lundi 3 avril 2006   
l'espion malgré lui ?
Gêné


 

Claude Morin, ex ministre péquiste et séparatiste, conseiller constitutionnel et homme de confiance des ex PM québécois Robert Bourassa et René Lévesque, publie aujourd’hui un livre pour éliminer, une fois pour toutes, les insinuations et les accusations d’espionnage qui l’affligent depuis plus de 20 ans. Il a admis avoir reçu des honoraires de la police montée canadienne pour fournir des renseignements secrets venant de ses collègues et des gouvernements pour qui il travaillait. Du temps de Bourassa, les renseignements provenaient d’un gouvernement fédéraliste à un autre, tandis que du temps de Lévesque il s’agissait de renseignements venant d’un gouvernement séparatiste à un gouvernement fédéral. En apprenant la nouvelle, René Lévesque en est devenu malade.

 

Le livre de Morin peut expliquer le contexte, les circonstances et chercher à démontrer, comme il le prétend, que dans le fond il agissait comme indicateur pour protéger ses confrères politiciens et son parti. Personne ne le croira. Il peut dénigrer le journalise qui l’a dénoncé, cela le diminuera dans l’opinion publique.

 

Il n’y a qu’une solution pour connaître la vérité et démontrer que sa thèse est la bonne : c’est la publication de la transcription intégrale de toutes les conversations qu’il a eues avec les policiers de la Gendarmerie Royale du Canada et la divulgation des montants d’argent qu’il a reçus.

 

Ainsi, vérité sera faite et les Québécois seront à même de juger si, oui ou non, Claude Morin a été un traître à ses chefs, à son parti et au Québec.

 

Claude Dupras