vendredi 14 avril 2006   
Kyoto et Harper
Inquiet


 

En vigueur depuis le 16 février 2005, le protocole de Kyoto oblige les 37 pays les plus  industrialisés qui y ont souscrit à diminuer ensemble leurs émissions de gaz à effet de serre de 5% par rapport à ce qu’elles étaient en 1990. Le quota du Canada est fixé à 6% d’ici 2010. Malheureusement, les émissions ont augmenté dans notre pays depuis la mise en vigueur.

Le nouveau PM Stephen Harper du Canada et son parti conservateur prétextant cet état de fait viennent de décider de mettre fin à 15 programmes adoptés par le gouvernement libéral précédent pour réduire les émissions de gaz.  Parmi ceux-là, il y a le programme d’incitatifs financiers aux entreprises et celui de plantation d’arbres à croissance rapide pour réduire les émissions de gaz. Harper promet un nouveau programme strictement canadien pour lutter contre les changements climatiques. Il soutient que l’approche doit être efficace et réaliste pour le pays. Pour lui, « réaliste » veut dire qu’il doit protéger la vitalité de l’économie du pays. Il répète sur cette question le même discours (encore une fois), presque mot pour mot, du président américain. De plus, il marie la position de sa province d’Alberta sur le sujet et celles de ses producteurs pétroliers qui s’opposent carrément à Kyoto.

Cela m’inquiète car je crois que l’on ne peut politiser cette question si vitale pour la survie de la planète. Si Harper pense qu’il peut gérer à sa guise cette situation et ne pas prendre toutes les mesures qui s’imposent dans les circonstances, il se trompe. Les mouvements défendeurs de l’environnement le dénonceront et le combattront avec force. De plus, les Canadiens veillent au grain et ne le laisseront pas faire.

Claude Dupras