Où es-tu Jean-Paul II ?

Accueil • Début
 

samedi 16 septembre 2006

Où es-tu Jean-Paul II ?

Surpris

 

 

Benoît XVI a livré hier une réflexion qui a bousculé le monde musulman. À la fin de son voyage en sa terre natale, l’Allemagne, il s’est montré méfiant sur l’islam en condamnant le « guerre sainte (le djihad) » et les « conversions passant par la violence ». Au moment où la tension est au plus haut point dans le monde sur la question islamiste, où l’Occident ne fait pas la part des choses entre l’islam et le mouvement islamiste, où les musulmans sont de plus en plus sensibles devant les interprétations négatives des populations de l’ouest sur ce problème, voilà que le Pape, chef de la religion catholique qui a plus d’un milliard de fidèles en Occident, laisse échapper des mots qui choquent les musulmans.

 

On sait que Benoit XVI est un théologien reconnu. Il a voulu, pour une raison difficile à comprendre à ce moment-ci, établir une distinction claire entre le christianisme et l’islam en rapport avec la raison et la foi. « Pour la doctrine musulmane, Dieu est absolument transcendant. Sa volonté n’est liée à aucune de nos catégories, pas même celle de la raison » a-t-il dit en reprenant la phrase du Coran « Aucune contrainte en religion ». Donc nous les chrétiens nous refusons de ne pas agir « selon la raison » car c’est « contraire à la nature de Dieu ».

 

Devient-il un nouvel inquisiteur qui oublie la violence des croisades ? Veut-il attaquer de front la question des fanatiques de l’islam ? Veut-il démontrer la sérénité et la raison retrouvées de l’église catholique face au message des intégristes ? Ceux qui s’y connaissent disent que son message est très fort et qu’il veut interpréter les doctrines pour inviter le monde à réfléchir. Il reste à espérer que le Pape a raison dans sa demande indirecte aux musulmans de faire un examen de conscience et en voulant engager avec eux un authentique dialogue.

 

Je crois que le souverain pontife a eu tort de livrer ce message face à l’effervescence intégriste si perceptible actuellement. Nous vivons dans un monde d’images, d'illusions et de grande sensibilité entre nos deux civilisations et ce n’était pas le temps pour lui de brasser la cage. Il devient évident qu’il n’a pas le charisme ni le sens politique de Jean Paul II qui a tout fait pour réunir les religions et donner la paix au monde. Moi, comme d'autres, je m'ennuie de lui.

 

Claude Dupras