Tetouan, Tanger

Accueil • Début
 

 

 

 

Tetouan

Le nord du Maroc, où se termine l’Europe et commence l’Afrique, ce territoire est un carrefour de civilisations encore épargné par un tourisme de masse. Et pourtant, il enchantera les voyageurs. De Tanger, au Rif, région secrète souvent d’accès difficile, en passant par Tétouan ou Chefchaouen, sans oublier la plaine d’Oujda, le Nord marocain est rempli de trésors.

Ville du Nord à 60km de Tanger, Tetouan regroupe plus de 280.000 habitants. Détruite par les espagnols, elle fut reconstruite au XVe siècle. Suite à la chute de Grenade, les immigrés musulmans chassés d'Espagne s'installèrent à Tétouan. Tétouan fut la capitale du Maroc espagnol de 1915 à 1956.

Située dans une région agricole, elle est devenue un centre de commerce pour les produits de l'agriculture et de l'artisanat. Ses industries comptent notamment les cimenteries et les conserveries de poisson. Elle vit aussi d'artisanat et de tourisme.

La médina de Tétouan avec son lacis unique de ruelles ombragées est inscrite au Patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco. Son important mellah (quartier juif) fut appelé la petite Jérusalem. C’est l’endroit le plus animé à la nuit tombée. Ici, les souks sont bien séparés, chaque corps de métier occupant un périmètre précis.

La rue Tarafin, bordée de bijouteries, mène à la place Hassan II et au Palais Royal, bel exemple de l’architecture hispano-mauresque construite sous le protectorat espagnol. Les balcons en fer forgé de ces maisons blanches sont de la grande tradition espagnole et nous replongent dans l'histoire inévitable de la grande époque Hispano-mauresque.

Pour rentrer dans la médina et franchir les remparts de Tetouan, le visiteur a le choix entre sept portes magnifiquement ouvragées. On y trouve, entre autres, le musée archéologique et le musée des Arts Marocains. Le premier présente de belles mosaïques et une multitude d’artefacts de l’époque romaine. Le second, ethnologique, expose des costumes traditionnels et des instruments de musique régionaux.

Ses ruelles aux bâtisses ornées de céramiques dégagent une fraîcheur délicieuse.

Tetouan c'est aussi les souks : "al Fouki" où sentent bon le pain frais et les mélanges d'épices; "Al-houte", jolie petite place ombragée par quelques arbres où les artisans exposent leurs œuvres amoureusement travaillées; ceux aux grandes animations où les citadins en djellabas blanches ou vêtus en costumes et les paysannes en "Foutas rayées rouges et blancs" vendent leurs produits fraîchement cueillis et "al Mellah" où les artisans ventent leur savoir-faire.

Sur les auteurs de l'Ain Bournane on retrouve un panorama magnifique de la ville et le "Riad al Ochak" (jardin des amoureux) où l'on peut rêver pendant des heures dans le calme et la fraîcheur d’un petit café au creux de la grotte. Sans oublier le grand palais du Khalifat, édifié au XVII siècle sous le règne de Moulay Ismail.

Tanger

Située à l'extrémité nord du pays, la ville est la principale porte du Maroc sur l’Europe dont elle est séparée par les 14 kilomètres du détroit de Gibraltar. Sa population s'élève à près de 800 000 habitants, ce qui en fait la cinquième ville du Maroc. Elle est surnommée « la ville des étrangers » en raison de ses nombreuses colonisations (Phénicienne, Romaine, Vandales, Arabes, Portugaise, Anglaise, Française et Espagnole).

 

 

 

L’air de la mer imprègne la ville. C’est devant Tanger que l’Atlantique et la Méditerranée se rencontrent. Pour voir de ses yeux le détroit, il faut se rendre au cap Spartel pour apercevoir le phare jaune entouré de palmiers et la ligne de démarcation entre l’Atlantique et la Méditerranée qui se dessine, paraît-il, par temps calme. Au large, on discerne très distinctement les côtes espagnoles.

La petite route qui y mène est bordée de fastueuses villas dont celle du roi.

Et, près du cap, les spectaculaires grottes d’Hercule composées de cavernes creusées par les vagues de l’Atlantique sont impressionnantes. La légende raconte qu’Hercule ouvrit le détroit de Gibraltar d’un coup de sabre

Moins de quinze kilomètres séparent « Tanger la marocaine » d’Algésiras, en Espagne. Encore plus proche, le rocher de Gibraltar domine le détroit.

La religion, les langues

La religion la plus représentée au Maroc est l’islam qui regroupe 98,7 % des croyants. Elle est la religion officielle, mais la coexistence avec les autres religions est effective et leurs pratiques sont garanties par la constitution. La journée est rythmée par 5 appels à la prière. Le mois de Ramadan et les grandes fêtes religieuses varient par rapport au calendrier grégorien.

Le judaïsme et le christianisme restent principalement représentés par les résidents européens avec respectivement 0,2 % et 1,1 % de la population.

Les langues officielles sont le berbère et l’arabe classique. Le pays considère comme autres langues culturelles, le Français, l’Espagnol et l’Anglais.

La nature

La nature au Maroc est à portée de main : désert, montagnes, vallées et mer. Le pays a donc beaucoup à offrir, en plus de ce qui précède, aux randonneurs de tout niveau et autres amateurs de vert !

Ils peuvent arpenter avec plaisir les montagnes marocaines et du haut des douces altitudes du Rif, admirer ses falaises se jetant dans la Méditerranée rendant magique cette région peu fréquentée. Les lacs regorgent de truites qui y attendent les pêcheurs amateurs. 

Les plus sportifs relèveront les défis du Moyen et du Haut-Atlas à pied, en VTT ou en parapente, pour faire de l’escalade, du canyoning ou de la spéléologie. Ses sommets peuvent atteindre 4 000 m. La petite Suisse marocaine, peut surprendre avec sa fraîcheur d’été, ses neiges en hiver et ses treks typiques. 

Rien n’est plus indescriptible qu’un séjour aux portes du désert à la découverte de son immensité et de ses couleurs.  La nuit, c’est la possibilité du bivouac dans le désert, le refuge en montagne et, partout, le gîte chez l’habitant pour des rencontres inoubliables et authentiques.  

Face à l’Atlantique, la baie d’eau turquoise de Dakhla enchante par les oiseaux migrateurs et les flamands roses qu’on peut côtoyer.  

L’accueil chaleureux, c’est aussi l’identité marocaine tout comme ses palmiers, l’huile d’argan, le safran, les odeurs, l’ambiance, le sourire de ses habitants…  

Au Maroc, il y en a pour tous les goûts.

 

 

Le trekking au Sahara marocain