les Dupras

Accueil • Début • Dupras, gén... 3, 4 • Dupras, gén... 5, 7 • Dupras, gén... 8 • Dupras, gén...9 • Dupras, gén... 10 • Dupras, gén... 11 • P.-P Dupras, memoriam • Graphique • Commentaires
 

 

 

 

Chronique familiale de l'ancêtre Jean-Robert DUPRAC

L'ancêtre Jean-Robert DUPRAC est le fils légitime de Jacques DUPRAC, Maître-sculpteur et de Françoise LAMOUREUX qui se marièrent à Saint-Porchaire de Poitiers, Poitou, Vienne, France, le 22 septembre 1641. Jean-Robert est baptisé dans la même paroisse le 12 octobre 1642. Jean-Robert sera maçon, notaire. 

Arrivé en Nouvelle-France en 1673, l’ancêtre de la famille de Claude DUPRAS, Jean-Robert DUPRAC, écrit son nom avec un « c ». À la 6ième génération, en 1828, le « c » devient un « t » pour DUPRAT. C’est le grand-père de Claude, Wilfrid né en 1869, et ses congénères, qui utiliseront  un « s » au lieu du « t » pour leur lignée de DUPRAS.

Cette généalogie a été préparée en collaboration avec le généalogiste Jean-Jacques LEBEAU, cousin de Claude.

 

L'histoire de Jean-Robert et de ses descendants a été établie, ci-après, sur 11 générations.

En France, le 12 octobre 1642, dans la paroisse de Saint-Porchaire de Poitiers, Jean-Robert Duprac est baptisé par immersion dans le grand bassin du baptistère du village. Son père, Jacques, maître sculpteur et sa mère, Françoise Lamoureux, tous deux fervents catholiques, assistent fièrement au baptême, cérémonie publique à laquelle participent les familles et les voisins. Dès son jeune âge, sur les bancs de l’école et à l’église, Jean-Robert entend parler de la Nouvelle-France et des appels fréquents de l’Église pour y émigrer. Le nouveau roi de France depuis 1643 est un jeune garçon qui n’a que 9 ans en 1647, Louis XIV, le futur Roi-Soleil. De ce fait, le pays se trouve sous la régence d’Anne d’Autriche, assistée du Cardinal Mazarin.

Ses études terminées, Jean-Robert Duprac maîtrise le métier de maçon qu’il a appris de son père. Il reçoit une demande de l’Église qui le presse de partir en Nouvelle France où l’on a besoin de jeunes hommes comme lui. La mer lui fait peur. Qui plus est, il est attaché à son coin de pays et à sa famille. Mais le goût de l’aventure prend le dessus et, finalement, à 26 ans, il se décide à partir au tout début de l’été. Il fait ses malles et embarque au port de La Rochelle pour une nouvelle vie.

Lors de l’arrivée de Jean-Robert à Québec, en 1673, le nouveau Gouverneur de la Nouvelle-France est le comte de Frontenac, homme turbulent et, aux dires de plusieurs, intraitable, prétentieux, vaniteux, querelleur et vantard. Sa mauvaise réputation l’a suivi en Nouvelle-France, mais il n’est pas homme à se laisser impressionner et, étant donné que la charge de Gouverneur en fait le chef de l’armée et lui donne un droit de veto sur les décisions des autres officiels, il s’arroge les pleins pouvoirs, au mépris de ceux de l’Intendant. Il se retrouve très vite en conflit avec la bourgeoisie dirigeante de la Nouvelle-France.

Jean-Robert aime son nouveau pays. Il s’y sent bien. Son métier le fait vivre et il est heureux. Surtout depuis qu’il a rencontré une jeune fille, Marguerite. Dès les premiers regards, il a ressenti un amour en devenir. Elle a 15 ans, est née à Québec et vit avec ses parents, Maître Paul Vachon et Marguerite Langlois, à Beauport, un petit bourg près de Québec. Me Vachon est notaire royal. Il agit comme procureur fiscal et notaire des Seigneuries de Beauport et de l’île d’Orléans. Jean-Robert et Marguerite s’aiment de plus en plus et tout compte fait Jean-Robert, prend son courage à deux mains et sollicite la main de la jeune Marguerite à son père. Le notaire y réfléchit longuement, car sa fille n’a pas encore 17 ans. Finalement, rassuré par la sincérité de Jean-Robert, son intelligence, son sens des responsabilités, son ardeur au travail et ses ambitions et après consultation avec sa femme, il accepte. Jean-Robert obtient du Seigneur Joseph Giffard un lopin de terre à la Seigneurie de Beauport sur lequel il se construit une petite maison de pierres. Le 6 janvier 1675, les amoureux se marient à Beauport devant le notaire Fillion de Beauport et s’installent dans leur maison. Il devient maçon pour la seigneurie. Ils auront 9 enfants, quatre filles et cinq garçons, dont Jean-Baptiste, qui naîtra en 1689. 

Le recensement de 1681 établit la population de la Nouvelle-France à 9,710 personnes et précise que Jean-Robert et sa petite famille (il a deux enfants à ce moment-là) possèdent « 5 bêtes à cornes et 2 arpents en valeur (c’est la terre ancestrale des Dupras) ». Petit à petit, il fait son nid.

En 1685 et pour quelques années, Jean-Robert se retrouve conscrit dans la milice de la colonie pour aider à la construction de routes, de ponts et de fortifications (comme celle qui ceinture Montréal), car la Colonie, dont la population dépasse maintenant les 15,000 habitants, progresse rapidement. Il faut de nouvelles infrastructures pour assurer la sécurité, le transport des marchandises et la circulation des habitants entre Montréal et Québec, devenues de petites villes et Trois-Rivières où un village a été créé.

Le 4 août 1689, à Lachine, près de Montréal, les Iroquois massacrent un grand nombre d’habitants sans défense et détruisent plusieurs fermes. De plus, les Iroquois attaquent sans impunité car ils sont armés par les Anglais des colonies britanniques américaines qui les encouragent à harceler la Nouvelle-France par tous les moyens. Le moral de Jean-Robert et de sa famille tombe à son plus bas depuis leur arrivée dans cette terre promise.  

Louis XIV en a assez des attaques et du désordre qui se sont installés en Nouvelle-France et, face aux menaces grandissantes des Anglais, renomme Frontenac au poste de Gouverneur (Le roi l'avait rappelé à Paris, quelques années plus tôt). Celui-ci arrive à Québec en octobre 1689. Dès janvier 1690, il envoie trois groupes de guerriers pour attaquer les frontières de la Nouvelle-Angleterre et ils remportent un franc succès.

Ces victoires redonnent espoir à Jean-Robert qui en est ravi. Sa famille compte maintenant six enfants qui vont pouvoir continuer à grandir et prospérer en paix.

Le 19 août, Frontenac apprend que Sir William Phipps, récemment nommé à la tête de la flotte anglaise, fait voile vers Québec. Il arrive le 16 octobre, avec beaucoup de retard et s’installe face à Québec avec une trentaine de bateaux. Alors que le messager de Phipps vient le sommer de rendre la ville, Frontenac répond par ces mots devenus célèbres : « Je n’ai point de réponse à faire à votre général que par la bouche de mes canons et à coups de fusils ». Après trois jours de résistance et un climat de plus en plus glacial, Phipps se résigne et rentre à Boston. Québec est sauvée !

De retour à Beauport, Jean-Robert apprend de son beau-père que celui-ci veut lui apprendre la profession de notaire. Son éducation reçue en France aidant, il passe les années qui suivent à apprendre les lois françaises qui gouvernent la Colonie et, finalement, le 1er décembre 1693, il est nommé notaire et greffier de la Seigneurie de Beauport par le seigneur Joseph Giffard. Il succède aussi à son beau-père comme notaire et greffier de la Seigneurie voisine de Notre-Dame-des-Anges.

Jean-Robert est notaire royal depuis 30 ans lorsqu'il prend sa retraite. Trois ans plus tard, il décède à l’âge de 79 ans, le 3 juillet 1726, à Beauport. Marguerite l’avait prédécédé le 24 juin 1703, atteinte de la petite vérole. Ils sont inhumés au cimetière de Notre-Dame-de-Beauport.

Jean-Robert a été le notaire pour un très grand nombre de contrats de mariage dont plusieurs pour de nouveaux arrivants, devenux ancêtres, en Nouvelle France qui ont créé de nouvelles lignées de descendants. Il est, entre autres, notaire du contrat de mariage de Marie Gignard et Bertrand dit Pierre-Bertrand Bélanger le 2 février 1694. De celui de Marie-Madeleine Magnand et Jean-Baptiste Marcoux le premier avril 1694. De celui de Marie Valade et Jacques Bayard le 22 novembre 1694. De celui de Noël Vachon dit Pomerleau et Monique Giroux le 23 octobre 1695. De celui de Marie-Thérèse Chevalier et Étienne Parent le 11 février 1696. De celui de Rose Otis et Jean Poitevin dit Laviolette le 8 octobre 1696. De celui de Marie Magnan et Nicolas Bélanger le 9 octobre 1699. De celui d'Angélique Sénard et Michel Baugis le 8 novembre 1699. De celui de Marguerite Delaunay et Pierre Bélanger le 5 février 1700. Jean-Robert Duprac est témoin de l'inhumation de Félicité Maillou le 10 février 1703 à Notre-Dame, Beauport. Il est le parrain de Marie-Élisabeth Toupin. Jean-Robert est le notaire du contrat de mariage de Louis Prévost et Marie-Thérèse Maheu le 7 juillet 1712.

Jean-Robert est présent au mariage de Marie-Anne Ménard et Noël Duprac le 4 juin 1715 à Notre-Dame, Beauport et à celui de Marie-Anne Bourbon et François Delamotte le 18 novembre 1715 à Notre-Dame, Beauport. Jean-Robert est le notaire du contrat de mariage de Noël Vachon et Marie-Jeanne Bélanger le 8 janvier 1719. De celui de François Goulet et Marie-Madeleine Bédard, le 12 octobre 1720. De celui d'Anne-Marguerite Turgeon et Claude Rancour le 21 août 1721. De celui de Marie-Jeanne Choret et Mathurin Morier le 16 novembre 1721. Après sa retraite en 1723. Jean-Robert est présent au mariage de Marie Magdeleine Giroux et Germain Maillou le 25 avril 1724 à Notre-Dame, Beauport, Seine-Maritime, Québec.

Jean-Robert a été témoin des premiers jours de la Nouvelle-France et de sa croissance. À sa mort, la population de la Nouvelle-France approche les 35,000 habitants. Elle est devenue, dans son temps, un empire territorial immense, qui s’étend de Terre-Neuve au lac Supérieur et de la Baie d’Hudson jusqu’au Golfe du Mexique. Deux facteurs ont contribué à son essor : son économie centrée sur le marché de la fourrure plutôt que sur l’agriculture et le fleuve Saint-Laurent, corridor navigable, qui permet de pénétrer au plus profond du continent. Et, pour protéger et contrôler ses territoires, la Nouvelle-France s’est donnée un réseau de forteresses érigées aux endroits stratégiques.

 

 

 

Génération 1

 

1JEAN ROBERT2 DUPRAC  (JACQUES1) est né vers 1646 à St-Porchaire, v., ar. et év. poitiers en poitou (Vienne), et meurt le 29 août 1726 à Beauport.  Il épousa MARGUERITE VACHON le 6 janvier 1675 à ct 06-01-1675 Fillion Beauport, fille de PAUL VACHON et MARGUERITE LANGLOIS.  Elle meurt le 24 juin 1703 à Beauport.

 

Les enfants de JEAN DUPRAC et MARGUERITE VACHON sont:

2.           i.   MARIE ANNE3 DUPRAC, n. 26 juillet 1679.

3.          ii.   NOEL DUPRAC, n. 20 septembre 1681, b 21 sepetmbre  Beauport; d. 19 août 1743, Beauport.

            iii.   MARGUERITE DUPRAC, n. 11 octobre 1683.

            iv.   RAPHAEL DUPRAC, n. 17 février 1685.

             v.   RENÉ DIT SAINT RÉNÉ, DUPRAC, n. 15 juillet 1687, Beauport; d. 28 mars 1740, Hôtel-Dieu, Québec; m. GENEVIÈVE GOSSELIN, 20 janvier 1716, St-Pierre Î.O. (ct 14 Rivet).

4.         vi.   JEAN-BAPTISTE DUPRAC, n. 9 mai 1689, Beauport; d. 11 octobre 1758, Beauport.

           vii.   MARIE ELIZABETH DUPRAC, n. 21 février 1691, Beauport.

5.        viii.   JACQUES DUPRAC, n. 4 mai 1694, Beauport; d. 19 janvier 1750, Lachenaie.

6.         ix.   MARGUERITE MADELEINE DUPRAC, n. 15 novembre 1696; d. 3 août 1724, Hôtel Dieu, Québec.

 

 

Génération 2

 

2.  MARIE ANNE3 DUPRAC (JEAN ROBERT2, JACQUES1) est né le 26 juillet 1679.  Elle épousa CHARLES PARENT le 7 janvier 1699 à Beauport, fils de PIERRE PARENT et JEANNE BADEAU

    

Les enfants de MARIE DUPRAC et CHARLES PARENT sont:

              i.   JEAN MARIE4 PARENT, n. 20 novembre 1699, Beauport; d. 14 novembre 1706, Beauport.

7.          ii.   ANTOINE PARENT, n. 29 janvier 1701, Beauport.

            iii.   NOEL PARENT, n. 15 septembre 1702, Beauport; m. MARIE ANNE BÉLANGER, 15 avril 1733, Beauport.

            iv.   CHARLES PARENT, n. 12 juin 1704, Beauport; d. 1 mars 1721, Beauport.

             v.   PIERRE ALEXIS PARENT, n. 31 décembre 1705, Beauport; d. 28 décembre 1776, Beauport; m. ANNE BÉLANGER, 15 avril 1733, Beauport.

            vi.   MARIE JEANNE PARENT, n. 13 mars 1707, Beauport; d. 29 mars 1715, Beauport.

8.        vii.   MARIE JOSEPHE PARENT, n. 12 novembre 1709, Beauport; d. 23 février 1774, Beauport.

           viii.   MARGUERITE GENEVIÈVE PARENT, n. 25 mai 1711, Beauport; d. 29 janvier 1731, Beauport; m. PIERRE BÉDARD, 7 janvier 1731, Beauport; n. 26 septembre 1705.

            ix.   JACQUES PARENT, n. 1 mai 1713, Beauport; m. (1) ANTOINERRE CAMIRÉ, 16 octobre 1754, Beauport; m. (2) GENEVIÈVE LAVALLÉE, 27 juin 1739, Beauport.

             x.   LOUIS PARENT, n. 16 octobre 1714, Beauport.

            xi.   RENÉ FRANÇOIS PARENT, n. 5 janvier 1716, Beauport; m. CATHERINE ROCHEREAU, 24 avril 1741, Beauport.

9.        xii.   GENEVIÈVE PARENT, n. 26 décembre 1719, Beauport.

 

 

3.  NOEL3 DUPRAC (JEAN ROBERT2, JACQUES1) est né le 20 septembre 1681 b 21 septembre à Beauport, et meurt le 19 août 1743 à Beauport. Il épousa(1) LOUISE PARADIS le 26 novembre 1708 à Charlesbourg    (ct 19 Barbel), fille de JEAN PARADIS et JEANNE PAQUET.  Elle meurt le 30 octobre 1714 à Beauport.  Il épousa (2) MARIE ANNE MÉNARD le 4 juin 1715 à Beauport     (ct 02 François Rageot), fille de JACQUES MÉNARD et MARIE BAUGIS

    

Les enfants de NOEL DUPRAC et LOUISE PARADIS sont:

              i.   JEAN BAPTISTE MARIE4 DUPRAS, n. 3 septembre 1709, b 4 septembre Beauport.

             ii.   NOEL RENÉ DUPRAS, n. 17 janvier 1711, Beauport; d. 24 février 1711.

            iii.   CHARLES DUPRAS, n. 8 octobre 1712, Beauport.

            iv.   MARIE LOUISE DUPRAS, n. 20 octobre 1714, Beauport.

 

    

Les enfants de NOEL DUPRAC et MARIE MÉNARD sont:

             v.   PIERRE NOEL4 DUPRAS, n. 3 septembre 1716, b 4 septembre Beauport.

            vi.   ANDRÉ DUPRAS, n. 4 mars 1717, b 5 mars Beauport  (Jumeau).

           vii.   MARGUERITE DUPRAS, n. 4 mars 1717, b 5 mars Beauport (Jumelle).

           viii.   ANDRÉ CHARLES DUPRAS, n. 12 septembre 1718, b 13 Septembre Beauport.

 

 

4.  JEAN-BAPTISTE3 DUPRAC (JEAN ROBERT2, JACQUES1) est né le 9 mai 1689 à Beauport, et meurt le 11 octobre 1758 à Beauport.  Il épousa (1) THÉRÈSE GIROUX le 26 janvier 1712 à Beauport, fille de MICHEL GIROUX et MARIE-THÉRÈSE PROVOST.  Elle meurt le 12 février 1721 à Hôtel Dieu, Québec.  Il épousa (2) MARIE LANDRY le 17 juin 1722 à Beauport  (ct 06 LaCetière), fille de CLAUDE LANDRY et ANGÉLIQUE VÉRIEU.  Elle est née le 18 janvier 1692 à St-François I.O., et meurt le 24 mars 1727.  Il épousa (3) MARIE MADELEINE BRUNEAU le 4 novembre 1727 à Beauport     (ct 03 Noël Duprac), fille de FRANÇOIS BRUNEAU et MARIE BOURGOUIN

    

Les enfants de JEAN-BAPTISTE DUPRAC et THÉRÈSE GIROUX sont:

              i.   JEAN PASCAL4 DUPRAC, n. 2 novembre 1712, Beauport.

10.        ii.   FRANÇOIS DUPRAC, n. 1 novembre 1714, Beauport; d. 6 octobre 1794, 79 ans.

            iii.   MARIE-THÉRÈSE DUPRAC, n. 26 février 1716, Beauport; m. JOSEPH-NOËL GIROUX, 10 janvier 1746, Beauport; n. 18 août 1714, Beauport; d. 31 octobre 1757, Beauport.

            iv.   MARIE ANNE DUPRAC, n. 16 mars 1718, b 17 mars Beauport; d. 6 avril 1721, Beauport.

             v.   ANDRÉ DUPRAC, n. 8 septembre 1719, Beauport; d. 13 juillet 1721, Beauport.

            vi.   MARIE MADELEINE DUPRAC, n. 9 janvier 1721, b 10 janvier Beauport; d. 14 janvier 1721.

 

    

Les enfants de JEAN-BAPTISTE DUPRAC et MARIE LANDRY sont:

           vii.   MARIE ANGÉLIQUE4 DUPRAS, n. 4 mai 1723, Beauport; d. 5 mai 1723.

           viii.   CLAUDE DUPRAS, n. 28 avril 1724, Beauport.

            ix.   MARIE MARGUERITE DUPRAS, n. 3 octobre 1725, Beauport.

             x.   LOUIS DUPRAS, n. 24 mars 1727.

 

    

Les enfants de JEAN-BAPTISTE DUPRAC et MARIE BRUNEAU sont:

            xi.   LOUIS4 DUPRAS, n. 6 décembre 1728, Beauport; d. 9 mai 1731, Beauport.

           xii.   MARIE MADELEINE DUPRAS, n. 7 décembre 1730, Beauport; m. JEAN-BAPTISTE TESSIER, LAPLANTE, 3 mai 1751, Beauport.

           xiii.   JOSEH ALEXANDRE DUPRAS, n. 20 août 1733, Beauport; d. 28 août 1733, Beauport.

           xiv.   JOSEPH ANTOINE DUPRAS, n. 19 septembre 1734, Beauport; d. 8 janvier 1752, Beauport.

           xv.   MARIE LOUISE DUPRAS, n. 22 janvier 1738, Beauport; d. 18 août 1738, Beauport.

           xvi.   LOUIS DUPRAS, n. 19 août 1739, Beauport; d. 14 août 1744, Beauport.

          xvii.   MARGUERITE MARIE DUPRAS, n. 14 juillet 1743, Beauport; m. ÉTIENNE FRANÇOIS BOUCHER, CAMBRAY, 26 janvier 1761, Beauport; n. Paroisse de St-Georges Diocèse de Cambray Flandre, Belgique.

 

 

5.  JACQUES3 DUPRAC (JEAN ROBERT2, JACQUES1) est né le 4 mai 1694 à Beauport, et meurt le 19 janvier 1750 à Lachenaie.  Il épousa CATHERINE HUBOU DIT DESLONGCHAMP le 11 novembre 1715 à St-François Î.J, fille de MATHIEU HUBOU et CATHERINE GOULET.  Elle est née le 29 juin 1696 b 30 juin à Lachenaie, et meurt le 29 janvier 1751 à Lachenaie.

    

Les enfants de JACQUES DUPRAC et CATHERINE DESLONGCHAMP sont:

              i.   JACQUES4 DUPRAS, n. 26 septembre 1716, St-François Î.J; m. MARIE MADELEINE CHARBONNEAU, 24 septembre 1754, Lachenaie.

11.        ii.   ATHANASE DUPRAS, n. 9 février 1718, Saint-François Î.J.

            iii.   MICHEL DUPRAS, n. 14 mai 1720, St-François Î.J.

12.       iv.   JEAN BAPTISTE DUPRAS, DUPRAC, n. 30 décembre 1721, St-François Î.J; d. 29 mai 1790, Montréal.

13.        v.   JOSEPH DUPRAS, n. 9 avril 1724, St-François-de-Sales, Î.J; d. 26 janvier 1786, Lachenaie.

            vi.   BONAVENTURE DUPRAS, n. 22 août 1725, St-François Î.J.

           vii.   FRANÇOIS MARIE DUPRAS, n. 23 mai 1727, b 24 mai Lachenaie; d. 2 avril 1730.

           viii.   MARIE CATHERINE DUPRAS, n. 21 avril 1729, b 22 avril Lachenaie; m. ETIENNE CONTANT, 20 janvier 1749, Lachenaie.

            ix.   GABRIEL DUPRAS, n. 4 juillet 1730, b 5 juillet Lachenaie.

             x.   RAPHAËL DUPRAS, n. 1 avril 1733, Lachenaie, Québec; d. 19 septembre 1733, Lachenaie, Québec.

            xi.   CHARLES DUPRAS, n. 2 janvier 1735, Lachenaie, Québec; d. 3 janvier 1735, Lachenaie, Québec.

           xii.   JACQUES-MARIE DUPRAS, n. 5 janvier 1736, Lachenaie, Québec; d. 26 décembre 1760, Mascouche, Québec; m. MARIE-MADELEINE CHARBONNEAU, 24 septembre 1754, Lachenaie.

           xiii.   AMABLE DUPRAS, n. 5 décembre 1737, Saint-François-de-Sales, I.J.

 

 

6.  MARGUERITE MADELEINE3 DUPRAC (JEAN ROBERT2, JACQUES1) est né le 15 novembre 1696, et meurt le 3 août 1724 à Hôtel Dieu, Québec.  Elle épousa JEAN HALAY le 18 décembre 1717 à Beauport, fils de JEAN HALAY et MARIE MARANDA.  Il est né le 20 novembre 1683 à Lauzon.

 

Concernant JEAN HALAY:

Veuf de Rancin, Marie Anne d 01-05-1717

au rec. 16 à la basse ville de Québec, Cabaretier et Maître de barque.

    

Les enfants de MARGUERITE DUPRAC et JEAN HALAY sont:

              i.   JEAN JOSEPH4 HALAY, n. 9 octobre 1718, Québec; d. 10 octobre 1718, Québec.

             ii.   MARIE LOUISE HALAY, n. 12 mars 1720; d. 29 mars 1720, Québec.

            iii.   CHARLOTTE HALAY, n. 12 mars 1720, Québec; m. MAÎTRE BOULANGER JEAN-MOIGNARD, 24 novembre 1755, Basilique Notre-Dame, Montréal; n. vers 1725, 30ans né à Noilhan évêché de Lombez, Gers. France.

            iv.   JEAN BAPTISTE HALAY, n. 12 mai 1722, b mai 13 1722 Québec; d. 12 novembre 1725.

             v.   MARIE-ANNE HALAY, n. 18 janvier 1724; m. (1) PIERRE SOUVIGNY, 27 avril 1750, Notre-Dame, Montréal; n. vers 1719, 31ans né Bourgueil Anger, Indre-et-Loire, France; m. (2) NICOLAS-MAXIMILIEN-JOSEPH DEMOITEMONT, 10 février 1760, St-Laurent.

 

suite... les Dupras, générations 3 et 4