lundi 27 février 2006   
main mise sur le casino
Surpris


 

Un de mes lecteurs préférés répond à mon blog "non, non, et non encore au casino". C'est une opinion intéressante qui montre l'autre côté de la médaille. Il me fait plaisir de le reproduire ici in extenso pour la meilleure compréhension de mes lecteurs.

 

À toute fin pratique, je comprends que vous proposez ni plus ni moins, l’euthanasie du casino de Montréal et, si possible, en plus, quant à faire et pourquoi pas,…. celle de Loto-Québec. Assurément, vous n’y allez pas de main morte.

 

Vos arguments sur la pauvreté sont louables, j’en conviens. Mais ce n’est pas parce que le casino ira là ou là dans le cadre de sa réorganisation, que la question fondamentale que soulève la Direction de la Santé de Montréal dans son avis sur la relocalisation du casino, c'est-à-dire, la soi-disant problématique de proximité et les facilités d’accès, va régler la pathologie du jeu dans la population en général et chez les humains en particulier. 

 

La localisation du casino qui nous occupe n’a rien à voir avec la question du joueur convulsif, pauvre ou riche. On mélange tout. Qu’on installe le casino à Westmount ou dans la cour de triage d’Outremont n’y changera rien dans le comportement de certains individus. C’est malheureux, mais c’est ainsi. Qu’on les soigne au mieux et qu’on fasse l’impossible pour qu’ils guérissent et qu’on trouve des solutions pour les sortir de cette misère. C’est d’ailleurs une des missions de la Direction de la Santé de Montréal qui n’a, par ailleurs et surtout pas, le mandat de planifier l’aménagement du territoire de la métropole ou encore de préparer le schéma du développement urbain de la même façon, je n’apprécierai pas que des « bollés » de la planification du territoire m’opèrent le genou ou organise le combat une pandémie. À chacun sa science. 

 

La DSM n’a pas répondu à la problématique de l’éradication du jeu et n’y arrivera jamais parce que le jeu fait partie de la nature humaine. Comme le dit le Robert, le jeu est une activité physique ou mentale purement gratuite, qui n’a, dans la conscience de celui qui s’y livre, d’autre but que le plaisir qu’elle procure. Je me rappelle vous avoir vu jouer à la « poule » avec un bonheur consommé. Jeu de carte typiquement québécois où il fait bon de voir ses amis se divertir. Là aussi, le jeu à un rôle à…jouer. Celui de socialiser. Tout ce qu’a fait la DSM dans ce débat, c’est de lancer le pavé dans la mare à coup de statistique afin de « caner » un projet générateur d’affluence et d’inspiration disons, pour faire image, à la Barcelonaise avec son rapport à la mer, dont les effets seraient bénéfiques pour Montréal surtout si on y greffe comme prévu, de la culture en quantité industrielle. 

 

Le Bassin Peel est un lieu formidable et monopolistique. Le potentiel est immense. Que le nouveau casino soit placé là, dans le bassin Peel, afin qu’il participe au succès du développement international de Montréal et au renouveau d’un quartier défavorisé me semble drôlement plus important que de voir pourrir à vue d’oeil celui qui s’agrippe sur l’île Notre-Dame. On paie des fortunes depuis des années pour le maintenir tant bien que mal en état. Vous en savez quelque chose Claude, vous qui avez été un des cabinets d’ingénieurs-conseils retenus afin de corriger à grand frais de nombreuses déficiences de ce bâtiment notamment les systèmes électromécanique en plus des multiples transformations dont il a fait l’objet depuis plus de 13 ans. Cet édifice n’a pas été, comme vous le dites faussement, construit à coup de centaines de millions de dollars mais bien plutôt érigé à l’origine pour abriter le pavillon de la France de l’expo 67 au frais de la France. Il appert qu’il nous coûte aujourd’hui très cher. Pas seulement en argent. En réputation. Il ne répond plus à la fonction. Il est désuet. Il discrédite Montréal. Il n’est plus efficace au niveau de son rendement et des objectifs qu’il doit atteindre si nous acceptons que l’État québécois œuvre dans le business du jeu, comme dit l’éditorialiste André Pratte.

 

Montreux, San Juan, Monaco et j’en passe, ne sont pas, à ce que je sache, des villes de l’enfer du jeu et de la débauche humaine. Bien au contraire! Pourquoi alors, chez nous cela crée problème de déplacer un équipement récréatif et touristique afin qu’il devienne, de part la valeur ajoutée de son nouvel emplacement, plus performant face aux défis du développement économique, culturel, social, touristique etc., dont Montréal a tant besoin?

 

En fin de compte, la meilleure chose qui puisse arriver aux pauvres de PSC dont vous parlez tout le temps, c’est qu’ils soient au centre d’une polémique comme celle que nous vivons actuellement avec ce projet, afin d’alerter l’opinion publique sur leur sort et qu’ils obtiennent de bon droit des logements de qualité et sécuritaire ainsi que des espaces verts et des places publiques où ils pourront s’émanciper et vivre l’urbanité au même titre que les autres citoyens mieux nantis.

 

un ami

 

Évidemment, je sais que les bâtiments du casino actuel ont été construits pour l'Expo 67 par la France et le Québec. Ils étaient des bâtiments temporaires pour le durée de l'Expo. Le Casino les a refaits, hivernisés, mis aux normes, agrandis et y a ajouté des garages, des aménagements extérieurs et quoi encore. Ces dépenses se sont chiffrées à des centaines de millions de dollars.

 

Il n’y a pas de casino à New York, Toronto, Vancouver, Boston, Chicago, Paris, Madrid, Lisbonne, Rome, etc… et ces grandes villes s’en portent très bien. Rares sont les grandes villes qui ont un casino.

 

Vegas, Monaco, San Juan et autres du même genre sont des villes de touristes et de vacances. Malgré cela, il est reconnu qu’une fraction importante de la population de ces dernières villes souffre aussi de la maladie du jeu à cause des casinos dans leur milieu.

 

J'invite mes lecteurs à participer à ce débat qui est non seulement intéressant mais fort important pour le bien être de la population québécoise et pour Montréal.

 

Claude Dupras

 

Ps. Je ne dévoile jamais les noms des intervenants mais seulement le contenu de leurs messages