Le 5 novembre 2014


Cette conversation porte sur la défaite démocrate aux élections mi-mandat, le tort crée à la France par le parti socialiste et la prochaine course à la direction des partis politiques américains dans 2 ans.

Le 5 novembre 2014

Bonjour

Mansour: VoilĂ  mes premières rĂ©actions vis a vis des Ă©lections qui ont lieu hier a Washington. Tout ce que je peux te dire aujourd’hui que ces Ă©lections m’ont rappelĂ© un peu l’histoire de la rĂ©publique française d’hier. Je compare la situation des dĂ©mocrates amĂ©ricains d’aujourd’hui aux socialistes français des annĂ©es 50s.

Claude: Je suis surpris de cette comparaison. Certes les Démocrates sont à gauche, je dirais centre-gauche, alors que les socialistes sont carrément à gauche et plusieurs à gauche de la gauche. C’est une grande différence dans l’approche politique. D’ailleurs les politiques des démocrates n’ont rien à voir avec la méthode des socialistes français.

Mansour: Je me souviens des positions politiques de la SFIO, par exemple vis a vis des mouvements ouvriers de la France. Mais la dĂ©bâcle de la guerre d’AlgĂ©rie et de Mitterrand en particulier a amenĂ© la France a se dĂ©barrasser une bonne fois de la 4me rĂ©publique après la rĂ©volte de l’armĂ©e française et aussi de la rĂ©volte des pieds noirs d’AlgĂ©rie, et ramener enfin un chef d’erat capable de gĂ©rer les affaires de la France en rappeler le gĂ©nĂ©ral De Gaule au pouvoir en 1958.

Claude: La guerre d’Algérie et l’indépendance algérienne ont été des moments d’une extrême violence pour la France métropolitaine. Droite ou gauche, je me demande si c’était politiquement réglable. Quelques soient l’homme politique, le temps devait faire son œuvre. De Gaulle est arrivé à ce moment-là. De plus, face à l’évolution partout en Afrique, il a conçu l’autodétermination des colonies françaises. Ce fut un moment de génie. Mais était-il vraiment capable d’agir autrement ?

Mansour: Après le dĂ©part du gĂ©nĂ©ral de Gaule du pouvoir, les socialistes ont repris leurs petites initiatives politiques pour essayer de reprendre le pouvoir et le garder pour toujours. Depuis cette pĂ©riode a ce jour le parti socialiste français n’a rien de commun avec les Jean Jaurès.

Claude: De Gaulle a été longtemps au pouvoir. Et comme partout ailleurs, le pouvoir use, même pour De gaulle. Le parti socialiste durans la période après De gaulle n’avait rien avoir avec celui de Jean Jaurès car les situations politiques et la situation du pays n’étaient pas les mêmes. Chaque homme politique s’adapte à son temps et aux problèmes qu’il doit confronter. Le malheur c’est que les solutions socialistes de cette période n’étaient pas réalistes.

Mansour: Et la situation Ă©conomique, sociale et politique de la France d’aujourd’hui est la rĂ©sultante de l’histoire du parti socialiste français.

Claude: Oui, sur cela je te donne raison. La sensibilité et le jugement de ces socialistes face aux problèmes sociaux ont bien aidé le peuple mais ont ruiné le pays. Encore aujourd’hui, toutes ces lois existent alors qu’un bon nombre devrait être amendé sinon rayé.

Mansour: Comparons l’Ă©volution Ă©conomique, sociale et politique de la France dominĂ©e par l’histoire du parti socialiste français aux Ă©volutions des pays voisins de la France comme l’Allemagne et tous les pays de l’Europe du nord.

Claude: Oui, la comparaison n’est pas bonne pour la France. L’influence communiste était trop forte et la politique du temps étaient axée sur les besoins du prolétariat. Ce fut une erreur fondamentale. La source du problème est que les communistes français ayant bien aidé la résistance française durant la guerre, ont acquis une bonne réputation. Cela leur a apporté du pouvoir politique après la guerre.

Mansour: Je me souviens de l’histoire de la France car j’ai l’impression que ce qui arrive aux dĂ©mocrates amĂ©ricains hier aura des consĂ©quences a long terme en AmĂ©rique.

Claude: Il ne faut pas trop désespérer pour le parti démocrate américain. Il ne faut pas oublier que la dette a presque doublé depuis la venue d’Obama et que les Américains n’aiment pas cette dette. Il a payé pour ses mauvaises politiques économiques. De plus, la publicité électorale républicaine a été financée de la tête au pied et était mensongère plus que jamais. Il devrait avoir un contrôle des contributions aux partis politiques aux USA, mais ce n’est qu’un rêve d’y penser.

Dans deux ans, ce sera l’élection générale et ce qui comptera à ce moment-là ce sera le candidat de chacun des partis. Il semble bien qu’Hillary Clinton sera la candidate du parti démocrate. Avec son expérience, son mari Bill, et sa réputation, elle a de bonnes chances de l’emporter. Du côté républicain, je crois que le candidat sera Jeb Bush, l’ex-gouverneur de la Floride. Je le vois être un très bon candidat. Il a l’image, est modéré et a de l’expérience. De plus, il est un Bush. Il sera meilleur que son frère GW. Et, il peut battre Hillary. Mais il y a aussi le candidat républicain de deux dernières élections Mitt Romney qui semble vouloir tenter à nouveau sa chance. Je ne crois pas qu’il réussira. Mais qui sait !

Ce sera intéressant. Alors ne désespère pas trop pour les Démocrates car ils se doivent revenir au pouvoir ne serait-ce que pour protéger Obamacare. Imagine ces républicains, sans-cœur, qui veulent annuler ce programme de santé qui protège 40 millions de personnes qui autrement ne le serait pas. C’est une loi sociale qui coûte cher, j’en conviens, mais il ne faut quand même pas laisser ces gens sans protection.

A bientĂ´t

Claude

Pas de commentaire

Ajoutez un commentaire