15 décembre 2009


Cette conversation porte sur le marxisme en Amérique du Sud et l’évolution de la démocratie. Aussi l’exemple de la Chine est discuté.

Le 15 décembre 2009

Mansour: Cher ami,

Apres avoir lu ton dernier message je ne pouvais pas m’empecher de me rappeler la fameuse expression francaise: » cachez moi ce sceint que je ne saurais voire ».D’apres toi l’amerique n’avait pas de choix en amerique latine que de supporter tous les mouvements reactionnaires de ce continent tout simplement parce qu’il fallait lutter a tout prix contre les mouvements marxistes dans ce continent. Mais il faudrait peut etre se poser la question suivante: pourquoi les marxistes ont trouve un terrain favora-le pour s’implanter et remettre en cause la domination americaine du nord de ce continent depuis pratiquement l’expulsion de l’espagne dans cette region. Qui a installer les regimes comme celui de -atista a cu-a. Qui a supporte les juntas en argentine et a travers toute l’amerique latine. Pourquoi l’amerique du nord n’avait pas plutot choisi par exemple de supporter les mouvements catholiques et democratiques a travers ce continent pour aider les latinos a se de-arrasser des dictateurs a la sold des grands proprietaires agricoles a la sold de la fameuse compagnie americaine »the united fruit compagny ».Est ce que l’amerique du nord etait principalement interessee a empecher l’implantation de regimes -olcheviques en amerique latine ou est ce qu’elle ne s’interessait en fait qu’a continuer a defendre les grands proprietaires terriens latinos, allies de cette multinationale americaine.

Claude: Oui, il est vrai que le terrain était favorable en Amérique du Sud pour l’implantation du marxisme. Mais de là à blâmer les USA pour la pauvreté de tous les continents, dont l’Amérique du sud, est poussé un peu trop fort. La pauvreté existait partout dans le monde, dont à Montréal où des milliers de personnes vivaient dans une pauvreté abjecte indescriptible. C’était alors comme cela dans toutes les grandes villes. Il est vrai que la «United Fruit» a profité de la situation pour satisfaire ses besoins en Amérique du Sud. Je suis en accord avec toi que ce n’était pas correct. Je n’ai jamais aimé les actions de la United fruit. Mais avec la venue du marxisme, fallait-il ne rien faire? Les USA et les Occidentaux ne pouvaient accepter que l’idéal marxiste s’implante partout dans le monde dont en Amérique du Sud. Aujourd’hui, on peut juger que ce fut une très bonne affaire pour les Sud-Américains.

Mansour: Tu essais de justifier la politique passee des usa a travers le monde sous developpe en me rappelant que la vie des cu-ains ou des algeriens par exemple n’est en fait que la consequence du systeme economique socialiste adopte par ces regimes soit disant marxistes. Je suis partiellement d’accord avec toi. Il ne fait pas de doute que cu-a et l’algerie ont mene des politiques economiques desastreuses pendant des decenies. Mais il faut tout de meme reconnaitre que le -locus economique impose par les usa sur cu-a en particulier n’a pas donne -eaucoup de chances a fidel Castro de repondre aux -esoins esssentiels du peuple cu-an. Ceci etant dit il faut tout de meme reconnaitre que cu-a a un ssysteme educatif et un systeme sanitaire qui n’a rien a envier aux pays les plus developpes du monde aujourd’hui. Cu-a, malgre le -locus impitoya-le americain depuis plus de 50 ans n’a certainement pas les pro-lemes de famines que nous voyons tous les jours dans les ecrans meme de la television a travers tous les pays developpes.

Claude: Tu sais bien que je ne suis pas en accord avec toi en rapport avec le blocus américain. C’est une écoeurantrie dégoutante. Mais je veux te rappeler que Cuba et Puerto Rico sont devenus indépendants le même jour lorsque les Américains ont vaincus l’Espagne. Je crois que c’était en 1898. Depuis les deux pays ont changés. Cuba avait une longueur d’avance importante sur Puerto Rico en 1959 car il était un pays très avancé, statiquement mieux qu’en Italie. Il faudrait que tu ailles aujourd’hui dans les deux pays pour comparer la qualité de vie des Portoricains et des Cubains. J’ai un condo à PR et je les vois tous les ans. Cela n’a rien à voir avec Cuba qui est pauvre et sans liberté. Les PR sont aussi éduqués, ont aussi un système de santé relativement gratuit, des universités, de l’emploi, une qualité de vie supérieure. C’est un bel exemple de la différence entre le marxisme et la démocratie.

Voici ce que j’écris dans le deuxième tome de mon livre que je suis à préparer :

«Le 15 novembre 1956, Fidel annonce que le temps est venu de se rendre à Cuba, alors que le pays connaît une période de prospérité. Les gangsters américains, sous la direction de leur penseur Meyer Lansky, ami de Batista, développent le jeu, le marché de la drogue et la prostitution (la ville est devenue un grand lupanar avec plus de 13,000 jeunes filles qui pratiquent le vieux métier). Lansky a des plans pour faire de La Havane un nouveau Las Vegas dans la section hors du centre-ville de boulevard El Malecon qui longe la mer . La capitale reçoit annuellement 300,000 touristes américains riches. La vie nocturne est frénétique. Les truands s’enrichissent. Le night-club Tropicana est toujours à guichet fermé. Les hôtels Hilton et Riviera sont en construction. L’industrie sucrière est en plein essor. Les investissements de capitaux américains sont nombreux. Malheureusement, l’expansion économique augmente spectaculairement les inégalités entre les habitants de la capitale et la disparité entre les villes et la campagne. La Havane a un taux d’analphabétisme de 10% contre 43% à la campagne. L’activité culturelle est intense. Si on la compare à l’Amérique latine, la capitale a plus de salles cinéma par habitant, est quatrième pour l’espérance de vie, deuxième pour le nombre de téléphones par habitant et première pour le nombre de téléviseurs par habitant. Cuba a une presse nombreuse qui comprend 58 quotidiens et 129 magazines. Son PIB est comparable avec celui des pays pauvres de l’Europe, tels l’Italie, l’Espagne ou la Grèce. Il y a un lit d’hôpital par 300 habitants contre un pour 875 au Mexique mais 65% sont dans la capitale alors que celle-ci n’a que 22% de la population. Enfin, le taux de mortalité infantile est de 32 par mille habitants et Cuba est en 13ième position dans le monde… devant la France. Par contre, si on les compare au Canada et aux USA dont Cuba est si près, les statistiques n’ont rien à voir».

Mansour: Tu parles toujours de la faillite du monde marxiste te referrant a l’implosion de l’empire sovietique, mais j’espere que tu reconnaitras tout de meme qu’une grande experience marxiste en chine a demontre que ce systeme est aussi capa-le de non seulement reduire les injustices sociales mais permettre a lancer une dynamique de developpement economique et scientifique qui n’a rien a envier au systeme capitaliste occidental.Comparons aujourd’hui les resultats des experiences chinoises et indiennes les 50 dernieres annees. Pendant plus 30 ans la chine avait ete mise en quarantaine par les organisations internationales c omme le fmi et la anque mondiale. Durant toute cette periode l’inde avait profite de plus de 50% de tous les credits que ces institutions avaient mis a la disposition du monde sous developpe pour soit disant lutter contre la pauvrete, alors que la chine n’etait meme pas elligi-le pour recevoir cette aide a cause du veto de tout l’occident. Mais la chine de mao n’a jamais connu les famines que l’inde connait a ce jour.Mieux encore, la chine sans changer son systeme politique a depuis plus de 20 ans ete l’envie du reste du monde. Qui aurait pense,dans les annees 1980, que la chine allait devenir le -ailleur de fond du pays le plus puissant du monde. Comparons la reaction de la c hine aux reactions du reste du monde a la crise economique et financiere que nous vivons a ce jour.Aujourd’hui la chine est en position de realiser un taux de croissance economique depassant 10% alors que l’europe et l’amerique du nord sera heureuse d’eviter une nouvelle depression apres les fameuses mesures d’urgence decidees l’annee derniere. Alors que l’amerique ne sait plus comment faire revivre son industrie manufacturiere et notamment dans le domaine de l’automo-ile, la chine vient tout d’un coup devenir le plus grand marche de l’automo-ile, depassant l’amerique, la meque de cette industrie depuis ses de-uts.

La Chine est vraiment un exemple de succès incroyable. Le pays a changé du tout au tout depuis la mort de Mao. Il est devenu enfin une grande puissance du monde même si son PIB n’est pas encore très élevé par rapport aux USA. C’est le Japon de l’après guerre et la Corée qui suivit. On produit tout, à bas coût pour tout le monde de la planète. Incroyable. Mais le peuple n’est pas libre et les individus ne peuvent faire valoir leurs talents. Le jour où le système politique changera et que les barrières à l’épanouissement intellectuel des Chinois s’ouvriront, ce sera extraordinaire. Comme le Japon après sa période de fabrication de camelote, les Chinois produiront des produits originaux de haute qualité inventés et désignés par eux. Aujourd’hui c’est du marxiste capitaliste. Çà ne vaut pas la démocratie capitaliste. Certes un grand nombre de Chinois sont sortis de la pauvreté mais il y a encore des millions qui demeurent très pauvres et non instruits. Et des millions insatisfaits du régime.

Ceci etant dit je suis entierement d’accord avec toi quand tu parles de la li-erte individuelle. Mais cette li-erte doit tout de meme etre attachee a certaines valeurs sociales qui empechent tout de meme l’exploitation des populations les plus pauvres de chaque societe. Je t’avoue que je n’ai pas de solution a ce pro-leme eternel. Mais s’il te plais acceptes au moins que ce n’est pas les systemes politiques theoriques qui avancent la lutte contre toutes sortes d’injustices des societes humaines mais ce sont surtout les gens responsa-les des decisions fondamentales dans le domaine de la construction des richesses et leur distri-tions dans une societe ou une autre.

Je suis entièrement d’accord avec toi. Nos sociétés doivent protégés les plus faibles. Personne ne doit être négligé. Le Canada est un bon exemple comment on doit agir. Un pays démocratique avec des lois sociales importantes pour protéger les plus petits. Ce sont des hommes et des femmes canadiennes qui ont pensé ce système et voter les lois que nous avons. Comme tu dis, des gens avec un haut sens de responsabilité.

Ceci etant dit je suis fondamentalement d’accord avec toi qu’il faut toujours supporter tous les efforts pour permettre a tous les individus de s’organiser comme ils veulent.Mais ce n’est pas du tout ce que poursuit tout le monde occidental,meme avec le leadership d’o-ama. Toi meme tu demandes a ce que les afghans aient le droit de s’exprimer li-rement mais en meme temps tu veux interdire aux tali-ans de participer a ce de-at politique.-ientot nous allons apprendre que nous n’avons pas le droit d’exprimer nos intentions politiques tout simplement parce que nous ne croyons pas aux decrets chretiens ou judaistes, eet encore moins si tu ne n’appartiens a aucune religion.

Je suis d’accord avec la nouvelle politique d’Obama de ne pas faire la guerre à tous les Talibans mais aux fomenteurs de troubles que sont les fondamentalistes. Par contre, tu exagères beaucoup lorsque tu affirmes que les musulmans ou d’autres n’auront «pas le droit d’exprimer leurs intentions politiques tout simplement parce qu’ils ne croient aux décrets chrétiens ou judaïstes, et encore moins s’ils n’appartiennent à aucune religion». Vraiment quand tu charries, tu charries…

Amicalement

Claude

Pas de commentaire

Ajoutez un commentaire