33 morts... et ce n'est que le début

Accueil • Début
 

mardi 5 septembre 2006

33 morts... Et ce n'est que le début...

Triste


 

Le 23 juin et le 9 août dernier, mes blogues portaient sur la présence des soldats canadiens en Afghanistan. Aujourd’hui, 5 autres soldats canadiens sont morts. Depuis le début de notre intervention, nous en sommes à 33 soldats qui reviennent dans un cercueil et le rythme des décès augmente rapidement. C’est trop. Malheureusement, ce n’est pas fini. J’ai l’impression que les Canadiens commencent à vivre leur Vietnam.

 

Les Américains malgré tous leurs outils de guerre n’ont pu éliminer les Talibans et les voient resurgir comme terroristes. C’est l’expérience soviétique qui se répète. En effet, il y a 20 ans, l’URSS n’a pu résister aux guérillas Afghanis et a dû rapatrier son armée, après avoir subi un très grand nombre de pertes de vie.

 

Le Canada a accepté originalement la demande de l’ONU et de l’OTAN de collaborer à la sécurité, au maintien de la paix à Kaboul et à la reconstruction de ce pays jusqu’en 2007. Mais depuis, notre mandat a changé. Il est devenu militaire dans une région dangereuse, le Kandahar, où de toute évidence les Talibans ressuscités font la pluie et le beau temps et notre « job » est de les tuer. Malgré ce fait, le gouvernement canadien l’a allongé pour une période de deux ans jusqu’en 2009. Je me suis opposé à cette décision parce qu’elle allait contre nos politiques passées et aussi parce que le PM Harper a refusé de donner les raisons qui la justifiaient.

 

Mon opposition est basée sur le fait que l’affrontement militaire ne fait pas partie de la culture canadienne. Certes, nous avons participé aux deux grandes guerres et à celle de la Corée, mais depuis 1957 nous avons réduit nos forces et les avons préparées plus spécifiquement pour un rôle de pacificateurs qui correspond davantage à ce que nous sommes. Cela nous sied bien et les pays du monde reconnaissent que nous avons rendu de grands services comme casques bleus pour l’ONU.

 

Même les grands hommes peuvent faire des erreurs. Harper doit reconnaître la sienne et reconsidérer sa décision. Les Canadiens ne lui reprocheront pas ce geste. Au contraire.

 

Claude Dupras