le 6 juillet 2005

Les pisse-vinaigre

Triste

 

Londres sera le site de Jeux Olympiques de 2012. La décision a été annoncée aujourd’hui  par le CIO et Paris voit sa présentation refusée pour la troisième fois. Normalement une telle constance favorise une ville. Le dossier de Paris était impeccable et tenait compte des expériences passées. Les Français étaient motivés par ces jeux. Tout baignait dans l’huile. Alors pourquoi Paris n’a-t-elle pas été choisie ?

 

La politique ? On nous dit qu’il n’y en a pas dans le mouvement Olympique. Je crois le contraire. Les Américains étaient, de toute évidence, sympathiques à Blair, les pays du Commonwealth l'étaient envers Londres et le vote du NON lors du référendum français sur la constitution européenne n’a sûrement pas aidé à persuader les pays de l'Europe de l'Est à supporter Paris...

 

Par ailleurs, plusieurs remarques démagogiques faites par des pisse-vinaigre (dont des économistes, des professeurs d'université, des conseillers municipaux, des écologistes, des chefs d'entreprise) ont été rapportées par les journaux français et ont fait du tort à la cause de Paris. En voici quelques unes :

 

L’esprit des Jeux est un esprit de violence, violence de la compétition, de la victoire….

 

Organiser les JO à Paris est obscène quand, dans une ville, il a autant de sans-logis. Il est dégradant que l’on étale un tel luxe inutile

 

Combien de morts d’ouvriers a-t-on recensés sur les chantiers athéniens?

 

Le baron de Coubertin s’est trompé : l’essentiel n’est pas de participer, mais de gagner.

 

Le sport spectacle se confond avec le sport tout court, la pratique sportive. Les JO n’ont rien à voir avec le sport, mais tout avec la compétition

 

Le pouvoir immense du CIO favorise la corruption.

 

Le projet de Paris est schizophrène, inacceptable et incompréhensible.

 

Le Coca Cola n’est résolument pas compatible avec les valeurs que souhaite défendre Paris dans le cadre de sa candidature pour organiser des Jeux écologiques, éthiques et solidaires disaient les Verts en pressurisant la mairie de Paris de renoncer à signer un contrat de partenariat avec Coca Cola (membre du club des commanditaires officiels des JO) qui offrait 600,000 euros pour aider les sports urbains et les activités culturelles de la ville. La mairie a finalement refusé la commandite. Par conséquence, la puissante compagnie Coca Cola n'était assurément pas du côté de Paris dans ce dossier.

 

Si Paris avait gagné, le maire de Paris aurait eu tout le mérite. Mais face à la défaite, les socialistes voudront absoudre le maire Delanoë, un des leurs, et blâmeront Chirac, le bouc émissaire tout désigné. Déjà, ils le blâmaient la semaine dernière de nuire au dossier à cause de propos qu'il avait tenus et qu'ils qualifiaient de blessants pour les Anglais. Ils étaient tout au plus anodins.  

 

Les quelques remarques citées précédemment, qui se sont sûrement rendus aux oreilles des membres du CIO, ne sont que la tête de l’Iceberg. Que dire aussi des nombreuses grèves inutiles, non justifiées qui paralysent le pays à tout bout de champ (il y avait grève et manifestation de la fonction publique lorsque les membres du CIO sont venus en mars à Paris  et la circulation était au ralenti). Que dire des nombreuses manifestations, pour tout et pour rien, qui créent un climat d’insatisfaction chez les Français envers leur pays et qui ont des résonances négatives dans le monde. Que dire des syndicats qui dans leurs réclamations et leurs grèves ne montrent pas de sens de responsabilité et refusent de tenir compte de l'intérêt de l'État, ils ont sûrement fait peur aux membres du CIO. Que dire du chômage qui est à 4% en Angleterre et près de 10% en France et du peu d'effort que font ses entreprises pour changer la situation. Que dire de Delanoë et des organisateurs du dossier de Paris qui n'ont pas crû dans les vertus du lobbyisme auprès des membres du CIO sous prétexte que ce n'était pas dans les habitudes françaises (pourtant les compagnies françaises en font régulièrement pour avoir des clients) alors que les Anglais y allaient à fond. Que dire des politiciens qui s’entredéchirent pour le pouvoir et oublient l'intérêt des Français et de la France. 

 

La réalité est que les pires ennemis des français sont les français eux-mêmes.