mis à l'époque à s'effondrer (bassin de subsidence) tandis que la version ancestrale des montagnes Rocheuses se soulevait. Dans le climat chaud et sec qui régnait à cette époque, les grandes quantités d'eau salée piégées dans ce bassin ont commencé à former des évaporites (gypse, halite, anhydrite...).

Une sédimentation détritique, commencée à la fin du Carbonifère, se poursuit irrégulièrement (il existe plusieurs discontinuités) au moins jusqu'au Jurassique moyen, les sédiments ultérieurs ayant été érodé à notre époque. On estime que la couche de sédiments ainsi accumulés a pu dépasser 1,5 km.

Il y a 70 millions d'années, à la fin du Crétacé supérieur, débute le soulèvement des montagnes Rocheuses ainsi que des régions du Plateau du Colorado. Ces mouvement sont à l'origine de failles parfois très importantes, comme la Faille de Moab qui occasionna un déplacement rocheux d'environ 800 m. Les failles et fractures ainsi créées ont facilité par la suite la formation des arches.

On retrouve particulièrement les arches North Window et South Window, Landscape qui avec près de 89 mètres de long est la plus grande arche naturelle du monde et Delicate, une des plus célèbres du parc.

Même si l’érosion a surtout été active lors des glaciations, elle continue de nos jours et modifie sans cesse le paysage : en 1991, un bloc de 18 mètres sur 3 mètres s’est effondré sous le Landscape Arch.

Les premières traces de présence humaine dans le parc actuel datent de la fin de la dernière glaciation, il y a plus de 10 000 ans. On a retrouvé des pétroglyphes. Les Indiens Paiute les ont ensuite remplacé. Ils ont laissé des dessins sur des rochers représentant des scènes de chasse.

Les premiers Européens venus dans la région étaient des Espagnols. En 1855, une colonie de mormons s’établit dans le Moab actuel. Mais ils doivent quitter les lieux à cause de l’animosité des Indiens Utes. À la fin du XIXe siècle, des éleveurs, des fermiers et des chercheurs d’or se sont définitivement installés dans la région.

En 1929, le président Herbert Hoover signa l’acte de création d’Arches National Monument afin de préserver les formations géologiques. C’est en 1971 que le Congrès changea son statut pour en faire un parc national.

Delicate Arch : C'est la plus photographiée des 2000 arches du parc. Les habitants de la région l’ont d’abord surnommée « culotte d’institutrice », puis « culotte de vieille fille » et enfin « jambière de cowboy ».

Park Avenue : À l'entrée du parc, on traverse Park Avenue et ses falaises semblables aux gratte-ciel de la célèbre avenue de New York. Petrified dunes : anciennes dunes pétrifiées, fossilisées. Balanced Rock : Un rocher d'un volume équivalent à trois autobus tient en équilibre sur un socle. Il s'agit des restes de la base d'une très ancienne arche effondrée. Double Arch : deux arches presque perpendiculaires partagent une extrémité commune Double "O" Arch : Deux arches, situées l’une au-dessus de l’autre, forment deux ouvertures superposées. Fiery Furnace: une zone labyrinthique du parc formée de colonnes et de lames de roches, séparées par d'étroit passage, montrant les fins pans de roches susceptibles de se transformer en arches dans l'avenir. Devil's Garden: une des zones du parc, riche en arches et en pans de roches.

 

 

 

Parc national de Bryce Canyon

Le parc national de Bryce Canyon est un parc national américain situé au sud de l'Utah aux États-Unis. D'une superficie de 145 km², le parc est renommé pour ses formations géologiques composées de roches colorées aux formes coniques et âgées de amphithéâtres naturels parsemés de nombreux hoodoos produits par l'érosion du plateau de Paunsaugunt.

L'occupation humaine de la région remonte à une dizaine de milliers d'années mais aucune preuve archéologique n'indique pourtant que l'Homme y vit en permanence.

Les premiers explorateurs européens parviennent au sud de l'Utah à la fin du XVIIIe siècle et les premiers colons, des mormons, s'y installent à la fin du XIXe siècle. Suite au travail que le charpentier Ebenezer Bryce effectue dans la région, cette petite communauté nomme le lieu Bryce Canyon. Il s'agit cependant d'un amphithéâtre naturel et non d'un canyon. En 1928, Bryce Canyon et sa région environnante deviennent un parc national.

Le parc se situe en altitude, son point culminant étant à 2 778 mètres et le plus bas, au niveau du ruisseau Yellow Creek, à 2 018 mètres d'altitude.

Toute la région appartient à la partie occidentale du plateau du Colorado, célèbre pour ses roches rougeâtres soumises à l’érosion, et présentes dans tous les parcs nationaux des environs. Plusieurs amphithéâtres naturels y sont creusés par l'érosion. Le plus grand d'entre eux, Bryce Canyon, mesure près de 20 km de long sur 5 km de large, pour une profondeur maximale d'environ 250 m. Un chemin longe le bord supérieur de l'amphithéâtre et plusieurs postes d'observation y sont présents.

La région est sous l'influence d'un mélange de climats continental et montagnard. Le climat présente des hivers assez rigoureux et des étés relativement chauds.

Les précipitations, régulières toute l'année, sont peu importantes dans le parc bien que celles-ci soient supérieures à celles des régions basses environnantes. L'altitude plus élevée du plateau sur lequel se trouve le parc permet à la zone de recevoir plus de précipitations que les basses plaines désertiques.

Le côté occidental du parc appartient au bassin hydrographique de la rivière Sevier. Celle-ci s'écoule en bordure du parc avant de se jeter plus au nord dans le lac Sevier qui est endoréique (les eaux qui entrent dans le lac n'en ressortent que par évaporation). La rivière Paria et les ruisseaux de l'est du parc appartiennent quant à eux au bassin du fleuve Colorado. Les eaux sortent du parc à l'est, traversent la forêt nationale de Dixie avant de rejoindre ce fleuve.

Les roches de Bryce Canyon sont plus jeunes que celles du parc national de Zion, elles-mêmes plus jeunes que celles du Grand Canyon. La formation géologique de Bryce Canyon est ainsi la plus récente formation géologique de ce que l'on nomme le Grand Staircase, une immense suite de strates sédimentaires qui va jusqu'au Grand Canyon.

La coloration rouge provient de l'hématite, un oxyde de fer.

Finalement, un dernier mouvement tectonique est à l'origine du soulèvement de la partie occidentale du plateau du Colorado qui le pousse à plus de 600 mètres au-dessus des vallées qui bordent son flanc occidental et son flanc oriental, tout en mettant à nu par érosion les roches de la formation de Claron.

Dans le parc, l'érosion du plateau entraîne la formation de différentes structures géologiques appelées murailles, arches et hoodoos. La couche géologique qui constitue la partie supérieure du plateau, la formation de Claron, est composée de roches sédimentaires et calcaires assez friables. Dans le parc, les arches peuvent avoir un diamètre variant entre 1 et 19 mètres. Les hoodoos ont des hauteurs variant de 1,5 à 45 mètres, ce qui reste toutefois bien inférieur à l'arche du Rainbow Bridge également située dans la région. La variation de l'épaisseur des hoodoos sur toute leur hauteur est très fluctuante, ce qui les différencie d'une simple colonne et leur donne des formes très variées. Certains d'entre eux ont été baptisés comme par exemple le « Marteau de Thor », la « Reine Victoria », ou « E.T ».

Le parc national se trouve à l'ouest du plateau du Colorado, à la limite des déserts froids d'Amérique du Nord et de la cordillère occidentale des montagnes boisées du nord-ouest qui forment deux écorégions distinctes.  

À Bryce Canyon vivent trois espèces d'animaux répertoriées comme espèces menacées. Il s'agit du Chien de prairie de l'Utah, du Condor de Californie et du Moucherolle des saules. Le parc abrite 59 espèces de mammifères dont le Cerf, le Puma, le Coyote. L'Ours noir, bien que très rare dans le parc, est toutefois présent. Parmi les 175 espèces d'oiseaux présentes, on trouve le Condor de Californie, le Grand Corbeau, le Faucon pèlerin, la Buse à queue rousse, etc..

La forêt de la région est essentiellement composée de pins : Sapin du Colorado, Sapin de Douglas, Chêne Gambelii, etc.. et des cactus et yuccas. De nombreuses fleurs, parfois endémiques, peuplent le parc.

En 1924, le parc obtient le statut de Monument national et en 1928 le statut de parc national, ce qui fait mieux connaître la région au public.

Les premiers Amérindiens occupent la région du parc à partir du XIIe siècle. Le plateau de Paunsaugunt leur sert alors de lieu de chasse et de cueillette, mais aucun élément n'indique d'établissement permanent.

En 1930, des travaux permettent de relier le parc avec ceux de Zion, de Capitol Reef et du Grand Canyon. Les touristes peuvent ainsi visiter plus facilement les quatre parcs. En 1931, des sentiers pédestres et équestres sont ajoutés par les équipes du parc et une route est prolongée jusqu'au Rainbow Point en 1934.

L'accès au nord du parc est interdit au bétail en 1936.

*sources du texte: Internet, wikipedia, notes personnelles, autres.

 

 

suite... Canyonlands, Capitol Reef, Goblin Valley, Le Grand Canyon