Les guerres mondiales


Ne jamais profiter de la faiblesse momentanĂ©e de son adversaire pour tirer avantage de la situation Ă©tait une règle d’or pour Gandhi.

Il ne rĂŞvait que de justice, de respect.

Il voulait l’Ă©galitĂ© des peuples et jamais il aurait utilisĂ© la ruse pour parvenir Ă  ses fins.

Durant les guerres auxquelles l’Angleterre a Ă©tĂ© confrontĂ©e, Gandhi, sans combattre armes Ă  la main du cĂ´tĂ© des Anglais, a toujours suspendu ses luttes et pris parti pour elle.

En 1899, lors de la guerre des Boers qui opposait les colons hollandais Ă  l’Angleterre, la sympathie naturelle de Gandhi allait du cĂ´tĂ© des Boers. Pourtant, il dĂ©cida de servir du cĂ´tĂ©s Britanniques.

Aussi pacifiste qu’il pouvait l’ĂŞtre, et mĂŞme si cette guerre, comme toutes les guerres, Ă©tait immorale, Gandhi croyait que c’Ă©tait son devoir d’intervenir. Un sujet ne doit pas espĂ©rer faire valoir ses revendications en toutes circonstances; aussi longtemps qu’il est sujet d’un Ă©tat, il doit servir et donner son appui Ă  cet Ă©tat.

Il offrit donc de servir avec ses compatriotes dans un corps de brancardiers et d’infirmiers au front et comme garçons de salle dans les hĂ´pitaux. Trois cents Indiens libres et huit cents travailleurs s’enrĂ´lèrent dans ce corps et cela fit bonne impression en Afrique du Sud et mĂŞme en Angleterre.

Le public et l’armĂ©e ont admirĂ© l’ardeur et le courage de ce corps d’ambulanciers. Ă€ la fin des hostilitĂ©s, Gandhi et un bon nombre de ses camarades furent dĂ©corĂ©s de la mĂ©daille de guerre et le corps fut citĂ© dans les communiquĂ©s.

De mĂŞme, lors de la première Grande guerre mondiale, Gandhi s’opposa aux Indiens qui voulaient profiter de la situation embarrassante sans laquelle se trouvait l’Angleterre pour accentuer la rĂ©volte et servir du cĂ´tĂ© des Allemands.

Il organisa sur le champ un corps d’ambulanciers et encouragea tous ceux qui n’Ă©taient pas objecteurs de conscience Ă  combattre avec l’Angleterre contre l’invasion allemande.

MĂŞme si selon lui, le plus grand courage se situe dans la rĂ©sistance non-violente, Gandhi a toujours prĂ©fĂ©rĂ© le violent au lâche. Ă€ ceux qui s’Ă©tonnaient que l’apĂ´tre de l’ahimsa encourage les gens Ă  se battre en tant que soldats il expliqua que les ambulanciers prennent part Ă  la guerre autant que les autres soldats et qu’il n’y a pas de diffĂ©rence entre un militaire combattant et un non-combattant. Le devoir, en tant que sujet britannique, est de servir du cĂ´tĂ© des Anglais.

Lors de la Seconde guerre mondiale, malgrĂ© l’affront que Churchill a fait subir aux Indiens en engageant l’Inde dans la guerre sans la moindre consultation avec le Congrès, Gandhi refusa de profiter de quelque façon que ce soit du malheur qui frappait le peuple anglais. Bien que cette fois, Gandhi ne voulait pas participer Ă  la guerre. il s’opposa de toutes ses forces Ă  ceux qui voulaient frapper l’adversaire en dĂ©tresse. Il qualifiait de lâchetĂ© toute initiative propre Ă  faire du tort Ă  l’Angleterre.