Les Sauvé


Chronique familiale de l’ancêtre Pierre Sauvé dit Laplante

Cette généalogie a été préparée avec la collaboration du généalogiste Jean-Jacques LEBEAU.

L’histoire de Pierre et de ses descendants a été établie sur 9 générations

François Sauvé, né en 1622, épouse quelque part au milieu du dix-septième siècle Marie Malleret, née en 1627. Le couple aura au moins un fils qu’ils prénomment Pierre et qui émigrera bientôt en Nouvelle-France. François exerce le métier de maître tailleur d’habit. Cette famille a très certainement vécu à l’aise si le père tenait boutique. Le titre de « maître » dans un métier était vraisemblablement difficile à obtenir à cette époque. Il fallait débuter bien sûr comme apprenti, ensuite on graduait à compagnon et certains accédaient au dernier échelon soit la maîtrise du métier. Il demeure tout de même probable que François Sauvé possédait un blason relié ou non à son métier. À cette époque beaucoup de roturiers utilisaient ces symboles.

Ce François Sauvé habitant de la paroisse Saint-Pierre-de-Libourne en France, pratique donc le métier de maître tailleur d’habit. C’est du moins ce que déclara son fils Pierre Sauvé dit Laplante sur les registres paroissiaux lors de son mariage à Lachine, près de Montréal. Selon l’archiviste de Libourne, il n’y a pas et il n’y a jamais eu de paroisse Saint-Pierre dans la ville ou dans les alentours de Libourne.

Quant aux registres paroissiaux dans les environs de Libourne ils sont ultérieurs à l’époque de la naissance de Pierre. Les possibilités de retrouver le patelin ancestral s’en trouve donc encore diminuées. Le récit débute donc au Québec en 1684 avec l’arrivée vraisemblable de Pierre Sauvé, un soldat certainement Aquitain ou Breton.

Pierre Sauvé dit La Plante, fils de François Sauvé et de Marie Malleret est né en 1652 à Libourne, diocèse de Bordeaux en Guyenne, (Gironde) et serait décédé le 4 Mai 1737 à Ste Anne, .

C’est en qualité de soldat de la compagnie de Jacques Dumesny, sieur de Noray, qu’il franchit l’Atlantique. Il dû être cantonné soit au Fort Rémy (Fort Lachine) ou au Fort Rolland, situé sur la côte dite de Lachine. Après la démobilisation, Pierre resta au pays et devint cultivateur. En date du 27 février 1696, (Cont. 26 février, Not. Poitier), il prend pour épouse en la paroisse Saints-Anges-de-Lachine, Marie Michau, souvent appelé Marie-Renée, baptisée à Montréal le 18 juin 1677 et confirmée à Lachine en 1688. Elle était la fille de Jean Michau, laboureur et de Marie Marchesseault. (Fille du roi et veuve de Pierre Boutin). Témoins à ce mariage, Jean Paré, commandant au Fort de Lachine, Pierre Jamme dit Carrière Marie-Madeleine Michau, sœur de l’épouse et plusieurs autres.

Le 24 novembre 1698, les pères Sulpiciens lui octroi une terre de soixante arpents en superficie, située au lac Saint-Louis, au Sud-Ouest de l’île de Montréal.

Le couple Sauvé dit Laplante et Michel, naissent treize enfants, dont Pierre-Jacques 24 février 1697 à Lachine, François-Marie 27 août 1698 à Lachine, Pierre 9 mai 1700 à Lachine, Marie-Angélique, 24 février 1702 à Lachine, Louis, 12 mars 1704 Bout-de-l’Ile (Ste-Anne-de-Bellevue), Suzanne, 20 juin 1705 à Lachine, Marie-Joseph, 13 novembre 1707 à Montréal, Félicité, 8 avril 1709 Bout-de-l’Ile(Ste-Anne-de-Bellevue), Charles, 1712, Antoine, 13 avril 1714, Pointe-Claire, Anne, 17 mai 1717 Bout-de-l’Ile(Ste-Anne-de-Bellevue), Madeleine, vers 1719.

Pierre Sauvé dit Laplante décède le 4 mai 1737 et est inhumé sous l’église de Ste-Anne-de-Bellevue (Bout De L’lle, Québec, Canada), à l’âge d’environ 85 ans. Son épouse Marie Michau sera inhumée à Ste-Anne-de-Bellevue, le 19 novembre 1750.

Les Sauvé donnèrent au Québec deux hommes politiques importants:

ARTHUR SAUVÉ, Journaliste, homme politique. Pendant plus de 20 années à l’assemblée législative (1908-1930) il sera député, chef parlementaire, chef de l’Opposition et chef du parti conservateur du Québec. Il sera maire de Saint-Benoît de 1921 à 1923. En 1930, il sera élu député conservateur, dans la circonscription de Laval-Deux-Montagnes, à la Chambre des communes. Il sera Ministre des Postes dans le cabinet de Richard Bennett du 7 août 1930 au 14 août 1935. Ayant décidé de ne pas se représenter en 1935. Il est nommé sénateur de la division de Rigaud la même année. Il occupera cette fonction jusqu’à son décès.

PAUL SAUVÉ (1907-1960) premier ministre de Québec (1959-1960) il étudie le droit à l’Université de Montréal. Le 8 juillet 1930, il est admis au barreau de la province de Québec. Le 4 novembre de la même année, suite à la démission de son père comme député de Deux-Montagnes, le jeune avocat est élu lors de l’élection partielle. À partir de ce moment, exception faite de la période du 25 novembre 1935 au 17 août 1936, Paul Sauvé représente la circonscription de Deux-Montagnes jusqu’à sa mort.

(Note : On indique souvent le nom de famille de son épouse, soit Michel ou Michaud. Michel pour Tanguay et Drouin, Michel ou Michaud pour Jetté et Langlois. Pourtant il est bien indiqué clairement sur l’acte de mariage, Michau. Par contre, sur son acte de baptême elle est enregistrée Marie-Renée Michel. (Tanguay, vol.1, p.543; Jetté, p.1037; Drouin, vol.2, p.1222; DBAQ, vol.4, p.332; Généalogie Famille Larocque Couture; Généalogie Michel-Michau, sur Ancestry .com)