Et pendant ce temps... l'Afghanistan

Accueil • Début
 

mercredi 9 août 2006

Et pendant ce temps… l’Afghanistan

Anxieux


 

La guerre au Liban accapare toutes les manchettes et on entend moins parler de la crise en Irak et de la situation en Afghanistan. Si ce n’était des morts de soldats canadiens, cinq depuis une semaine, ce dernier conflit passerait vite aux oubliettes. Mais la dure réalité vient nous secouer régulièrement puisque la liste de soldats morts et blessés s’allonge.

 

Nous sommes allés dans ce pays à la demande de l’ONU, en 2002, pour assurer le maintien de la paix après que les « warlords » omniprésents et qui contrôlent presque toutes les régions de ce pays se soient rencontrés et aient accepté d’assurer un appui au président Karsaï afin que la paix revienne et que le pays se rebâtisse. Depuis, les Talibans qui semblaient conquis ont fourbi leurs armes et utilisent des tactiques terroristes pour chercher à reprendre le chemin perdu.  De plus en plus, jour après jour, nos soldats sont attaqués sournoisement. Alors que notre mandat devait se terminer en 2007, le gouvernement a allongé notre action militaire dans ce pays jusqu’à 2009 sans donner de raison valable pour cette décision.

 

Je m’opposais à cette extension et le temps donne raison à tous ceux qui avaient cette opinion. Notre mandat de maintien de la paix s’est transformé en une action militaire active contre les Talibans. À mon avis, le Canada n’a ni la culture, ni la force armée formée, ni les armes pour s’engager dans un tel contexte. Nous ne pouvons que souffrir. Et les Canadiens le savent puisqu’ils s’expriment majoritairement contre de tels engagements. Ils ont appris que les politiques militaristes pour régler des conflits régionaux ne mènent à rien. La Corée, l’Indochine, l’Algérie, le Vietnam, l’Irak en sont pour eux un rappel constant. .

 

Face au nouveau développement guerrier en Afghanistan, le Canada devrait se retirer de ce pays à la fin du mandat original en 2007 et annuler l’extension votée. Le PM Harper devrait changer son optique qui vise à grossir l’armée et à l’armer jusqu’aux dents. Il prétend que c’est pour répandre nos valeurs traditionnelles dans le monde. Rien n’est plus loin de la réalité. Notre rôle de « casques bleus » a  été bien défini depuis l’ex PM Pearson et nous devrions continuer dans cette voie. Le respect de la paix représente bien ce que nous sommes.

 

Il n’est pas honteux de se retirer de l’Afghanistan. Plusieurs pays, dont l’Espagne, se sont retirés du conflit en Irak et il serait normal qu’un autre pays remplace le Canada à la fin de son engagement original avec l’ONU.  Chacun son tour.

 

Claude Dupras