The big picture

Accueil • Début
 

vendredi 16 décembre 2005

the big picture

Frustré

 

Un confrère de Poly m’écrit un mot qui, à mon point de vue, a rapport avec l’évolution de la présente campagne électorale canadienne. Il me rappelle un paragraphe que René Lévesque écrivait dans sa biographie : "Les partis appelés à durer vieillissent généralement assez mal. Ils ont tendance à se transformer en Églises laïques hors desquelles point de salut et peuvent se montrer franchement insupportables. A la longue, les idées se sclérosent, et c’est l’opportunisme politicien qui les remplace. Tout parti naissant devrait, à mon avis, inscrire dans ses statuts une clause prévoyant qu’il disparaîtra au bout d’un certain temps. Une génération ? Guère davantage, ou sinon, peu importe les chirurgies plastiques qui prétendent lui refaire une beauté, ce ne sera plus un jour qu’une vieillerie encombrant le paysage politique et empêchant l’avenir de percer ".

 

Un autre m’écrit : "Davantage que tous les autres scrutins précédents, je crois que le résultat de la campagne en cours va démontrer la fragilité du Canada". 

 

Il me semble évident que les Canadiens en ont assez des partis actuels et que c’est peut être une des raisons qui nous empêche de voir l’avenir prometteur du Canada. Chaque région du pays se console, en désespoir de cause, dans les bras d’un parti mais ne semble pas vraiment en aimer un.

 

Pourtant nous savons que notre pays a un avenir fantastique et n’est pas fragile. Il est le plus vaste du monde sur un territoire riche en matières premières; sa dette diminue; sa population est intelligente, dynamique et travaillante; le chômage est bas; ses lois sociales protègent ses citoyens, il est indépendant, il est respecté, il fait bon y vivre et est à ce point de vue un des meilleurs sur la planète et combien d’autres aspect positifs peuvent être énumérés. Il fait l’envie des autres populations du monde.

 

Son problème est la politique et les politiciens qui ne cessent de nous renvoyer des images discordantes et critiques de notre pays. Je me console, ces jours-ci, en prenant un peu de distance et en regardant, comme disent nos amis américains, « the big picture ».

 

Claude Dupras