vendredi 21 juillet 2006   
un cow-boy ?
Inquiet


 

À la conférence du G-8 qui vient de se terminer les micros ont saisi une conversation personnelle entre le président américain Bush et le PM britannique Tony Blair. Ce court moment a montré au monde la façon désinvolte qui frise la grossièreté avec laquelle Bush traite ses alliés et le manque de manières qu’il a démontré en mangeant ses biscuits Oreo. Je ne veux pas répéter ici tout ce qui a été dit dans les médias mais j’estime que cette conversation confirme ce que les observateurs indépendants croyaient. On est loin des relations entre la « dame de Fer » qu’était Margaret Thatcher et le président Reagan.

 

Quant au conflit qui croît au Liban et le refus de Bush de faire quoi que ce soit pour l’arrêter, on apprend maintenant, que contrairement à ce qu’auraient fait ses prédécesseurs, il veut que cette guerre persiste afin de régler à long terme, pense-t-il, le conflit entre les arabes et l’État hébreu. Que des quartiers de civils soient bombardés qu’importe, ce qui compte c’est le long terme ! Que la le nombre des morts dépasse aujourd’hui plus de 400 (ce n’est qu’un début) en Israël et au Liban (et cela à cause de la prise d’otage de 2 soldats israéliens), qu’importe, c’est le long terme qui compte ! Que des centaines de milliers d’étrangers soient pris en souricière dans le pays et que les bombes leur tombent dessus, ce n’est pas grave car c’est le long terme qui compte ! Que la haine des arabes et des musulmans s’amplifie démesurément contre les Israélites, ce n’est pas grave car ce sera réglé à long terme ! Je ne comprends absolument pas ce raisonnement. Quelqu’un peut-il me dire où est l’erreur ?

 

De son côté notre PM Harper maintient son appui à la décision d’Israël car, dit-il, son action militaire est « mesurée ». J’ai peine à penser ce que serait la situation si elle n’était pas mesurée. Les civils bombardés à Beyrouth, est-ce cela une guerre « mesurée » ! Les nombreux morts civils israéliens à Haïfa et dans les autres villes du pays suite aux lancements de roquettes par le Hizbollah, est-ce cela une situation « mesurée » ? La famille montréalaise en vacances à Beyrouth qui a perdu d’un coup neuf  de ses membres à cause d’une bombe, c’est mesuré çà ? Le rapatriement forcé de centaines de milliers d’étrangers qui coûtera au Canada, entre autres, des centaines de millions de dollars pour ses 40,000 rapatriés, fait-il partie aussi de la mesure ? Et je pourrais continuer à énumérer des exemples qui démontrent finalement qu’il n’y a rien de « mesuré » dans cette guerre qui commence.

 

Je sais que la politique n’est pas un endroit pour ceux qui ont des jambes molles ou un petit cœur saignant. Il faut avoir du caractère et de la vision pour y réussir et bien représenter ses concitoyens. Et il est nécessaire que ses chefs aient, afin de prendre de bonnes décisions, un bon jugement, de la compassion et une sensibilité qui tiennent compte de l’intérêt et de l’avenir de leur pays mais aussi de ceux des habitants de la planète. Leur responsabilité est globale, non seulement pour l’environnement mais surtout pour le respect de la personne humaine. Louise Arbour, ex juge de la Cour Suprême du Canada et aujourd’hui Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, le confirme et vient de déclarer que le bombardement de civils est un acte contre l’humanité et que ses auteurs peuvent en être accusés devant le tribunal international, tout comme l’a été Slovodan Milosevic.

 

Je regrette profondément que le PM Harper ait suivi aveuglément l’aventurier Bush dans cette nouvelle guerre libanaise. Je ne le comprends pas. J’espère qu’il n’est pas un autre cow-boy déguisé en homme sérieux et solide.

 

Claude Dupras