Un autre soldat canadien tué hier

Accueil • Début
 

dimanche 1 octobre 2006

un autre soldat canadien tué hier

Triste


 

Le soldat Josh Klukie est mort hier. Le bilan devient lourd. Semaine après semaine, la liste des soldats canadiens tués ou blessés en Afghanistan s’allonge. Après chacun de ces drames, le PM Harper émet de son bureau son message standard de sympathie envers la famille et fait l’éloge du soldat et de sa bravoure. Par ailleurs, il défend la présence de notre armée dans ce conflit et augmente le contingent et ses armements. Il ne semble pas se rendre compte de ce qui semble évident. Nous sommes dans une spirale ascendante qui ne fera que s'aggraver. En fin de compte, je crois que notre pays sera humilié. On dira que j’exagère. Je ne le crois pas. On n’a qu’à se rappeler le passé et les invasions successives de l’Afghanistan par des pays étrangers comme l’Union soviétique qui après avoir fait un effort gigantesque pour gagner la guerre est rentrée la queue entre les deux jambes après avoir subi des milliers de pertes de ses soldats. Contrairement au Canada, les Soviets avaient une culture de guerre, une formation guerrière et un arsenal approprié. Nous n’avons pas ces qualités. Depuis 1956, nous nous sommes dévoués à maintenir la paix. Ce n’est pas la même chose que faire la guerre. Notre armée n’est pas prête à faire face à ce genre de conflit et cela s’exprime clairement sur le terrain puisque nous subissons le plus grand pourcentage de soldats morts ou blessés de tous les pays participants à la coalition.

 

Je répète ce que j’ai dit, il y a plusieurs mois. Il faut se retirer de ce conflit. Je ne dis pas immédiatement mais après le mandat pour lequel nous nous sommes engagés initialement envers la communauté internationale. Que d’autres pays, et surtout les USA, prennent la relève ! Nous aurons fait notre part. L’extension de deux ans jusqu’en 2009, votée au parlement sans explication de la part du gouvernement Harper et sous la menace du déclenchement d’une élection générale au pays, doit être annulée. Ce fut un geste infâme. Placer les députés et les partis devant une telle alternative, alors que leur situation organisationnelle est momentanément précaire, était du chantage pur et simple. Peut-être le PM voulait-il plaire au président américain, mais ce n’était pas une façon sensée pour obtenir l’extension. Le Canada mérite mieux.

 

Claude Dupras