Les jeux du Québec

Accueil • Début
 

samedi 6 août 2005

les Jeux du Québec

Heureux

 

Je pars ce matin pour l’Abitibi afin d'assister aux Jeux du Québec qui se tiennent à Amos. C’est la 41ième finale de ces jeux pour les enfants et les adolescents du Québec. J’y vais avec mon fils Yves pour voir, particulièrement, la compétition de ski nautique qui se tiendra au Quai Amos et à laquelle participera ma petite-fille Alexia.

 

C’est la deuxième fois de ma vie que je vais à ces Jeux en Abitibi. L’autre occasion fut, il y a une trentaine d’années, à Rouyn-Noranda alors que mon fils André devient champion du Québec en ski nautique. On peut constater de qui Alexia tient.

 

Nous profiterons de notre voyage dans ce coin minier du Québec pour visiter à Valdor à la cité de l’or et descendre dans une ancienne mine à 300 pieds sous terre. Il paraît que cette visite vaut le détour

 

Je connais ces villes puisque durant l’été 1953, je dirigeais une équipe d’arpentage charger de relever les données de la rivière Peter Brown à Landrienne et nous logions au Château Inn d’Amos. Nous avons alors visité toutes les villes et villages de l’Abitibi et sommes allés particulièrement à Valdor qui était la ville où tout se passait. Il y avait beaucoup d’argent qui y circulait car les mines d’or en généraient beaucoup. La ville fourmillait de nouveaux riches qui voulaient bien vivre. Ils fréquentaient les meilleurs endroits dont les grands restaurants et le Siscoe pour terminer la soirée. C’était unnight-club de qualité mettant en vedette des stars américains. J’avais vu alors le chanteur américain Mel Torme au moment où il laissait son style de chanteur romantique pour devenir chanteur de jazz.  Il subissait l’influence de la popularité grandissante du rock & roll aux USA. Le jeune Frank Sinatra était aussi venu chanter dans ce club

 

Nous apportons nos lignes de pêche et nos sacs de couchage et iront, sur la route du retour, taquiner le doré dans une pourvoirie au rapide 7 près de Malartic.  

 

Ce sera intéressant de voir combien l’Abitibi à changer.

 

Je serai de retour jeudi, donc pas de blog d’ici là. A bientôt

 

Claude Dupras