les Lebeau

Accueil • Début • les Lebeau, génération 4 • les Lebeau, génération 5 • les Lebeau, génération 6 • les Lebeau, génération 7 • les Lebeau, générations 8 et 9 • Vos commentaires / Your comments
 

 

 

 

Chronique familiale de l'ancêtre Antoine Beau dit LEBEAU

Le fils de Germaine DUPRAS, soeur de Charles-Émile, est Jean-Jacques LEBEAU et cette généalogie a été préparée par ce dernier.

L'histoire d'Antoine et de ses descendants a été établie sur 9 générations.

    1.  PIERRE1 BEAU est né à Château-l'Evêque (Dordogne) canton, Périgueux, France.  Il maria MARIE LAFORGE. Ils ont eu un enfant :

    2.     i.  ANTOINE BEAU2 LEBEAU.

 

Génération 1

2.  ANTOINE BEAU2 dit LEBEAU (PIERRE1 BEAU) est né 1741 à Château - l'Evêque (Dordogne) canton Périgueux France.  Il épousa MARIE-JOSEPHTE RÉMILLARD janvier 17, 1763 à St Vallier, comté de Bellechasse, fille de FRANÇOIS RÉMILLARD et de FRANÇOISE HÉLIE.

Le mariage eut lieu en présence, du côté du futur, de Pancrasse Catellier, Jean de Lentagne, amis des parties; du côté de la future, de: son père, Augustin et Pierre Rémillard ses frères, (contrat Joseph Fortier, de St-Vallier, le 15 Déc. 1762)

Il eut lieu à St-Vallier de Bellechasse, le 17 Janvier 1763 après la publication des trois bans, entre Etienne Beau, fils de Pierre Beau et de feu Marie Laforge, de Château-l'Evêque; et Marie-Josephte Rémillard, fille de François Rémillard et de Françoise Hélie, de St-Vallier. En présence de P.Catellier, François Corriveaux, Jean Corriveaux.

Pour bien situer l'ancêtre Antoine BEAU dit LEBEAU, voici un bref historique: Le Périgord forma en 1790 la presque totalité de ce département avec quelques fragments de L'Agénois, du Limousin et de L'Angoumois, Ces provinces étaient alors comprises dans la Guyenne et la Gascogne. Le pays était peuplé, dès la plus haute antiquité préhistorique (grotte des Eyzies, de la Madeleine, de Lascaux, de Cro-Magnon, etc). A l'époque de la Conquête par Crassus lieutenant ce César (57 avant J.-C.) des tribus gauloises l'habitait; il fit alors partie de la 2e Aquitaine. Après l'occupation romaine, les Wisigoths en firent la conquête pour s'en voir un siècle plus tard chassés par les Francs (Ve et VIe s.). Les successeurs de Charlemagne l'érigèrent en comté indépendant. Durant le moyen âge, il passa à plusieurs reprises sous la domination anglaise, du XIIe au XVe siècle, et fut reconquis définitivement sous Charles VII. Les comtes de Périgord s'insurgèrent plusieurs fois contre le pouvoir royal jusqu'au jour où par la Maison d'Albret, ce fief revint à Henri IV qui le réunit à la Couronne de France. Les guerres de la Ligne et de la Fronde apportèrent quelques troubles dans cette province (XVIe et XVIIe siècles) et de même la Révolution (XVIIIe siècles). La guerre de 1939-45 n'atteignit pas très directement la région qui se trouva seulement effleurée par la "ligne de démarquation".

Le diocèse de Périgueux est de la province de Bordeaux. Cet évêché fut érigé dès l'origine du christianisme dans les Gaules. Supprimé en 1801, il ne fut rétabli qu'en 1821. Son territoire est formé par le département de la Dordogne.

Le diocèse de Québec a été érigé en octobre 1674. Il n'eut pendant de longues années d'autres limites que celles des possessions françaises d'Amérique du nord ou, pour mieux dire, de la Baie d'Hudson à l'embouchure du Mississippi et de l'Acadie et de l'Ile Royale aux terres d'Espagne. Quand la Louisiane passa sous la domination de l'Espagne, l'évêque de Québec put se décharger sur l'évêque de la Havane du soin spirituel de ce pays éloigné et nous croyons qu'après 1759, il n'eut presque rien de commun avec la Louisiane. Il convient d'ajouter que les Iles Saint-Pierre et Miquelon furent, jusqu'en 1763, soumises à la juridiction de l'évêque de Québec.

ANTOINE BEAU dit LEBEAU est pêcheur. Âgé de 22 ans, il est à Québec depuis 10 ans. Il a produit pour témoins Jean Dautin et Jean Ligoni avec lesquels il est venu en Nouvelle France en qualité de mousse. Le 6 novembre 1762, il comparaît, devant le vicaire général Briand, avec Jean de Hautin, natif de Gretay évêché de Coutances, lequel après avoir promis de dire la vérité a assuré qu'Antoine Beau ne s'est point marié en France et le connaît depuis 10 ans, qu'ils sont venus à Gaspé ensemble alors que le Antoine Beau était mousse et enfant dans son vaisseau. Ils sont toujours demeuré ensemble depuis ce temps là. 

Les enfants d'ANTOINE LEBEAU et de MARIE-JOSEPHTE RÉMILLARD sont:

3.     i.  ANTOINE3 LEBEAU.

4.    ii.  J-AUGUSTIN LEBEAU.

5.   iii.  JEAN-BAPTISTE LEBEAU, n. octobre 4, 1770, St Cuthbert  (Berthier).

      iv.  MARIE-ANNE LEBEAU, n. 22 février 1774, St-Cuthbert Co. Berthier; m. JOSEPH BARET, juin 17, 1793, St Cuthbert  (Berthier).      

       v.  MARIE-FÉLICITÉ LEBEAU, m. (1) FRANÇOIS SYLVESTRE, février 9, 1795, St Cuthbert  (Berthier); m. (2) ANTOINE ALLARD, avril 3, 1815, St Cuthbert  (Berthier).

      vi.  MARIE-JOSEPHTE LEBEAU, m. (1) PIERRE AYOTTE, octobre 24, 1785, St Cuthbert  (Berthier); m. (2) JEAN BAPTISTE JACQUES, février 7, 1795, St Cuthbert  (Berthier).

     vii.  MARIE-MADELEINE LEBEAU, m. JOSEPH GRENON, juin 17, 1793, St Cuthbert  (Berthier).

    viii.  MARIE-MARGUERITE LEBEAU.

 

Génération 2

3.  ANTOINE3 LEBEAU (ANTOINE BEAU2, PIERRE1 BEAU). Il maria MARIE-GENEVIÈVE MARION octobre 18, 1790 à Berthier-Ville co. Berthier, fille de JEAN-BAPTISTE MARION et de M-CHARLOTTE HUOT.     

Les enfants d'ANTOINE LEBEAU et de MARIE-GENEVIÈVE MARION sont:

       i.  ANGÈLE4 LEBEAU, m. MÉDARD PAQUIN.

6.    ii.  ANTOINE LEBEAU.

7.   iii.  JEAN-BAPTISTE LEBEAU.

8.   iv.  JOSEPH LEBEAU.

       v.  JULIE LEBEAU, m. ALEXIS RIVIÈRE.

      vi.  M-ANGÉLIQUE LEBEAU.

     vii.  M-MADELEINE LEBEAU, m. ANTOINE ALLARD.

4.  J-AUGUSTIN3 LEBEAU (ANTOINE BEAU2, PIERRE1 BEAU). Il maria(1) MARIE-ANTOINETTE MassON mars 1, 1802 à Maskinongé, co. Maskinongé   (St-Joseph), fille de JEAN-BAPTISTE MassON et de MARGUERITE LAMPRON.  Il maria (2) ELIZABETH REICHE PINARD septembre 29, 1841 à Maskinongé, co. Maskinongé   (St-Joseph), fille de GABRIEL PINARD et ELIZABETH GIRARD.     

Les enfants de J-AUGUSTIN LEBEAU et de MARIE-ANTOINETTE MASSON sont:

       i.  AGATHE4 LEBEAU, m. DAVID FRÉCHETTE, février 13, 1838, Maskinongé, co. Maskinongé   (St-Joseph).

      ii.  ANTOINETTE LEBEAU, m. PIERRE FLEURY, septembre 8, 1823, Maskinongé  co. Maskinongé (St-Joseph).

9.   iii.  AUGUSTIN-JOSEPH LEBEAU.

10. iv.  AUGUSTIN LEBEAU.

11.  v.  JEAN-BAPTISTE LEBEAU.

12. vi.  JOSEPH LEBEAU.

5.  JEAN-BAPTISTE3 LEBEAU (ANTOINE BEAU2, PIERRE1 BEAU) est né octobre 4, 1770 à St Cuthbert  (Berthier).  Il maria M-JOSEPTHE THOMAS DIT TRANCHEMONTAGNE  avril 13, 1795 à St Cuthbert  (Berthier), fille de FRANÇOIS THOMAS et PÉTRONILLE LE BOULANGER. Elle mourut octobre 11, 1854 à St Didace  74 ans.

Notes pour JEAN-BAPTISTE LEBEAU:

2e Baptême dans les régistres de St-Cuthbert le 4 Octobre 1770.    

Les enfants de JEAN-BAPTISTE LEBEAU et MARIE-JOSEPTHE TRANCHEMONTAGNE sont:

13.   i.  ALEXIS-OLIVIER4 LEBEAU, n. le 23 février 1813, St Cuthbert (Berthier).

      ii.  ADÉLAIDE LEBEAU, m. JOSEPH CHAUMOND, février 20, 1838, Ste Anne des Plaines.

      iii.  AURÉLIE LEBEAU, m. AMBOISE CARON, mars 5, 1832, St Cuthbert  (Berthier).

      iv.  JEAN-BAPTISTE LEBEAU, m. MARIE LOUISE CARON, février 22, 1830, St Barthelémi.

       v.  MARIE-JOSEPHTE LEBEAU, m. FRANÇOISTESSIER LAFOREST, février 16, 1824, St Cuthbert  (Berthier).

      vi.  MARIE-SOPHIE LEBEAU, m. PIERRE GAGNON, janvier 31, 1814, St Cuthbert  (Berthier).

     vii.  NARCISSE LEBEAU, m. SOPHIE BIBEAU, octobre 28, 1845, St Cuthbert  (Berthier).

    viii.  VICTOIRE LEBEAU, m. JOSEPH BLAIS, août 13, 1844, St Cuthbert  (Berthier).

Le Baptême de Jean Baptiste Lebeau, fils d'Antoine et de Marie Jos. Rémillard est le deuxième dans les registres de la paroisse de St.Cuthbert le baptême eut lieu le 4 Octobre 1770. Voici quelques notes en rapport avec l'état de la situation de cette paroisse durant ces années alors Jean-Baptiste à 15 ans:                     L

"De famille noble, le curé de Lorimier, en fonction depuis 1785, avait le goût du beau et du grand. Le 27 juin 1786, le seigneur James Cuthbert, père, demandait à M. de Lorimier,  "un vaste banc seigneurial dans l'église de St-Cuthbert, un banc relevé d'un trône, l'ancien restant pour les domestiques... Ses dons, deux cloches et un tableau, l'exigent...". Le curé de Lorimier s'adresse à son évêque de Québec au sujet de cette demande du seigneur Cuthbert. De concert avec les marguilliers, il procéda à "la décoration et à l'ornementation de l'église dans les années 1787-1788, fit faire plusieurs travaux et oeuvres d'art par l'architecture Liebert, en particulier une chaire en noyer en 1791, un autel à la romaine en 1794, un banc d'oeuvre en 1797, des chandeliers en 1799.

Durant ces travaux la misère noire attaquait St-Cuthbert en 1789. Plusieurs familles vivent dans l'extrême pauvreté. Les paroissiens tiennent une assemblée "pour tirer de l'argent du coffre-fort suivant l'ordre de Mgr l'évêque de Québec, afin de subvenir à la misère présente. Conformément à cet ordre, on a tiré du coffre 472 livres et 16 coppres, laquelle somme a été remise entre les mains de Joseph Rainville et Joseph Roberge, nommés Syndics des pauvres par l'assemblée. Il fut décidé que la somme subdite serait convertie en grain, dont une partie sera distribuée aussitôt aux plus nécessiteux, et l'autre partie dans le temps des semences."  Le 17 mai 1789, les marguillers, "opinant que la Fabrique a à peine le nécessaire, décident de vendre le blé aux nécessiteux aux prix coûtant. Une liste de personnes bénéficiaires est remise aux Syndics des pauvres." 

Entretemps, soit le 12 mai 1789, des habitants de St-Cuthbert envoient une requête à Mgr. Jean-François Hébert, évêque de Québec et porte plainte contre leur curé, M. de Lorimier, dont voici un résumé:

Monseigneur,

"M. le curé de Lorimier exige que nos dîmes soient payées, pour avoir le droit de "faire nos pâques". Or, nous sommes trop pauvres pour payés nos dîmes..." C'est avec répugnance la plus grande que nous nous voyons obliger de nous plaindre de notre pasteur.. N'est-il pas assez dure (sic) pour des malheureux d'être privés de la vie (nourritures), sans encore se voir rebuter et privés du sacrement si cher et si recherché des fidèles catholiques (l'Eucharistie), sous le prétexte que ces infortunés n'ont pas payé leurs dîmes, sans vouloir entendre s'ils l'ont pu faire ou non.

Hélas Monseigneur, est-il possible qu'un malheureux qui a récolté 12 minots de blé et qui ont huit personnes à nourrir, puisse tirer de son blé (pour payer ses dîmes), sans arracher le coeur de ses enfants? C'est le cas de Joseph Laplume: Celui qui en a recueilli huit minots et qui a cinq personnes à nourrir, peut-on légitimement exiger expressément du blé de lui, c'est le cas de Charles Chênevert. Un autre qui en a récolté 11 minots et qui a cinq personnes à vivre dessus, peut-il réellement le donner en nature, c'est cependant ce qu'on exige de Pierre Vadenais, ainsi que de François Sarrazin, Baptiste Plante, Louis Paquin père, Auguste Laberge, Charles Carpentier et Baptiste Cadorette, tous chargés d'une nombreuse famille et dont plusieurs sont infirmes.

Parce qu'ils ne peuvent livrer en nature la dîme du peu de blé qu'il a plu au Dieu tout-puissant de leur distribuer, M. Le Curé leur refuse absolument de leur faire faire leurs Pâques, telles propositions que ces gens lui aient faites, chacun à leur particulier. Les uns lui ont proposé du sucre et livré même. Un autre un billet, ainsi des autres, mais point d'autres raisons.

"Apportez-moi votre blé, ayez-en ou n'en n'ayez point,  sinon, point de Pâques."

Monseigneur, nous savons que cela est dû, mais aussi cette année est sans exemple. Est-il possible que parce que nous sommes dans les "dernières misères" et que nous mourons de faim, nous serons aussi privés d'approcher du sacrement de l'Eucharistie. Il est vrai que nous ne sommes malheureusement pas les seuls, et qu'il y en a que trop d'autres dans cette paroisse, mais nous espérons que votre grandeur, Monseigneur, trouvera par un acte d'humanité et sa sage prévoyance, un moyen autre, afin que les susnommés puissent faire leurs pâques, sans faire tort à M. le Curé. Fait à St-Cuthbert, ce 12 mai 1789     

Cette lettre, même si elle n'est pas très élogieuse envers M. le curé de Lorimier, nous permet de faire la part des choses et voir le contexte de l'époQué. Ce n'est pas une simple lettre de plaintes qui puisse ternir la réputation d'un pasteur, qui a oeuvré durant 14 ans à St-Cuthbert et qui est mort au devoir à 38 ans du coeur. On peut quand même juger de la sévérité du curé dans ce moment crucial et de ses extravagances our construire l'église. Dans ce chapitre, il faut bien se rappeler ceci: on n'a pas trouvé dans les archives la réponse de Mgr l'Évêques, ni la défense du curé à ces accusations. Ce que nous savons par d'autres documents cités plus haut, c'est que la fabrique a mis sur pied un comité et des syndics pour les "nécessiteux".

De plus, nous savons par ailleurs que les paroissiens estimaient leur curé. En effet, dans la requête du 4 avril 1796 (sept ans plus tard), demandant une chapelle à la pointe d'York, les habitants de York et de St-Joachin reconnaissent "le zèle de M. de Lorimier, leur curé..." N'est-ce pas un beau témoignage ? On peut retenir non seulement la pauvreté des gens à cette époque des commencements, mais aussi leur foi profonde, leur volonté ferme de "faire leurs Pâques". Si on est privé de pain, qu'on nous donne au moins le pain de vie!" N'est-ce pas éloquent et édifiant que ce témoignage de nos ancêtres?

En 1794, Michel Bernèche, Antoine Lebeau et Joseph Barette se permettent de signer un "placet" et d'envoyer une lettre à Québec contre leur curé, M. de Lorimier.  Mais cette fois, ces trois paroissiens regrettent leur geste et font une rétractation officielle sous serment. A la fin, leur désaveu est le plus beau témoignage jamais rendu à leur curé: "Je n'ai rien à dire contre mon curé. Il m'a rendu service en plusieurs occasions. J'ai signé par crainte.  J'annule ce que j'ai dit. J'ai signé contre la vérité..." Et les trois ont signé: "Michel Bernèche, Antoine Lebeau et Joseph Baret."

Voici les grandes lignes de ces rétractations du 13 septembre 1794. Moi, Michel bernèche, habitant de St-Cuthbert, déclare que, dimanche 7 septembre, "Jean Morin m'a demandé de la part du capitaine Lépine de me transporter l'après-midi en la maison d'Antrobus à Berthier, pour, disait-il, terminer quelques affaires. Et qu'après nous avoir donné du rhum à boire, on me sollicita à signer un (placet) qui devait être présenté à Monseigneur l'évêque contre notre curé. Je répondis que je n'avais rien à dire contre Mr. le curé, qu'il m'avait rendu service en plusieurs occasions et même depuis peu. Je montai aussitôt à cheval, mais intimidé en voyant les capitaines Pellan, Rock, le lieutenant, Vadnais, Lépine et Mr. Antrobus qui nous encourageaient à signer; je me suis laissé gagner à signer contre la vérité. Je déclare hautement et je l'affirmerai quand on voudra par serment que je ne connaisse rien en Mr. de Lorimier notre curé, de ce qu'on lui impute dans ce placet".

Les rétractations nous font connaître les vrais auteurs de la requête contre le curé de Lorimier: John Antrobus, gendre du seigneur James Cuthbert, qui a eu des démêlés avec le curé Pouquet de Berthier à plusieurs reprises dans les années 1792-1793, le capitaine Lépine qui était le bras droit de seigneur Cuthbert et qui avait causé des difficultés au curé Dubois, enfin les autres capitaines Pellan, Vadnais et Rock. Les archives indique que le monde est monde est monde en 1794, en 1860 comme en 1980 ! Et c'est très humain. De plus, Michel Bernèche, Antoine Lebeau et Joseph Baret sont montés à cheval pour se rendre chez Antrobus les routes étant peu carrossables. On voyageait à cheval ou en charrette à poche". La dernière partie du texte précédent est un extrait du volume l'histoire de St-Cuthbert par Florian Aubin.

 

Génération 3

6.  ANTOINE4 LEBEAU (ANTOINE3, ANTOINE BEAU2, PIERRE1 BEAU). Il maria MARIE-FRANÇOISE JACQUES août 7, 1815 à St Cuthbert  (Berthier), fille d'ANTOINE JACQUES et de MADELEINE RUEL.    

Les enfants d'ANTOINE LEBEAU et de MARIE-FRANÇOISE JACQUES sont:

14.   i.  ANTOINE5 LEBEAU, n. de St Justin.

      ii. ELZÉAR LEBEAU, m. (1) MARIE-HORTENSE DUCHESNY, septembre 26, 1843, Maskinongé  co. Maskinongé (St-Joseph); m. (2) ADÉLAIDE PLANTE, mai 13, 1851, St-Barthélémy,  co.Berthier.

      iii.  ÉMÉRENCE LEBEAU, m. IlRCULE BAREILLE-LAJOIE, février 9, 1847, St Barthelémy co.Berthier.

      iv.  HenriETTE LEBEAU, m. JOSEPH AYOTTE, janvier 16, 1855, St Barthelémy co.Berthier.

15.  v.  IlRCULE LEBEAU.

16. vi.  NORBERT LEBEAU, MIN, d. décembre 19, 1896, St Didace 68 ans.

     vii.  ZOÉ LEBEAU, m. PIERRE GIGUÈRE.

7.  JEAN-BAPTISTE4 LEBEAU (ANTOINE3, ANTOINE BEAU2, PIERRE1 BEAU). Il maria VICTOIRE LAURENDEAU février 18, 1833 à St-Barthélémy, co.Berthier, fille de FEU LAURENDEAU et MARIE JOLETTE.    il maira en deuxième noces (2) ELIZABETH RONDEAU juillet 2, 1842 à Joliette co. Joliette    (Ste Élizabeth), fille d'AMBOISE RONDEAU et d'ANGÈLE COUTU. Il maria(3) MARIE-LOUISE GRAVEL,  MINEURE août 17, 1846 à St-Barthélémy,  co.Berthier, fille de FEU GRAVEL et MARIE-LOUISE DUFRESNE.   

L'enfant de JEAN-BAPTISTE LEBEAU et de VICTOIRE LAURENDEAU est:

       i.  ÉLOYSE5 LEBEAU, m. NORBERT SYLVESTRE, janvier 27, 1852, St  Barthélemy co Berthier.   

L'enfant de JEAN-BAPTISTE LEBEAU et de ELIZABETH RONDEAU est:

      ii.  LINA5 LEBEAU, m. JOSEPH MARCHAND, juillet 8, 1862, St  Barthélemy co Berthier.   

Les enfants de JEAN-BAPTISTE LEBEAU et de  MARIE-LOUISE GRAVEL sont:

17. iii.  FRANÇOIS FRANK5 LEBEAU, LEBO.

18. iv.  J-NORBERT LEBEAU.

19.  v.  NOÉ LEBEAU.

20. vi.  SÉRAPHIN SÉVÉRIN LEBEAU.

8.  JOSEPH4 LEBEAU (ANTOINE3, ANTOINE BEAU2, PIERRE1 BEAU). Il maria MARIE-SOPHIE DRAINVILLE, MINEURE février 1, 1825 à St Cuthbert (Berthier), fille de JEAN-BAPTISTE DRAINVILLE et de THÉRÈSE BÉDARD.   

Les enfants de JOSEPH LEBEAU et de MARIE-SOPHIE DRAINVILLE sont:

       i.  ADÉLINE5 LEBEAU, m. THÉOPHILE BROUILLARD, juillet 30, 1861, St-Davide co. Yamaska; d. vf de Marguerite Desrosiers.

      ii.  CAROLINE LEBEAU, m. CHARLES LERICHE, février 5, 1870, St-Cuthbert co. Berthier; d. vf  de Eléonard Cotineau.

      iii.  CÉLANIRE LEBEAU, m. HUBERT BLANCHARD, février 9, 1875, Montréal     (Notre Dame de Montréal).

      iv.  HÉLOISE LEBEAU, m. AIMÉE BLAIS, février 18, 1851, St-Cuthbert co. Berthier.

21.  v.  IlRCULE LEBEAU.

22. vi.  J-NORBERT LEBEAU.

     vii.  MARIE DINA LEBEAU, m. ALEXIS DUBOIS, mai 11, 1852, St Cuthbert  (Berthier).

    viii.  SIMON LEBEAU, m. MARIE CÉLANIRE RINFRET, août 1, 1871, Maskinongé  co. Maskinongé (St-Joseph).

      ix.  SOPHIE LEBEAU, m. JOSEPH DUBOIS, février 7, 1877, Montréal     (Notre Dame de Montréal).

9.  AUGUSTIN-JOSEPH4 LEBEAU (J-AUGUSTIN3, ANTOINE BEAU2, PIERRE1 BEAU).  Il maria DOROTHÉE SICARD-DE-CARUFEL septembre 23, 1823 à Maskinongé  co. Maskinongé (St-Joseph), fille de FRANÇOIS SICARD-DE-CARUFEL et de MARGUERITE LUPIEN.   

Les enfants de AUGUSTIN-JOSEPH LEBEAU et de  DOROTHÉE SICARD-DE-CARUFEL sont:

       i.  ADÉLAIDE5 LEBEAU, m. NOÉ BEAUGRAND, novembre 12, 1867, Maskinongé  co. Maskinongé (St-Joseph).

      ii.  AUGUSTIN LEBEAU, m. MARGUERITE MORIN, août 25, 1845, Maskinongé  co. Maskinongé (St-Joseph).

      iii.  DOROTHÉE LEBEAU, m. LOUIS ROY, janvier 13, 1846, Maskinongé  co. Maskinongé (St-Joseph).

      iv.  FIRMIN LEBEAU, m. MARIE-CÉLINE PAQUIN, janvier 31, 1860, Maskinongé  co. Maskinongé (St-Joseph).

23.  v.  JOSEPH LEBEAU.

      vi.  PHILOMÈNE LEBEAU, m. JOSEPH MORIN, novembre 19, 1861, Maskinongé  co. Maskinongé (St-Joseph).

10.  AUGUSTIN4 LEBEAU (J-AUGUSTIN3, ANTOINE BEAU2, PIERRE1 BEAU). Il maria (1) CHRISTINE LEFEBVRE octobre 3, 1833 à Maskinongé co. Maskinongé (St-Joseph), fille de of ALEXANDRE LEFEBVRE et de CHRISTINE LEMIRE-GAUCHER. Il maria (2) ANGÉLIQUE FRÉCHETTE février 26, 1838 à Maskinongé co. Maskinongé (St-Antoine), fille de JEAN-BAPTISTE FRÉCHETTE et de MADELEINE DOUCET.    

L'enfant d'AUGUSTIN LEBEAU et de CHRISTINE LEFEBVRE est:

       i.  HenriETTE5 LEBEAU, m. PLANTE JOSEPH, février 9, 1858, Maskinongé  co. Maskinongé (St-Joseph).

L'enfant d'AUGUSTIN LEBEAU et d'ANGÉLIQUE FRÉCHETTE est:

      ii. ELOYSE5 LEBEAU, m. TOUSSAIN LUPIEN, août 4, 1863, Louiseville   co. Maskinongé (St-Joseph).

11.  JEAN-BAPTISTE4 LEBEAU (J-AUGUSTIN3, ANTOINE BEAU2, PIERRE1 BEAU).  Il épousa ELIZABETH FRIGON juillet 31, 1827 à Maskinongé  co. Maskinongé (St-Joseph), fille de LOUIS FRIGON et de MARGUERITE MassON.      

L'enfant de JEAN-BAPTISTE LEBEAU et d'ELIZABETH FRIGON est:

       i.  DOMITILDE5 LEBEAU, m. CHARLES SICARD-DE-CARUFEL, janvier 12, 1847, Maskinongé  co. Maskinongé (St-Joseph).

12.  JOSEPH4 LEBEAU (J-AUGUSTIN3, ANTOINE BEAU2, PIERRE1 BEAU). Il maria M-DELPHINE RINFRET février 10, 1834 à Maskinongé  co. Maskinongé (St-Joseph), fille d'ANTOINE RINFRET et de FRANÇOISE BIRON.  

Les enfants de JOSEPH LEBEAU et de M-DELPHINE RINFRET sont:

24.   i.  CALIXTE5 LEBEAU.

25.  ii.  DAVID LEBEAU.

      iii. ELMIRA LEBEAU.

      iv. EMÉLIE LEBEAU, m. PIERRE MassON, juillet 20, 1869, Maskinongé  co. Maskinongé (St-Joseph).

Notes sur EMÉLIE LEBEAU: Elle est la mère de l'abbé Masson diocèse de Nicolet

26.  v.  FRANÇOIS LEBEAU, CULTIVATEUR.

      vi.  HenriETTE LEBEAU, m. NARCISSE BRISETTE, novembre 12, 1898, Maskinongé  co. Maskinongé (St-Joseph); d. vf  de Rose Délima Landry.

27. vii.  JOSEPH LEBEAU.

    viii.  LÉOCADIE LEBEAU.

28. ix.  NORBERT LEBEAU.

29.  x.  ONÉSIME LEBEAU.

      xi.  PHILOMÈNE LEBEAU, m. OLIVIER CROISETIÈRE, juillet 24, 1860, Maskinongé   co. Maskinongé (St-Joseph).

Note sur PHILOMÈNE LEBEAU: Elle est la mère du frère Hubert-Gabriel Frère de st-Gabriel.

13.  ALEXIS-OLIVIER4 LEBEAU (JEAN-BAPTISTE3, ANTOINE BEAU2, PIERRE1 BEAU) est né vers 1812 à St Cuthbert. Il maria JULIE BARETTE octobre 22, 1838 à St Cuthbert  (Berthier), fille de GABRIEL BARETTE et LOUISE VÉZINA. Elle est née vers 1813 à St Cuthbert.

Notes sur ALEXIS-OLIVIER LEBEAU: Il est enterré octobre 22, 1887, St Didace, il a 75 ans.

Notes JULIE BARETTE: Elle est enterrée juillet 15, 1897, St Didace, elle a 84 ans  

Les enfants d'ALEXIS-OLIVIER LEBEAU et de JULIE BARETTE sont:

30.   i.  ALFRED5 LEBEAU, n. 1843, St Didace. (boulanger à St Barthélemy, Co berthier); d. juin 4, 1923, Chicopee  80 ans 3 mois.

31.  ii.  NAP-MAGLOIRE LEBEAU, n. vers 1845.

      iii.  OLIVINE LEBEAU, n. vers 1847; m. (1) JOSEPH PAUL, novembre 29, 1871, St Didace, co Maskinongé; m. (2) GASPARD FROMENT, novembre 22, 1887, St Didace, co Maskinongé.

      iv.  MARIE LEBEAU, n. vers 1848; m. (1) FRANÇOIS PLANTE, septembre 7, 1880, St Didace, co Maskinongé; m. (2) FIRMIN DUFRESNE, avril 1, 1905, St Edmond, co Berthier.

32.  v.  JOSEPH LEBEAU, n. octobre 3, 1849, St Didace; d. 1911, St Didace.

      vi.  MARIE ILLUMINÉE LEBEAU, n. avril 13, 1852, St Gabriel de Brandon.

     vii.  OLIVIER LEBEAU, n. avril 13, 1854, St Didace; m. MARIE HÉBERT, septembre 24, 1882, Warren RI  USA.

33. viii. TÉLESPHORE LEBEAU, MIN, n. octobre 25, 1855.

 

Suite... les Lebeau génération 4