au 12 janvier 2003


Ce dialogue traite de l’écriture d’un livre que Claude veut entreprendre, du blâme constant qui est mis sur le dos des USA pour tous les péchés du monde et de la transformation de la Chine.

Au 12 janvier 2003

Mansour: Mon frère Ali m’a annoncĂ© qu’il avait rĂ©ussi Ă  ouvrir ton attachement concernant la 3ième guerre mondiale.. Je suis sĂ»r que tu seras un peu Ă©tonnĂ© par ses rĂ©ponses. Mais cela te donnera certainement Ă  rĂ©flĂ©chir. En tous les cas, tu peux ĂŞtre certain qu’il est très intĂ©ressĂ© du sujet que tu as abordĂ©. Et il a certainement beaucoup plus de connaissances historiques dans ce domaine que moi, pour engager une sĂ©rieuse discussion Ă  ce sujet.

Claude: Merci. Nous avons déjà échangé deux messages sur le sujet et je trouve cela très intéressant.

Mansour: Mais je t’Ă©cris encore une fois de plus aujourd’hui mĂŞme car je me suis rendu compte après avoir annoncĂ© Ă  mon frère ta proposition d’Ă©crire un livre commun, qu’en fin de compte mon frère Ali est peut ĂŞtre mieux placĂ© que moi pour justement arriver Ă  la finalitĂ© de ton projet. Tout d’abord, il a Ă  quelques mois près le mĂŞme âge que toi donc on parlera d’un parallèle historique de deux civilisations au sens rĂ©el du terme. Il est nĂ© en mars 1931 et tu es nĂ© en 1932. Vous avez fait le mĂŞme chemin Ă  travers votre vie dans des circonstances totalement diffĂ©rentes. De plus il a plus de «credentials» dans le domaine de sa formation, puisqu’il a Ă©tĂ© jusqu’au bout de la formation acadĂ©mique islamique en AlgĂ©rie. Il a fait ses Ă©tudes secondaires dans la medersa (Ă©cole franco musulmane en AlgĂ©rie), et il a mĂŞme fait ses Ă©tudes supĂ©rieures Ă  Alger dans le domaine des Ă©tudes supĂ©rieures islamiques et arabes Ă  l’universitĂ© d’Alger avant de prendre le maquis pour lutter contre le colonialisme français.

Claude: Je comprends très bien ce que tu dis et je n’ai pas d’objection. Il faudrait en parler davantage. Le but du livre est en somme, de mettre en parallèle la vie de deux hommes issus de deux civilisations totalement diffĂ©rentes. Et cela peut se faire avec toi et moi. Tu as aussi une expĂ©rience additionnelle Ă  cause de ta vie aux USA. Tu pourrais puiser dans tes expĂ©riences passĂ©es et te faire aider par ta famille. Il faut y rĂ©flĂ©chir davantage et peser les avantages d’une solution ou d’une autre.

Mansour: Mais plus je pense Ă  ce projet que tu proposes et plus je crois qu’il serait peut ĂŞtre utile d’Ă©largir le champ des contribuables Ă  ce projet. Ne serait-il pas intĂ©ressant, par exemple, d’inclure un ou deux français, qui ont vĂ©cu le cauchemar de la guerre d’AlgĂ©rie. Il faudrait aussi inclure le rĂ©cit d’Ahcène, qui a entre parenthèses un projet d’Ă©crire l’histoire du lycĂ©e de Tizi Ouzou durant la guerre de libĂ©ration.

Claude: Il ne s’agit pas de faire le procès de la guerre d’AlgĂ©rie, ni celui de la France, mais de parler de tout cela en fonction de nous, des effets autour de nous et sur nous, etc…On parlera Ă©videmment d’Ahcène, de ma rencontre, etc… mais cela fera partie de mon histoire et de la tienne. Je sais qu’Ahcène collaborera pour nous rappeler les faits importants de nos relations et son point de vue, mais je crois que ces textes devront s’incorporer dans les nĂ´tres afin de prĂ©senter une image rĂ©aliste de ces moments de nos vies.

Mansour: Comme tu vois dès que tu m’as branchĂ© sur ce projet je n’arrĂŞte pas de penser Ă  l’Ă©largissement de son contenu. Si nous devons raconter l’histoire d’une pĂ©riode critique de l’histoire de l’humanitĂ© ( la dĂ©colonisation et la guerre froide), sans parler du sujet qui nous concerne particulièrement ces derniers temps Ă  savoir le conflit de civilisation entre le monde occidental et le monde musulman d’une manière gĂ©nĂ©rale, je crois qu’il serait utile de rĂ©flĂ©chir Ă  une plus grande esquisse du tableau que nous voulons prĂ©senter aux gĂ©nĂ©rations futures.

Claude: Je suis d’accord et nous parlerons de tout cela en commentant le monde autour de nous. C’est notre biographie qui reflètera l’histoire du monde dans lequel on a vĂ©cu. Mais Ă©videmment on ne pourra Ă©crire tous les dĂ©tails de cette histoire du monde, mais nos rĂ©fĂ©rences devront ĂŞtre capables d’expliquer les enjeux, les Ă©volutions, les rĂ©sultats. Ne pas oublier aussi que nous avons vĂ©cu dans le monde de la rĂ©volution industrielle, d’inventions extraordinaires, d’informatique, de l’introduction de lois sociales, etc….

Mansour: Je t’avais averti que mon frère allait rĂ©pondre Ă  ton rĂ©sumĂ© d’une manière très directe et mĂŞme choquante. Tout ce que je peux te donner comme conseil c’est de toujours te rappeler qu’Ali a pris les armes contre l’armĂ©e française qui Ă©tait entièrement Ă©quipĂ©e par les USA dans le cadre de l’OTAN. Il a vĂ©cu les souffrances causĂ©es par les bombes incendiaires du napalm et des avions de reconnaissance amĂ©ricains qui pouvaient dĂ©tecter les groupes armĂ©s algĂ©riens mĂŞme quand ils se cachaient sous l’ombre d’une forĂŞt.

Claude: Merci des conseils. Le passé ne doit pas cependant nous faire oublier d’être réaliste et de traiter des questions d’aujourd’hui à leur mérite et non pas sur la base d’états d’âme prenant exclusivement racines dans notre passé.

Mansour: MĂŞme les casques des militaires français Ă©taient offerts par la gĂ©nĂ©rositĂ© amĂ©ricaine. Tout comme moi, mon frère Ali est vraiment très admiratif des principes politiques qui ont crĂ©Ă© la nation amĂ©ricaine, mais tout comme moi il ne peut pas pardonner aux USA tout le mal qu’ils ont fait dans le passĂ© et Ă  ce jour Ă  travers tous les pays oĂą les mouvements de dĂ©mocratisation ont Ă©tĂ© rĂ©primĂ©s toujours avec sinon l’assistance directe amĂ©ricaine du moins en fermant les yeux.

Claude: Cela est sûrement vrai, mais tout mettre sur le dos des USA est trop fort et trop facile. Les «amis du roi» du Maroc, tyrannisés par lui, auraient dû depuis longtemps le renverser surtout du temps de Hassan II et probablement du temps de son père Mohammed V. Cela n’a rien à voir avec les Américains. Ces sont des hommes qui ont bénéficié des largesses du roi, ou qui l’ont craint et qui ont laissé faire. Et ailleurs, lorsque les colonels égyptiens en eurent assez du roi Farouk et firent la révolte sous la direction de Nasser (avec l’aide des soviets), puis implantèrent un nouveau régime dictatorial. Et la Lybie, et la Tunisie, et combien d’autres. Même les Algériens qui ont finalement, en 1962, renversé le régime colonial français, se sont vus imposer la dictature du FLN par les colonels ou d’autres, et cela malgré qu’ils aient eu l’exemple de la démocratie française, berceau des droits de l’homme. Sans parler des accords d’Evian. Et si tu me dis que c’est parce que les Américains ont fermé les yeux, eh bien….

Ceci Ă©tant dit, je veux faire une mise au point sur mon opinion envers les AmĂ©ricains: Le peuple amĂ©ricain est un grand peuple qui a Ă©tĂ© touchĂ© profondĂ©ment le 9/11. Il ne sait plus oĂą donner de la tĂŞte. Il ne comprend pas pourquoi on se retourne contre lui. Il ne saisit pas l’importance du conflit IsraĂ©lo-Palestinien sur les consciences des habitants de la planète. Les AmĂ©ricains sont très patriotes. Depuis ma jeunesse, je vais aux USA (la frontière Ă©tant situĂ©e Ă  125 km de chez moi) et j’ai toujours Ă©tĂ© surpris du grand nombre de drapeaux amĂ©ricains que j’y voyais. AccrochĂ©s aux maisons, sur les parterres, dans les parcs, au haut des Ă©difices commerciaux et industriels, partout, Ă  l’annĂ©e longue, ils affichent fièrement leur attachement Ă  leur pays. Ils croient Ă  l’«american dream» et que leur qualitĂ© de vie n’est le fruit que des USA. Un très grand nombre a Ă©tĂ© participant dans les forces nationales, a vĂ©cu des conflits guerriers pour lesquels il a fait le sacrifice de parents et enfants, et cela, entre autres, tout en soudant ce peuple lui a donnĂ© le rĂ©flexe de toujours respecter son chef, le prĂ©sident, de le suivre car il le croit agir dans son intĂ©rĂŞt.

Avec Clinton, les Américains étaient affables, avec Bush ils sont provocants. Comme explique Lechypre, la droite reaganienne a repris le pouvoir et impose sa voie. Avec le 9/11, elle a trouvé le terrain fertile pour faire croître rapidement ses aspirations. Ce sont les USA d’abord, les USA ensuite et les USA toujours, “me, myself and I”. Je crois que ti-Bush, faible intellectuellement, est avant tout, un animal politique hors de l’ordinaire qui s’est vite adapté aux orientations que lui impose cette droite pure et dure.

La télé américaine, comme dans tous les pays, devient un instrument de propagande dans les mains de ceux qui la contrôlent. Et actuellement, le parti Républicain contrôle les médias. Il a réussi à planter des animateurs radiophoniques ou télé partout, qui normalement devraient être neutres, mais qui sont en fait des agents du parti et de la droite conservatrice. Ils ne s’en cachent même plus tellement les victoires électorales les ont rendus arrogants. A journée longue, ils louangent les positions de ti-Bush et dénigrent les opposants et les Démocrates en les traitant de gauchistes et de «libéraux» (ils ont fait de ce mot, un mot sale) et y ajoutent quelques fois le qualificatif de marxistes. Aussi cru que cela peut paraître, c’est la réalité. Ainsi, ils ont pu rallier la majorité des Américains au président et la lui conservent nonobstant les coûts exorbitants que ses actions guerrières provoquent, l’augmentation en flèche de la dette, le krach économique possible qui semble en pleine évolution, les faillites records d’entreprises importantes, la souffrance croissante des pauvres, le nombre grandissant de chômeurs sans assurance et les 45 millions d’Américains sans protection médicale, etc… Les moutons suivent… oui aveuglément.

Cependant, je ne désespère car je sais que les Américains sont fondamentalement de bonnes personnes. Les élections présidentielles sont à l’horizon et la crise économique connaîtra probablement son point culminant à ce moment-là. Il y a des possibilités que ti-Bush, comme son père qui était imbattable après la guerre du golfe, rencontre son Waterloo à cause de l’économie. Si les Démocrates se donnent un chef avec une allure digne de leader ils peuvent peut-être le renverser. Ce ne sera cependant pas facile car ti-Bush est très fort électoralement.

Mansour: A chaque fois qu’il y a eu une crise politique dans le monde arabe en particulier, les USA se sont toujours rangĂ©s du cĂ´tĂ© des oppresseurs et des dictateurs. Mais malgrĂ© cette rĂ©alitĂ© indĂ©niable, tu te demandes pourquoi les arabes ne reconnaissent pas que les USA ont rendu un grand service Ă  toute l’humanitĂ© en dĂ©truisant l’empire soviĂ©tique quelques soient les instruments utilisĂ©s (la promotion d’un fondamentalisme islamique violent par exemple) et les consĂ©quences de ces actions sur l’avenir de la situation politique de tout le monde arabe aujourd’hui.

Claude: Tu mêles tout. L’utilisation des islamistes n’a été qu’une légère facette de toutes les actions que les USA ont fait pour contenir l’expansion des Soviets et finalement assurer l’implosion du régime communiste. Monter cela en épingle n’est pas rendre justice à la réalité.

Mansour: De plus, tu te demandes pourquoi les pays arabes ne se rĂ©voltent pas contre tous les tyrans qui les ont empĂŞchĂ©s de se faire valoir depuis du moins les annĂ©es 50. VoilĂ  une contradiction dans ton raisonnement qui m’a toujours Ă©bahi.

Claude: HonnĂŞtement, je ne vois pas la contradiction puisque ce sont deux sujets bien distincts que je traite et juge chacun Ă  son tour. Que les USA manipulent les islamistes a quoi Ă  faire avec le renversement de gouvernements fantoches dans les pays arabes ?

Mansour: De l’Atlantique au golf persique je te citerai les rĂ©gimes qui ont Ă©tĂ© supportĂ©s farouchement par les USA: le royaume du Maroc, le rĂ©gime dictatorial actuel en AlgĂ©rie, les rĂ©gimes policiers de la Tunisie et de l’Égypte, les Ă©mirats en Arabie y compris l’Arabie saoudite et mĂŞme la Jordanie. Cites- moi une seule activitĂ© amĂ©ricaine pour la promotion de la dĂ©mocratie dans le monde arabe aujourd’hui. Bouteflika qui a dĂ©jĂ  prĂ©parĂ© le lit d’un rĂ©gime islamique en AlgĂ©rie ne trouve aucune difficultĂ© Ă  se faire applaudir par non seulement Bush mais mĂŞme par Chirac.

Claude: Tu te plaignais au lendemain du 9|11 que les USA ne levaient pas le petit doigt pour aider l’Algérie avec son problème des islamistes. Et aujourd’hui, alors que ti-Bush aide Bouteflika à agir, tu traites le régime de ce dernier de dictatorial. A ce que je sache, Bouteflika a été élu et cela est beaucoup mieux que Boumediene, Chadli et les autres qui ont imposé leur gouvernement ultra socialiste au peuple algérien. Ne crois-tu pas honnêtement que tu exagères énormément: Bouteflika un islamiste ?

Mansour: L’AmĂ©rique est lĂ  parce que l’AlgĂ©rie reste un vaste territoire Ă  explorer pour dĂ©couvrir de nouvelles rĂ©serves pĂ©trolières et gazières. L’AmĂ©rique est une fois de plus devenue la porte parole de (l’international Fruit compagnie).

Claude: Oui, il est vrai que les USA comme gouvernement nous donnent l’impression d’avoir pris la succession de l’IFC. Et le pétrole n’étant pas loin, il est aussi vrai que l’on peut les affubler de desseins égoïstes. Mais est-ce vrai ?

Mansour: Tout comme le passĂ©, quand l’AmĂ©rique avait le pouvoir absolu sur toute l’AmĂ©rique du sud, elle se sent aujourd’hui tellement forte qu’elle ne s’intĂ©resse qu’aux intĂ©rĂŞts particuliers de ses multinationales. Personnellement je ne lui en veux pas du tout. C’est une rĂ©action rationnelle que toute nation mise dans cette position aurait prise. Cela ne veut pas dire que suis obligĂ© de l’applaudir.

Claude: Moi, je ne les excuse pas et surtout je ne les appuie pas. Mais je ne veux pas créer de chimères pouvant me dérouter dans ma critique de leurs politiques.

Mansour: Mais si Dieu nous prĂŞte vie, comme on dit, je suis sĂ»r que cette politique arrogante des USA aura finalement des retombĂ©es nĂ©gatives sur la nation qui en a profitĂ©, comme dans le passĂ©. A mon avis, dans moins de 30 ans l’AmĂ©rique sera enfin obligĂ©s de faire face Ă  une puissance Ă©conomique et militaire europĂ©enne d’une part et Ă  un gĂ©ant chinois qui est dĂ©jĂ  en phase de mĂ©tamorphose rapide. Qui aurait pensĂ© que ce peuple chinois, avec un des revenus par tĂŞte les plusbas du monde, soit sur le point de rejoindre les USA et la Russie dans la conquĂŞte de l’espace ?

Claude: Nous avons déjà parlé dans le passé de la montée de la CE. Et j’ai aussi estimé qu’elle sera la prochaine puissance mondiale. Il y a cependant des conditions et nous les connaissons. Elle se doit d’être unie, parler avec une voix sur les sujets de la politique internationale et posséder les moyens militaires de supporter ses positions. Quant aux Chinois, il me semble, maintenant, comme toi, qu’ils sont loin en arrière. Ils devront cependant renforcer leur économie, basée à ce jour sur les bas salaires, car elle peut vitement s’évaporer si la crise économique s’empare soudainement des USA et des pays Occidentaux. Que feront-ils sans commande? Ils n’ont pas les outils, à ce jour, pour devenir une puissance mondiale en rapport avec l’économie. Mais cela change vite. Quant à leurs succès dans l’espace, cela démontre bien que le génie chinois peut accomplir même les tâches les plus difficiles. Bravo pour eux !

Mansour: L’Ă©mergence rapide de la Chine comme une nouvelle puissance mondiale me rappelle un peu le fameux livre de George Orwell – 1984. Toi et moi sommes d’accord qu’un conflit dĂ©vastateur se prĂ©pare ou est dĂ©jĂ  en action entre le soit disant « monde musulman » et le soit disant « monde judĂ©o-chrĂ©tien ». Mais je me demande si nous ne nous trompons pas de cible rĂ©elle. Je commence Ă  croire de plus en plus qu’il y aura un conflit militaire, par acteurs intermĂ©diaires, entre l’hĂ©gĂ©monie amĂ©ricaine d’une part et les nouvelles puissances qui demanderont une place autour de la table. Le monde islamique deviendra alors le fameux 4ième continent de George Orwell.

Claude: Je ne crois pas que les puissances intermédiaires feront dans un premier temps des guerres pour obtenir une place à table, comme tu dis. A mon avis, on ne choisit pas sa cible car elle se définit d’elle-même. Le temps la précise pour chacun. Le choc Islam-Occidental est probablement inévitable. Il prendra quelle forme? Voilà la question ! Comment le résoudre, avant qu’il prenne des dimensions incontournables ? Voilà le défi de la génération actuelle et de celles qui viennent.

A bientĂ´t