Les jeux Olympiques à Montréal

Accueil • Début
 

mercredi 3 août 2005

les jeux olympiques à Montréal

Confiant


Le maire Tremblay de Montréal, après le succès remporté par la présentation des championnats mondiaux de sports aquatiques, a suggéré dans l’euphorie du moment que la ville se propose au CIO pour les Jeux Olympiques de 2016.

 

L’idée du maire est bonne mais elle sera rejetée par une grande partie de la population qui a encore en mémoire les déficits des Jeux de 1976, qu’elle paye encore d’ailleurs. Il semble réaliste de penser que les jeux de 2016 seront probablement en Amérique du Nord, puisque ceux de 2008 seront à Beijing en Asie et ceux de 2012 à Londres, Europe. On sait que les membres du CIO aiment favoriser les continents à tour de rôle. Il est fort probable que New York, qui a manqué le bateau lors de la dernière sélection, sera de nouveau en liste pour 2016. Il y a aussi Toronto qui a fait deux présentations et n’a pas été choisie pour les jeux de 2004 et ceux de 2008. Elles ont donc une longueur d’avance sur Montréal.

 

De plus, trop de Montréalais ont encore un goût amer dans la bouche et rejettent l’idée. Il ne pense pas évidemment que nous avons maintenant les infrastructures, ce qui n’était pas le cas en 1976, telles : Stade, piscines, centre équestre, centre d’entraînement… et que de notre temps, la Grèce étant une exception, l’organisation des jeux génère des surplus importants, sans compter les retombées économiques.

 

Montréal devrait comme je le disais dans mon blog du 17 juillet dernier, chercher à « obtenir, à tous les quatre ans, la présentation des championnats mondiaux d'une discipline olympique, elle maintiendrait vivant l'esprit olympique chez sa population. De plus, elle demeurerait pour le monde olympique une ville capable de recevoir à nouveau ces jeux grandioses. C'est pour un avenir lointain, évidemment, mais il faut y penser longtemps d'avance et agir en conséquence… ». Pendant ce temps, les Montréalais et les Montréalaises apprendront à aimer et se à familiariser davantage avec les sports olympiques, comme on vient de le constater avec les championnats mondiaux, et petit à petit, le mauvais souvenir financier du passé s’effacera. D'autant plus que la préparation de la présentation au CIO peut côuter des dizaines de millions de $ (on dit que celle de Paris en juillet dernier s'est chiffrée à 40 millions d'euros).

 

Il me semble donc que les jeux à Montréal ne pourront être obtenus qu’en 2024 et cela à la condition que Toronto ne soit pas choisie en 2016. Cela semble loin, mais le temps passe rapidement et un tel objectif serait plus réaliste et motivateur pour les leaders politiques

 

Claude Dupras