les Juteau


Chronique familiale de l’ancĂȘtre Jean Juteau

La gĂ©nĂ©alogie des JUTEAU Ă©tĂ© prĂ©parĂ©e avec la collaboration du gĂ©nĂ©alogiste Jean-Jacques LEBEAU.

Contrairement Ă  beaucoup de colons français venus s’installer en Nouvelle-France, l’ancĂȘtre n’utilisait que son patronyme. Toutes les rĂ©fĂ©rences pour lui sont sous le nom de Jean JOUTEAU.

NĂ© le 22 juin 1732 du mariage de Jacques JOUTEAU et Reine FUREDEAU, Jean est originaire de la Province du Maine et Loire, Plus prĂ©cisĂ©ment de la rĂ©gion d’Angers, ville situĂ© Ă  quelques 250 km au sud-ouest de Paris. Son acte de mariage indique qu’il est originaire de la paroisse de St Jean du diocĂšse d’Angers.

Il est difficile de dĂ©terminer avec prĂ©cision les racines de Jean JOUTEAU puisqu’il y a trois localitĂ©s dans la rĂ©gion immĂ©diate d’Angers qui portent le nom St-Jean. On y trouve, en effet, St Jean de Mauvrets, St Jean de la Croix et St Jean des Marais. Laquelle de ces trois localitĂ©s a vu Jean partir pour la Nouvelle France ? Il y a aussi la paroisse St Jean situĂ©e Ă  l’intĂ©rieure mĂȘme de la ville d’Angers ? Donc quatre possibilitĂ©s existent pour dĂ©terminer le point de dĂ©part de Jean. Rien, Ă  ce jour, nous indique son origine exacte, mais une certitude demeure
 Il est originaire de la rĂ©gion immĂ©diate d’Angers.

Jean JOUTEAU serait arrivĂ© en Nouvelle-France vers les annĂ©es 1755-58. Il n’Ă©tait pas soldat, mais un immigrĂ© prĂȘt Ă  devenir un colon tentant sa chance en Nouvelle-France. Étant le dernier enfant masculin de sa famille, il savait qu’il ne recevrait absolument rien, advenant un hĂ©ritage.

Le 11 novembre 1760, Jean JOUTEAU convole en justes noces avec Marie-Josephe DESÈVE, fille de François DESÈVE et de Marie-Anne BOIlARD. Le mariage est cĂ©lĂ©brĂ© en l’Église Notre-Dame de MontrĂ©al par le prĂȘtre et vicaire Jollivet. Contrairement Ă  beaucoup de gens de son Ă©poque, Jean JOUTEAU a signĂ© son acte de mariage, laissant ainsi Ă  sa descendance quelque chose qui lui est propre
 sa signature. Il signe Jean JOUTAUS au bas de l’acte, en compagnie de deux autres tĂ©moins, Charles POTHIER et Michel NEVEU.

Le couple JOUTEAU-DESÈVE n’aura que trois enfants. C’est sur François que repose toutes les gĂ©nĂ©rations suivantes. Suite au dĂ©cĂšs de son Ă©pouse Marie-Josephe, Jean s’unira en deuxiĂšmes noces avec Josephe PAGE. Ce dernier mariage sera cĂ©lĂ©brĂ© Ă  St Vincent de Paul (aujourd’hui quartier de Laval), le 1er juin 1767. Ce mariage n’a laissĂ© aucune descendance.

Jean JOUTEAU, soldat ou simple colon, ou cordonnier comme en fait foi un contrat d’engagement datĂ© du 10 mars 1755. Jean a 22 ans lorsqu’il est engagĂ© avec Pierre THOMAS, 20 ans, pour trois ans, avec une rĂ©munĂ©ration de trois cent vingt livres de sucre brut, par Guillaume NOËL,  capitaine du St Pierre Victorieux Ă  QuĂ©bec.

ArrivĂ© en Nouvelle-France plus de 125 ans aprĂšs les premiers colons, Jean JOUTEAU demeura sur l’Ăźle JĂ©sus la plus grande partie de sa vie.  Il est inhumĂ© Ă  Sainte ThĂ©rĂšse.

L’histoire de Jean et de ses descendants a Ă©tĂ© Ă©tablie sur 9 gĂ©nĂ©rations.