au 16 mars 2004


Ce dialogue traite des difficultés de l’économie américaine avec le «out-sourcing» et le chômage, l’évolution de la campagne électorale américaine, les conséquences de la guerre en Irak sur l’élection, les politiques américaines avec les pays des Amériques centrale et du sud, ainsi qu’avec les pays arabes.

Au 16 mars 2004

Mansour: Bush traverse une mauvaise pĂ©riode ces dernier temps. Tout d’abord les dernières informations Ă©conomiques ne font que confirmer que la situation de l’emploi aux USA n’est pas prĂŞte Ă  s’amĂ©liorer. Mieux encore, des centaines de milliers d’AmĂ©ricains ressentant qu’ils n’ont aucune chance de trouver un emploi abandonnent tout simplement le marchĂ© du travail.

Claude: Ti-Bush a pourtant prédit, il n’y a pas longtemps, que 2,5 millions de jobs seraient créées avant novembre. Promesse folle, irresponsable et surtout de mauvaise stratégie. Il l’a d’ailleurs retirée depuis. Nonobstant que sa campagne aille mal, je te répète ce que je te dis depuis longtemps, il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué car ce diable de politicien est très habile et gagne normalement ses élections. Il semble bien que cette fois, il va perdre, mais je te dis que je ne serais pas surpris le soir des élections de sa victoire. C’est tout un «campaigner».

Mansour: MĂŞme la bourse amĂ©ricaine a connu une très mauvaise semaine, Ă  cause justement des informations concernant le marchĂ© du travail .Le Dow Jones a perdu plus de 3 % durant la semaine dernière. MĂŞme les Ă©conomistes conservateurs qui ont poussĂ© pour la stratĂ©gie rĂ©publicaine, mise en place par le prĂ©sident, reconnaissent aujourd’hui, que leur stratĂ©gie n’allait pas rĂ©gler le problème endĂ©mique du chĂ´mage dans ce pays. Mieux encore, ils reconnaissent que leur stratĂ©gie n’allait pas rĂ©pondre au problème du « out-sourcing » des compagnies amĂ©ricaines. MĂŞme la gestion de la sĂ©curitĂ© sociale est actuellement gĂ©rĂ©e par des compagnies des Indes.

Claude: Oui le «out-sourcing» est un problème pour ti-Bush mais les consommateurs américains devront se décider. Veulent-ils des jobs aux USA ou de meilleurs prix pour leurs produits? Veulent-ils une inflation galopante ou une stabilité des coûts? Il sera intéressant aux élections de voir leur choix. On ne peut pas mettre tout ce problème sur le dos de ti-Bush. Le libre échange a été négocié et signé avant sa venue à la présidence. Et la transformation de la Chine en système capitaliste capable de fabriquer des produits à bas coûts est dans la moulinette depuis plusieurs années et atteint une vitesse de croisière impensable. Je ne crois pas que les compagnies américaines cessent de chercher l’endroit le moins coûteux pour fabriquer leurs produits. Ils se doivent de maintenir leurs ventes et le prix a toujours été un facteur important aux USA.

Mansour: MĂŞme l’idĂ©e qui paraissait gĂ©niale, il y a Ă  peine quelques semaines, de programmer la convention rĂ©publicaine Ă  New York, semble maintenant comme un albatros pour Bush. Pas plus tard qu’hier, le Washington Post a publiĂ© un article concernant la situation Ă©conomique de la ville de New York. MĂŞme au moment oĂą le Dow Jones se portait très bien, la vie quotidienne Ă  New York n’Ă©tait pas des plus belles. Plus de 50% des noirs de New York sont au chĂ´mage. Jamais New York n’a connu le niveau de liquidations de petites et moyennes entreprises que ces derniers temps, malgrĂ© toutes les subventions fĂ©dĂ©rales (40 milliards de dollars), qui ont Ă©tĂ© allouĂ©es Ă  la ville de New York, après le fameux 11 septembre 2001. J’attends avec impatience la rĂ©ception que les noirs chĂ´meurs de New York prĂ©parent pour notre ti-Bush le mois d’aoĂ»t prochain.

Claude: La situation change rapidement et si cela continue ti-Bush ne pourra pas marcher même dans les rues de NY. Déjà, il ne peut, nulle part dans le monde, se montrer en public, il me semble que la même situation se prépare pour les grandes villes américaines. Mais qui sait vraiment… Peut-on se fier à tout ce que racontent les journaux new-yorkais.

Mansour: Mais ce qui a dĂ» drĂ´lement Ă©branler la confiance de Bush ces derniers jours a Ă©tĂ© tout d’abord les derniers Ă©vènements en Irak et finalement les rĂ©sultats des Ă©lections en Espagne. Au moment oĂą le gouvernement de Bush continuait Ă  nous bombarder avec les soient disantes rĂ©ussites en Irak, nous apprenons subitement que 6 soldats amĂ©ricains ont Ă©tĂ© tuĂ©s durant ce week-end, et mĂŞme ce matin nous venons d’apprendre que nous avons encore perdu deux pauvres soldats, sans parler des blessĂ©s. Bush gagne la guerre contre le terrorisme international en perdant tous les jours un ou deux jeunes amĂ©ricains, qui n’ont rien Ă  voir avec cette guerre idĂ©ologique que Bush leur impose. L’Irak me rappelle un peu la description de la soi-disant torture chinoise infliger au prisonnier un courant continue de gouttes d’eau sur son visage, pour l’empĂŞcher de dormir ou mĂŞme rĂ©flĂ©chir Ă  son sort Ă  court terme).

Claude: Oui, la guerre en Irak est un désastre majeur pour les Américains. Encore ce matin, 5 américains travaillant pour des organismes d’aide ont été tués. Hier de nombreuses familles ont fait une manifestation devant la Maison-Blanche pleurant leurs enfants morts au front ou blessés et blâmant ti-Bush de ne faire aucune sortie pour marquer le sacrifice de ces jeunes braves qui ont fait l’effort suprême pour leur pays. C’est à ni rien comprendre.

Mansour: Mais Ă  mon avis le plus grand revers que ce prĂ©sident a connu Ă  ce jour lui a Ă©tĂ© infligĂ© par le peuple espagnol. Quelques jours avant la sĂ©rie d’attentats inhumains de Madrid, le parti au pouvoir Ă©tait encore en tĂŞte des sondages, malgrĂ© le fait que le peuple espagnol avait toujours affichĂ© son opposition vis-Ă -vis de la guerre contre l’irak. Et pourtant, Ă  cause de la rĂ©action machiavĂ©lique du rĂ©gime d’Aznar après les attentats, voulant malgrĂ© tout faire porter la responsabilitĂ© Ă  l’ETA, pour tout simplement faire croire aux Ă©lecteurs espagnols que l’appui inconditionnel apportĂ© Ă  la politique de ti-Bush, n’avait aucune consĂ©quence sur la vie des espagnols, le peuple espagnol s’est rĂ©voltĂ© instantanĂ©ment et a enfin chassĂ© ce fasciste du pouvoir.

Claude: Oui, c’est un coup dur au prestige américain. L’Angleterre suivra bientôt dans la voie espagnole. Aznar a fait une erreur monumentale en appuyant ti-Bush malgré les millions d’espagnols qui marchaient dans les rues. Et, dire que ces politiciens se disent démocrates. J’espère que le nouveau PM espagnol aura le courage de respecter sa parole.

Mansour: Je me demande comment Bush et son Ă©quipe vont enfin expliquer ce rejet catĂ©gorique de la politique amĂ©ricaine au Moyen-orient, par un alliĂ© des plus inconditionnels d’hier. J’espère que la machine Ă©lectorale de John Kerry profitera de cette dĂ©bâcle diplomatique amĂ©ricaine pour remettre en cause toute l’idĂ©ologie des rĂ©publicains conservateurs qui ont tant fait pour noircir l’image de ce pays en moins de 4 ans.

Claude: J’ai une grande confiance dans la capacité de Kerry de bien expliquer la situation. Il va très bien et est jour après jour à la chasse de ti-Bush. Il ne laisse rien passer et commente tout. J’ai l’impression que les idéologues conservateurs du président commencent à voir la possibilité qu’ils pourront bientôt compter les jours avant leur départ. Il est temps. Mais, et il y a un gros MAIS, nonobstant ces pronostics qui semblent très réalistes, je demeure craintif que ti-Bush se relève à cause de la force d’organisation électorale de son principal conseiller Karl Rove. C’est un magicien des élections qui sait lire l’opinion publique mieux que quiconque que j’ai rencontré dans ma vie. Il a déjà sauvé ti-Bush dans le passé et il peut le faire encore. Mais espérons que Kerry a un organisateur avec le même talent.

Mansour: Donne-moi tes impressions sur les derniers Ă©vènements dans cette campagne qui s’annonce plus violente que jamais. J’espère que Kerry aura suffisamment d’argent pour se dĂ©fendre contre toute la boue que les rĂ©publicains sont prĂŞts Ă  jeter sur sa figure tous les jours jusqu’Ă  la fin des Ă©lections.

Claude: Oui, le problème est l’argent. Mais la force de l’Internet, démontrée par Dean qui a ramassé 41 millions de $ à partir de petites contributions, peut venir au secours de Kerry. Il compense un peu en ne laissant rien passer et critique chaque spot publicitaire dès qu’il est en ondes. Cela lui apporte une grosse et bonne publicité gratuite sur les grandes chaînes et sur les postes câblés. Mais il aura besoin de plus et je ne désespère pas car il est en avant dans les sondages et s’il peut maintenir cette avance, les bourses se délieront ne serait-ce pour leurs détenteurs que d’être du bon bord. Ce sera intéressant à suivre car les coffres des républicains sont remplis à craquer. C’est une campagne très difficile qui s’annonce, pour les deux partis, et fort intéressante pour des gens comme toi et moi. Nous allons nous régaler.

Mansour: Je viens de lire l’article d u magazine Time que tu m’as envoyĂ©. Franchement, comparer Churchill Ă  Bush me parait ridicule. Churchill a mis Ă  genoux la plus grande puissance militaire du monde des annĂ©es 30-40. Bush s’est crĂ©Ă© un ennemi, qui n’est mĂŞme pas capable de produire des cartouches pour ses fusils importĂ©s. Churchill a imposĂ© une paix qui a durĂ© plus de 60 ans, alors que Bush est toujours embourbĂ© dans une guerre civile irakienne qu’il a crĂ©Ă©e lui mĂŞme. Quant au leadership de Bush dans cette « guerre » contre le terrorisme mondial, je me demande comment on peut dire qu’il Ă©tĂ© un grand leader dans ce domaine. Est-ce que tu penses que le monde en gĂ©nĂ©ral est plus en sĂ©curitĂ© aujourd’hui qu’il ne l’Ă©tait il y a deux ans ?

Claude: Tu sembles manquer le point de l’article. Il expliquait que même après avoir fait tout ce que tu viens de d’écrire et encore plus, Churchill a perdu l’élection à Clement Atlee, un homme on ne peut plus simple. Ti-Bush n’est pas Churchill, loin de là et je crois qu’il sera défait parce que le peuple américain voit juste maintenant et comprend les manigances de la Maison-Blanche. Le temps fait bien les choses, peut être…

Mansour: Je sais en tous les cas que les islamistes algĂ©riens sont plus forts que jamais. Juste dernièrement toute une caserne bourrĂ©e d’armes les plus sophistiquĂ©es (roquettes, bazookas, etc..) capable d’armer toute une armĂ©e de terroristes a Ă©tĂ© prise par un groupe terroriste de plus de 100 personnes, paraĂ®t-il. Ces armes sont donc aujourd’hui Ă  la disposition de ces fous de dieu. Ne parlons pas des jeunes arabes Ă  travers tout le Moyen-orient, qui sont non seulement furieux contre IsraĂ«l mais de plus contre les USA en particulier.

Claude: Oui, je comprends ce que tu racontes et encore une fois je te rappelle le résumé du livre que je t’ai envoyé «la 3ième guerre mondiale est commencée» il y a plus d’un an qui précisait et prédisait presque exactement ce qui arrive. J’espère, cependant, que la conclusion de ce livre qui parle d’un désastre mondial et nucléaire ne se réalisera pas.

Mansour: MĂŞme l’opinion publique en AmĂ©rique latine, qui n’a jamais Ă©tĂ© très favorable vis-Ă -vis des USA, continuera Ă  se radicaliser de plus en plus surtout après les Ă©vĂ©nements Ă  HaĂŻtii et les troubles sĂ©rieux qui s’annoncent au Venezuela. Dans ces deux cas en particulier, les USA ont dĂ©montrĂ© qu’ils n’ont qu’un principe politique et il est colonialiste. Il est beau de fĂ©liciter les USA quand soi-disant ils envoient leurs marines pour installer des rĂ©gimes « dĂ©mocratiques » lĂ  oĂą ça les intĂ©resse, mais il est tout Ă  fait normal que ces mĂŞmes USA sabotent des gouvernements dĂ©mocratiquement Ă©lus Ă  HaĂŻti et au Venezuela pour rĂ©installer des rĂ©gimes policiers Ă  la solde des USA.

Claude: Je suis en accord avec toi. Les USA semblent vouloir encore diriger de loin les marionnettes démocratiques qu’ils ont aidées à mettre en place dans plusieurs pays. Cependant, je ne vois pas comment tu peux encore supporter Chavez qui refuse la tenue d’un référendum alors que les opposants ont obtenu les signatures le demandant conformément à la constitution. On dit que les dirigeants en place, nommés par Chavez, refusent des centaines de milliers de signatures. Est-ce vrai ? Je dirais que c’est possible. Mais j’ai l’impression que leur jeu est une chaudière percée car même les Nations-Unies s’en mêlent. Le temps est venu de décider de cette question de leadership vénézuélien. Remarque que je crois que Chavez va gagner ce référendum. Il est jeune, sincère, très patriotique et s’oppose à l’intrusion des USA dans les affaires de son pays, producteur important de pétrole. De plus, il est de gauche et met sur pied des politiques pour aider les plus pauvres du pays. Ce n’est pas mauvais au Venezuela. J’y suis allé deux fois visiter ce pays et je t’assure que la pauvreté y est rampante et que les pauvres souffrent énormément au point qu’ils deviennent agressifs. Mais je ne comprends pas pourquoi Chavez refuse de reconnaître, qu’alors que la constitution l’accepte, une remise en question du président avant une élection générale. Je crois qu’il va finalement se plier à cet exercice, même s’il y a un risque pour lui, et revenir encore plus fort en le gagnant fortement. L’armée alors ne pourra que le supporter.

Mansour: Dernièrement j’ai vu un document du «state departement» des USA qui fĂ©licite le rĂ©gime de Bouteflika pour toutes les amĂ©liorations qu’il a apportĂ©es en AlgĂ©rie dans le domaine de la dĂ©fense des droits de l’homme ces 5 dernières annĂ©es. Jamais le système judiciaire algĂ©rien n’a Ă©tĂ© utilisĂ© aussi ouvertement pour pourchasser tout individu qui se dĂ©clare contre la politique sociale ou Ă©conomique de ce rĂ©gime. Tous les journalistes indĂ©pendants algĂ©riens sont constamment pourchassĂ©s par ce système judiciaire qui est Ă  la solde de Bouteflika et personne d’autre. MĂŞme la cour suprĂŞme, qui est supposĂ©e ĂŞtre indĂ©pendante, a trouvĂ© le moyen de mettre hors la loi un parti politique comme le FLN, qui a crĂ©Ă© cette AlgĂ©rie d’aujourd’hui, tout simplement parce que ce parti a dĂ©cidĂ© de prĂ©senter un candidat contre Bouteflika. Mais la Maison Blanche trouve que l’AlgĂ©rie est sur la bonne voie vers la dĂ©mocratie, grâce Ă  Bouteflika, qui a tout fait pour justement Ă©touffer toute initiative dĂ©mocratique dans ce pays. Il faut dire que l’AlgĂ©rie produit 2 millions de barils/jours de pĂ©trole et de gaz dont les usa ont grandement besoin, surtout avec tout ce qui se passe au Moyen-orient.

Claude: Je te remercie de ces renseignements sur ce qui se passe en Algérie. La mise hors-la-loi du FLN m’a choqué même si je n’ai jamais été un grand amateur de ce parti. Ce que tu racontes est sûrement la vérité et c’est pourquoi les jeunes islamistes croissent en nombre et en convictions dans ton pays. Tous ces régimes fantoches, Tunisie, Égypte, Maroc, Libye, et même la Jordanie devront être un jour renversés et remplacés par une démocratie où les peuples de ces pays pourront se prononcer librement. Mais ce ne sera pas demain la veille.

Mansour: Mais je continue Ă  croire dur comme fer que tous les peuples ont les chefs qu’ils mĂ©ritent. Les Égyptiens mĂ©ritent leur Zaim, tout comme les Tunisiens mĂ©ritent leur Benali, et les AlgĂ©riens leur Bouteflika. Dernièrement mon ami Djemal Rouag et moi avions proposĂ© un article sur le problème du système Ă©ducatif en AlgĂ©rie. Nous n’Ă©tions ni pour ni contre les positions du rĂ©gime de Bouteflika. Tout ce que nous voulions avoir c’est un dialogue national sur un sujet qui dĂ©terminera l’avenir de notre sociĂ©tĂ©. Nous avons envoiyĂ© cet article Ă  plusieurs journaux soi-disant indĂ©pendants, un seul nous a rĂ©pondu pour nous dire que l’article Ă©tait trop long pour ĂŞtre publiĂ©, malgrĂ© le fait que nous avons vu bien des articles aussi longs que le nĂ´tre, publiĂ©s par ce mĂŞme journal dans le passĂ©, et Ă©talĂ©s sur plusieurs jours. En fait, ce n’est pas tellement la longueur de l’article qui a empĂŞchĂ© le journal de le publier, c’est plutĂ´t le contenu de l’article qui gĂŞne car nous demandions une discussion ouverte Ă  tout le monde et des dĂ©cisions qui allaient très souvent contre la vox populi. Quant un lecteur algĂ©rien demande aux lecteurs d’un journal francophone algĂ©rien de rĂ©flĂ©chir sur le rĂ´le de la langue arabe et de l’amazigh (langue berbère), nous nous rendons compte que ce journal est bien plus prĂ©occupĂ© par l’avenir de la langue de Molière que des langues nationales, qu’elles soient arabes ou berbères. Et comme nous ne pouvons pas Ă©crire d’articles sĂ©rieux en arabe, nous nous etrouvons enfin de compte pris entre le marteau et l’enclume. Il ne fait pas de doute que ces journaux soi-disant indĂ©pendants voudraient voir un peu plus de dĂ©mocratie. Mais j’ai l’impression que leur dĂ©mocratie se limite au choix entre la culture occidentale, reprĂ©sentĂ©e par la langue de Molière, et la culture arabe reprĂ©sentĂ©e par Idn Batouta. Voila Ă  quel point je me sens marginal mĂŞme dans le pays que j’ai aidĂ© Ă  crĂ©er dans le passĂ©.

Claude: Oui je me rappelle cet article que tu m’as envoyé et que j’ai lu. Tu te rappelleras sans doute que je t’ai donné un commentaire similaire quant à la longueur et la clarté du texte. Pourquoi ne pas avoir répondu à l’éditeur et préparé une synthèse de votre long article en soulignant l’essentiel ? Mieux valait avoir cela que rien. Quant aux journaux arabes pourquoi n’as-tu pas trouvé un traducteur pour ton texte. N’aurait-il pas pu être publié alors ?

Mansour: Mais parlons un peu de la campagne Ă©lectorale amĂ©ricaine maintenant. Est-ce que tu penses que Kerry a toujours des chances de surmonter les centaines de millions de dollars de publicitĂ© que Bush a dĂ©jĂ  commencĂ© Ă  lancer contre lui pour dĂ©truire son image vis-Ă -vis du public amĂ©ricain. On parle dĂ©jĂ  de plus de 250 millions de dollars que Bush va mobiliser pour diaboliser le pauvre Kerry Ă  travers ces «mass-medias» amĂ©ricains. Il a dĂ©jĂ  lancĂ© un programme publicitaire pour tout d’abord renforcer sa propre image, de plus de 5 millions de dollars, se concentrant principalement sur les Ă©tats du«middle ouest» oĂą son image a pris un sale coup ces derniers mois. Il ne fait de doute pour moi que ces «mass-medias» amĂ©ricains feront de leur mieux pour rendre les Ă©lections aussi compĂ©titives que possible, jusqu’a la dernière minute des Ă©lections. Le drame c’est que les derniers sondages publics montrent une fois de plus que le judas des dĂ©mocrates, le fameux Ralph Nader, arrive mĂŞme cette fois ci a mobiliser 6 % des Ă©lecteurs amĂ©ricains, ce qui n’est pas bon pour la candidature de Kerry, particulièrement en Floride.

Claude: Nader risque de faire perdre Kerry et c’est dommage. Mais j’ai l’impression que si cela devient évident, qu’il se retirera à la fin ou que les électeurs de gauche ou anti-Bush se réveilleront et ne lui donneront pas leur vote même s’ils partagent ses idées. Est-ce que je rêve en couleurs ? De plus, n’oublie pas le vote juif de la Floride qui a toujours été normalement acquis aux démocrates. Avec l’appui ouvert et solide de ti-Bush à Sharon et à Israël dans le conflit palestinien, je crois que ce vote va devenir majoritairement républicain et va à lui seul changer la donne dans cet état du sud qui a toujours été acquis aux démocrates.

À très bientôt.