mercredi 3 mai 2006   
un homme politique habile
Heureux


 

Le gouvernement canadien du PM Stephen Harper vient de présenter son premier budget. C’est un très bon budget et il est en général bien accueilli, sauf pour ses politiques qui l’éloignent de l’accord de Kyoto et de l’aide prévue par le gouvernement libéral précédent pour les premières nations du Canada.

 

Surprise, le Bloc Québécois, parti séparatiste, va voter pour le budget et empêcher ainsi que le gouvernement soit renversé. Avec une minorité de sièges à la Chambre des communes et les libéraux avec les néo-démocrates décidés à voter contre le budget, l’appui du Bloc sauve le PC. Son chef, Gilles Duceppe, pile sur ses principes, sur ses déclarations passées et justifie sa décision en prétextant que le PM annonce que le déséquilibre fiscal avec les provinces (quelques unes prétendent que ce déséquilibre n’existe pas) sera réglé dans son prochain budget. Et s’il y avait une élection déclanchée par Harper avant ce budget !

 

À mon avis, la vraie raison se trouve dans le sondage de la semaine dernière qui place le Bloc Québécois derrière le parti conservateur au Québec et montre des signes d’un balayage conservateur, s’il y a une élection fédérale dans un avenir rapproché. Il est clair, pour moi, que Duceppe revoit dans ses cauchemars l’élection de 1958 lorsque l’ex PM Diefenbaker, anglophone et député de l’ouest canadien tout comme Harper, remporta la plus grande majorité au pays dont 50 sièges au Québec. Et cela seulement quelques mois après avoir renversé le gouvernement libéral à l’élection générale en 1957 où il n’avait gagné que neuf sièges au Québec. L’histoire semble vouloir se répéter et les députés du Bloc Québécois se voyant battus pour la première fois de leur carrière ont peur et sont prêts à tout pour sauver leur peau. Même à supporter le parti conservateur qu’ils ont honni et sali sur la place publique il y a à peine quelques mois. Leur vraie pensée est exprimée à Québec où le chef des séparatistes du parti Québécois, André Boisclair, ridiculise le nouveau budget Harper et s’y oppose.

 

Harper est habile et sait manoeuvrer pour faire comprendre aux Québécois l’importance de la fédération canadienne. Le sondage CROP de la semaine dernière donne 31% d'appuis au Bloc Québécois (il est revenu au score pré-scandale des commandites) qui obtenait 53%, il y a à peine un an. Les mesures du budget et la nouvelle ferveur fédéraliste au Québec seront profitables au parti de Jean Charest qui en a vraiment besoin et qui sera probablement réélu si la tendance se maintient. Avec ces deux aspects positifs pour le fédéralisme, je crois que la question d’un prochain référendum sur la séparation du Québec sera renvoyé aux calendes grecques. Bravo Harper !