le 8 juillet 2005

Message d'un ami algérien

Suite à mon blog d’hier, j’ai reçu un message d’un ami algérien, Mansour, que je reproduis intégralement dans mon blog d’aujourd’hui pour favoriser une meilleure compréhension de mes amis lecteurs.

 

Cher Claude

 

En rapport avec ton blog d’hier, voici mes réflexions sur la lutte contre le terrorisme islamique engagé par Bush et Blair.

 

Dans un premier temps, il ne faut se rappeler que le mouvement « djihadiste » (mouvement favorisant une guerre sainte dans laquelle tout musulman doit s'engager pour défendre ou étendre le domaine de l'Islam) a existé bien avant les attaques contre les intérêts anglais ou américains. L’Algérie en connaît un bout. Tant que le « djihadisme » ne se développait que dans les pays arabes, les pays occidentaux ont tout fait pour aider ce mouvement extrémiste à déstabiliser le monde arabe du golfe persique à l’atlantique. Londres, qui aujourd’hui subit la terreur du terrorisme de ces « fous de Dieu », a été pendant des décennies le centre d’hébergement de tous les islamistes du monde qui trouvaient refuge dans cette capitale mondiale au nom du droit d’asile politique. Toute l’organisation internationale et le système financier nécessaire à  ce système extrémiste étaient à Londres.

 

Ce qui me fait le plus peur, c’est que dans le futur les USA et l’Angleterre trouveront un arrangement avec ces égorgeurs de femmes et d’enfants pour avoir la paix. Cette entente se fera encore une fois sur le dos des peuples arabes qui ne demandent qu’à vivre, comme tu le dis, dans la paix et l’espoir d’un avenir meilleur pour leurs enfants

 

Par ailleurs, un des moyens d’évaluer les progrès de la lutte contre le terrorisme est de suivre la situation des représentations diplomatiques des pays occidentaux à travers le monde depuis les années 90. Pour ce faire, il est utile de mesurer l’évolution des centres culturels anglais et américains dans cette région du monde.

 

Je me souviens, par exemple, des activités du centre culturel américain à Alger durant les années 70 alors que l'ambassade américaine à Alger était grande ouverte au public algérien. Des milliers de jeunes algériens ont appris l'anglais dans ces centres culturels. D’autres milliers d'algériens faisaient la queue pour avoir une chance de faire des études supérieures aux USA ou en Angleterre. Aujourd’hui, tous ces centres culturels sont fermés et même les jeunes algériens qui ne demandent qu'un visa pour  faire leurs études aux USA se trouvent refoulés comme des lépreux. Il en est de même pour des centaines de milliers de jeunes arabes dont des Égyptiens, des Saoudiens, des Jordaniens, des Syriens ou même des Libanais. En fait, j'ai l'impression que depuis le 9 septembre 2001, le monde occidental a décidé de couper toutes les relations culturelles et éducatives avec le monde arabe. A cause de ce blocus culturel, j'ai l'impression que le système éducatif arabe en général, qui est déjà très faible, ne fera que se détériorer dans les années à venir.

 

Bush et Blair continuent à nous rassurer qu'ils n'ont aucune intention de mener une guerre contre le monde arabe tout entier. Mais la réalité est que la rupture culturelle qu'ils imposent à ce monde ne fait que préparer des sociétés qui seront éventuellement livrées pieds et mains liés aux valeurs des islamistes. Pendant ce temps, Bush et Blair font semblant de combattre au nom des valeurs universelles des droits de l'homme et de la liberté individuelle

 

Pour revenir au comportement des gouvernements occidentaux durant les années noires du terrorisme islamique en Algérie de 1990 à ce jour, je me souviens de celui du président Mitterrand qui à maintes reprises a déclaré qu'il était dans l'intérêt de l'Algérie et de toute l'Europe que le gouvernement algérien accepte les revendications de ces « fous de Dieu » qui tuaient des Algériens par milliers. En fait, ce comportement, qui était celui de l'Europe et des USA vis a vis des  islamistes, me semble aujourd'hui comme ayant été  une tentative d'éviter au monde occidental de se retrouver le théâtre d'une nouvelle flambée de terrorisme. La plus grande hypocrisie du comportement du monde occidental dans le passé c'est qu'il a apporté  un soutien considérable aux islamistes à travers le monde arabe au nom de la démocratie. Aujourd’hui on ne parle plus, dans les capitales occidentales, de ces négociations avec ces « fous de dieu » car on a finalement compris qu’ils ne pensaient qu'à infliger des malheurs à toutes les sociétés qui refusaient de reconnaître leurs revendications politiques et religieuses. 

 

Mansour