Maurice Richard


¬ę¬†MAURICE RICHARD, LE JOUEUR LE PLUS EXTRAORDINAIRE QUE J’AIE VU!¬†¬Ľ

C’est le titre que j’√©crivais, au mois d’octobre 1953, √† l’occasion de la partie des √©toiles au Forum de Montr√©al. Je n’ai pas chang√© d’avis depuis et m√™me, s’il vient d’avoir 34 ans, Richard n’appara√ģt pas du tout comme un v√©t√©ran et on s’attend avec raison √† une autre merveilleuse saison. Le printemps dernier, celui que l’on a surnomm√© avec raison le Rocket a termin√© la saison en 2e place chez les pointeurs, √† un seul point de Bernard Geoffrion, tout en ayant jou√© trois parties de moins. Cette absence dans trois joutes, les trois derni√®res de la saison, a signifi√© la perte de la premi√®re place du classement pour le club, le D√©troit terminant en t√™te avec 95 points, 2 de plus que le Canadien. En plus, l’absence de Richard dans les sept parties de la coupe Stanley contre les Red Wings a certainement signifi√© la diff√©rence entre la victoire et la d√©faite.

Mais revenons √† Richard comme joueur et √† l’article dont je vous ai parl√©, √† la premi√®re personne. On peut l’admettre, j’en ai vu des joueurs, et des plus fameux, pendant toute ma longue carri√®re, comme spectateur aux joutes depuis 1916, puis comme ¬ę¬†officiel¬†¬Ľ, r√©dacteur ou commentateur √† toutes les parties locales et √† plusieurs √† l’√©tranger, depuis 1922. Parmi ceux que j’ai vus et qui ont √©t√© assez c√©l√®bres pour √™tre choisis au Temple de la Renomm√©e du hockey, il y a eu Georges V√©zina, Howie Morenz, Eddie Gerard, Chuck Gardiner, Dit Clapper, Frank Nighbor, Eddie Shore. Aur√®le Joliat, ¬ę¬†Newsy¬†¬Ľ Lalonde, Joe Malone, Bill Cook et Nels Stewart. Quel a √©t√©, √† mon avis, le meilleur de tous ceux-l√†? Howie Morenz, pour un, a √©t√© choisi l’athl√®te de hockey du premier demi-si√®cle tandis que Joliat, Shore et Stewart, ¬†entre autres parmi ceux que j’ai vus, ont √©t√© mentionn√©s dans les votes¬†des r√©dacteurs dans tout le pays.

Cependant. je n’h√©site pas du tout √† proclamer que le joueur le plus extraordinaire que j’aie vu sur des patins est le fameux porte-couleurs actuel du Canadien, Joseph-Henri Maurice RICHARD, le ¬ę¬†Rocket¬†¬Ľ, comme on l’a surnomm√© √† juste titre. Des v√©t√©rans contesteront peut-√™tre √† premi√®re vue cet avanc√©. Cependant, je doute qu’il en soit de m√™me apr√®s avoir pris connaissance des multiples records qui sont au cr√©dit de Maurice Richard. Aucun, dans toute l’histoire du hockey, n’a pu compiler de telles marques en aussi grand nombre. Qu’on ne vienne pas dire que des grands joueurs d’autrefois auraient pu accomplir les m√™mes exploits dans les conditions actuelles, plus grand nombre de parties, etc. C’est probablement vrai, mais il faut faire face aux faits actuels et il n’y a pas lieu d’√©tablir des comparaisons avec le pass√©, √©tant donn√© que le pr√©sent, surtout dans la vie moderne que nous vivons, est ce qui compte.

Et en parlant de compte, ce qu’il en a compt√© des buts dans la Ligue Nationale, ce Maurice Richard ! Il a m√™me r√©ussi √† abaisser la marque de Nels Stewart que personne n’avait pu approcher depuis plus d’une douzaine d’ann√©es et que tout le monde disait devoir rester, jusqu’√† il n’y a pas si longtemps.

Richard en est, au moment d’√©crire ces lignes avant la saison 1955-56, au total de 422 buts dans les parties r√©guli√®res comparativement √† 324 pour Nels Stewart et il n’a pas fini puisqu’il brille encore pour les Canadiens. En tenant compte des buts enregistr√©s dans les parties de la coupe Stanley. Richard a un total de 479 buts, soit plus que tout autre et de loin, et tout semble indiquer qu’il s’agit d’une marque qu’il sera bien difficile de d√©passer.

En plus, il faut noter que la plupart de ces buts ont √©t√© enregistr√©s de fa√ßon tout √† fait spectaculaire. Inutile d’insister sur les buts qu’il compta alors qu’il √©tait harcel√© de toutes parts et alors qu’en certaines circonstances, il transportait litt√©ralement une couple de joueurs sur son dos ou sur ses √©paules. Jamais je n’ai vu un joueur pirouetter, virevolter sur lui-m√™me comme Richard pour d√©cocher un lancer d√©cevant au possible. En plus, il n’y a pas un seul gardien oppos√© au Racket qui n’ait reconnu en Richard le joueur le plus dangereux auquel il ait eu √† faire face.

* * *

Mais ces totaux n’√©puisent pas la liste impressionnante des records de Richard et m√™me si elle est tr√®s longue, il n’est pas fastidieux du tout d’en prendre connaissance. Elle constituera l’argument le plus frappant pour convaincre ceux qui douteraient de la sup√©riorit√© du Rocket.

  • 1.-Le plus de buts dans les parties r√©guli√®res, 422.
  • 2.-Le plus de buts dans les parties r√©guli√®res et dans les s√©ries de la coupe Stanley, 479.
  • 3.-Le plus de buts dans les s√©ries de la coupe Stanley, 57.
  • 4.-Le plus de points (buts et assistances) dans les parties r√©guli√®res, 725.
  • 5.-Le plus de points (buts et assistances) dans les parties r√©guli√®res et dans celles de la coupe Stanley, 807.
  • 6.-Le plus de buts dans une saison r√©guli√®re, 50 buts en 50 parties, en 1944-45.
  • 7.-Le plus de points en une joute, 8 dont 5 buts et 3 assistances. contre Harry Lumley du D√©troit, √† Montr√©al, le 28 d√©cembre 1944. (Depuis, ce record de 8 points a √©t√© √©gal√© par Bert Olmstead, bien que ce dernier n’ait compt√© que 4 buts.)
  • 8.-Au moins un but par partie dans le plus grand nombre de joutes cons√©cutives, 9, du 17 janvier au 11 f√©vrier 1945. (Total de 14 buts.)
  • 9.-Le plus de buts dans une partie de la coupe Stanley, 5, soit tous ceux de son club contre le Toronto, le 23 mars 1944.
  • 10.-Le plus de ¬ę¬†tours du chapeau¬†¬Ľ (enregistrement de 3 buts ou plus dans une m√™me partie) dans les parties r√©guli√®res, 22.
  • 11.-Le plus de ¬ę¬†tours du chapeau¬†¬Ľ dans les parties de la coupe Stanley, 4.
  • 12.-Le plus de points dans les s√©ries de la coupe Stanley, comprenant 10 classiques. 82 en 91 joutes.
  • 13.-Le plus de buts dans un groupe de parties d’une s√©rie de la coupe Stanley, 12, en 1943-44 .
  • 14.-Le plus grand nombre de buts dans une saison r√©guli√®re de 60 parties, 45, en 1946-47.
  • 15.-Le plus de fois compteur de 20 buts ou plus dans une saison, 12 fois, de 1943-44 √† 1954-55 inclusivement.
  • 16.-Le plus de fois compteur de 40 buts ou plus en une saison, 4, en 1944-45. 1946-47, 1949-50. 1950-51 (50, 45, 43. 42).
  • 17.-Le plus de fois choisi dans les √©quipes d’√©toiles de la Ligue Nationale, 12 dont 7 dans la 1√®rere √©quipe.
  • 18.-Le plus de fois dans les parties annuelles des √©toiles, dans toutes. Depuis la premi√®re, en 1947.
  • 19.-Choisi le plus de fois l’athl√®te de l’ann√©e, selon le ¬ę¬†Sport Magazine¬†¬Ľ, 2.
  • 20.-Choisi le plus de fois comme √©toile dans les parties r√©guli√®res √† Montr√©al et dans les parties de la coupe Stanley √† Montr√©al et √† l’√©tranger, alors que le choix √©tait confi√© √† l’auteur de ces lignes ainsi qu’√† Elmer Ferguson ou Baz O’Meara.
  • 21.-Le seul joueur d√©sign√© comme premi√®re, deuxi√®me et troisi√®me √©toile de la m√™me partie, dans une joule r√©guli√®re ou dans une joute de la coupe, soit le 23 mars 1944, alors qu’il enregistra les 5 buts de son club.
  • 22.-Le plus de buts gagnants dans les parties r√©guli√®res et dans les s√©ries de la coupe Stanley. Il a √©galement compt√© le plus de buts √©galisateurs.
  • 23.-Membre de la ligne avec le plus grand nombre de buts en une saison de 50 parties, 105 en 1944-45.
  • 24.-Membre de la ligne avec le plus de points en une saison de 50 parties, 220, en 1944-45, avec Lach, 80, Blake, 73 et Richard, 67.
  • 25.-Membre de la ligne avec le plus grand nombre de buts dans l’histoire.
  • 26.-Membre de la ligne avec le plus grand nombre de points dans un groupe de parties de la coupe, 48 en 9 joutes, en 1943-44, avec Blake; 18, Richard, 17 et Lach, 13.
  • 27.-Le plus de buts par un ailier droit dans une saison r√©guli√®re, 50, dans une saison de 50 parties, en 1944-45.
  • 28.-Le joueur de hockey choisi le plus souvent l’athl√®te de l’ann√©e dans ce sport.
  • 29.-Le plus de points pour un ailier droit en une saison, 73, en 1944-45 (record abaiss√© depuis).
  • 30.-Le plus de ¬ę¬†tours du chapeau¬†¬Ľ en une saison, 4 en 1946-47.

Maintenant, nommez-moi un joueur plus extraordinaire jusqu’ici? Et comme chiffres, voici le dossier complet de Maurice ¬ę¬†Rocket¬†¬Ľ Richard depuis qu’il fait partie du Canadien de la Ligue Nationale.

LES CHIFFRES SUR RICHARD           

SAISONS R√ČGULI√ąRES ¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†

                                                                     Pun.   

SAISON                 P. J.   B.       A.      Pt. En     

                                                                     min.

1942-43 ………… ¬†¬† 16 ¬†¬†¬†¬† 5 ¬†¬†¬†¬†¬†¬† 6 ¬†¬†¬†¬†¬†¬† 11 ¬†¬†¬†¬† 4

1943-44 ………… ¬†¬† 46 ¬†¬†¬†¬† 32 ¬†¬†¬†¬† 22 ¬†¬†¬†¬† 54 ¬†¬†¬†¬† 45

1944-45 ………… ¬†¬† 50 ¬†¬†¬†¬† 50(b) 23 ¬†¬†¬†¬† 73 ¬†¬†¬†¬† 46

1945-46 ………… ¬†¬† 50 ¬†¬†¬†¬† 27 ¬†¬†¬†¬† 21 ¬†¬†¬†¬† 48 ¬†¬†¬†¬† 50

1946-47(d) ……….¬†60 ¬†¬†¬†¬† 45(e)¬† 26 ¬†¬†¬†¬† 71 ¬†¬†¬†¬† 69

1947-48 ………… ¬†¬† 53 ¬†¬†¬†¬† 28 ¬†¬†¬†¬† 25 ¬†¬†¬†¬† 53 ¬†¬†¬†¬† 89

1948-49 ………… ¬†¬† 59 ¬†¬†¬†¬† 20 ¬†¬†¬†¬† 18 ¬†¬†¬†¬† 38 ¬†¬†¬†¬† 110

1949-50 ………… ¬†¬† 70 ¬†¬†¬†¬† 43(i) ¬† 22 ¬†¬†¬†¬† 65 ¬†¬†¬†¬† 114

1950-51. ……….. ¬†¬† 65 ¬†¬†¬†¬† 42 ¬†¬†¬†¬† 24 ¬†¬†¬†¬† 66 ¬†¬†¬†¬† 97

1951-52 ………… ¬†¬† 48 ¬†¬†¬†¬† 27 ¬†¬†¬†¬† 17 ¬†¬†¬†¬† 44 ¬†¬†¬†¬† 44

1952-53 ………… ¬†¬† 70 ¬†¬†¬†¬† 28 ¬†¬†¬†¬† 33 ¬†¬†¬†¬† 61 ¬†¬†¬†¬† 112(1)

1953-54 ………… ¬†¬† 70 ¬†¬†¬†¬† 37(m) 30 ¬†¬†¬†¬† 67 ¬†¬†¬†¬† 112

1954-55 ………… ¬†¬† 67 ¬†¬†¬†¬† 38(n)¬† 36 ¬†¬†¬†¬† 74 ¬†¬†¬†¬† 125

– ¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬† – ¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬† – ¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬† – ¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬† –

TOTAUX                  724    422    303    725    1017

S√ČRIES DE LA COUPE ¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†

                                                                     Pun.

SAISON                P. J.    B.      A.       Pt. En

                                                                     min.

1942-43 ………… ¬†¬† –¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬† –¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬† –¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬† –¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬† –

1943-44 ………… ¬†¬† 9 ¬†¬†¬†¬†¬†¬† 12(a) 5 ¬†¬†¬†¬†¬†¬† 17 ¬†¬†¬†¬† 10

1944-45 ………… ¬†¬† 6 ¬†¬†¬†¬†¬†¬† 6 ¬†¬†¬†¬†¬†¬† 2 ¬†¬†¬†¬†¬†¬† 8 ¬†¬†¬†¬†¬†¬† 10

1945-46 ………… ¬†¬† 9 ¬†¬†¬†¬†¬†¬† 7(c) ¬†¬† 4 ¬†¬†¬†¬†¬†¬† 11 ¬†¬†¬†¬† 15

1946-47 ………… ¬†¬† 10 ¬†¬†¬†¬† 6(f) ¬†¬† 5 ¬†¬†¬†¬†¬†¬† l1(g) ¬† 44(h)

1947-48 ………… ¬†¬† –¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬† –¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬† –¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬† –¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬† –

1948-49 ………… ¬†¬† 7 ¬†¬†¬†¬†¬†¬† 2 ¬†¬†¬†¬†¬†¬† 1 ¬†¬†¬†¬†¬†¬† 3 ¬†¬†¬†¬†¬†¬† 14

1949-50 ………… ¬†¬† 5 ¬†¬†¬†¬†¬†¬† 1 ¬†¬†¬†¬†¬†¬† 1 ¬†¬†¬†¬†¬†¬† 2 ¬†¬†¬†¬†¬†¬† 6

1950-51. ……….. ¬†¬† 11 ¬†¬†¬†¬† 9(j) ¬†¬† 4 ¬†¬†¬†¬†¬†¬† 13(k) 13

1951-52 ………… ¬†¬† 11 ¬†¬†¬†¬† 4 ¬†¬†¬†¬†¬†¬† 2 ¬†¬†¬†¬†¬†¬† 6 ¬†¬†¬†¬†¬†¬† 6

1952-53 ………… ¬†¬† 12 ¬†¬†¬†¬† 7 ¬†¬†¬†¬†¬†¬† 1 ¬†¬†¬†¬†¬†¬† 8 ¬†¬†¬†¬†¬†¬† 2

1953-54 ………… ¬†¬† 11 ¬†¬†¬†¬† 3 ¬†¬†¬†¬†¬†¬† 0 ¬†¬†¬†¬†¬†¬† 3 ¬†¬†¬†¬†¬†¬† 22

1954-55 ………… ¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬† SUSPENDU

TOTAUX                  91      57      25      82      142

LEGENDES: (a) Plus grand nombre de buts dans une s√©rie de la coupe. ‚Äď (b) Le plus grand nombre de buts dans une saison. (c) Le meilleur pour les buts dans les s√©ries de la coupe 1945-46. (d) A gagn√© le troph√©e Hart, comme joueur le plus utile √† son club. (e) Le meilleur compteur de buts en 1946-47. – (f) Le meilleur pour les buts dans les s√©ries 1946-47. – (g) Le plus de points dans les s√©ries 1946-47. – (h) Le plus grand nombre de minutes de punitions dans une s√©rie de la coupe. – (i) Le plus de buts dans la saison. (j) le plus de buts dans les s√©ries. – (k) Le plus de points dans les s√©ries, √©gal avec Max Bentley. – (1) Le plus puni. – (m) Le plus de buts. – (n) Le plus de buts, √©gal √† Bernard Geoffrion.