au 24 janvier 2004


Ce dialogue commente le primaire d’Iowa gagné par Kerry, les prévisions de celle du New Hampshire qui approche, de l’influence des médias et du discours à la nation du président Bush.

Au 24 janvier 2004

Claude: En ce lendemain des caucus de l’Iowa, je veux pour te donner ma première rĂ©action de cette Ă©lection primaire en vue du choix du candidat dĂ©mocrate contre ti-Bush. Je suis heureux que Kerry soit rentrĂ© premier. Avec la belle campagne qu’il a menĂ©e et sa prestation imposante lors des dĂ©bats, il me semblait le meilleur et personnellement j’aurais votĂ© pour lui, nonobstant le fait que j’ai appuyĂ© Dean depuis le dĂ©but de sa candidature. Il me semble que Kerry a l’étoffe d’un prĂ©sident, d’un JFK. Son seul problème est son image. Contrairement Ă  JFK, il en n’a pas beaucoup et en politique je crois que malheureusement cela est fort important en pĂ©riode Ă©lectorale. Kerry est fort, raisonnĂ©, sensible, intelligent, politicien, Ă©loquent, logique, et agrĂ©able. Ce sont ces facteurs qui ont motivĂ© les dĂ©mocrates de l’Iowa de le propulser, en une semaine, Ă  la tĂŞte du peloton des candidats dĂ©mocrates aux primaires. Il me semble qu’il est bien placĂ© pour gagner celle du New Hampshire, la semaine prochaine. Par après, ce sont les États du sud et lĂ  je ne suis pas certain s’il pourra faire aussi bien car il est originaire de la Nouvelle-Angleterre. Si finalement, il est capable de gagner une majoritĂ© de dĂ©mocrates Ă  sa candidature, sera-t-il capable de gagner l’élection? Étant donnĂ© qu’un très grand nombre d’électeurs amĂ©ricains ne s’intĂ©resse Ă  la politique qu’au moment des derniers jours d’une campagne, qu’ils votent sur une impression qu’ils ont des candidats, que Kerry reflète une première image de «je ne l’aime pas», donc pas très bonne, sera-t-il capable d’amener Ă  lui la majoritĂ© nĂ©cessaire pour gagner ? J’en doute car j’ai appris, dans ma carrière d’organisateur politique, que la politique est un commerce d’images et d’illusions. Je serai surpris que cela change avec l’élection qui s’annonce.

Quant à Dean, je dois admettre qu’il m’a grandement désappointé. Son discours hier soir, suite aux résultats, fut moche et tenait plus d’un cri de ralliement de «cheerleader» que d’un discours d’un homme politique aspirant être le chef du pays le plus puissant sur la planète. Cela manquait manifestement de sérieux. Je ne comprends pas sa réaction. Lui qui avait mené, à ce jour, une campagne impeccable et extraordinaire, qui avait de loin la meilleure organisation,qui avait réussi a ramassé le plus d’argent (plus de 40$ millions), qui menait il y a une semaine dans les sondages, voilà que dans un discours retransmis sur toutes les chaînes de télévision nationales, et à la meilleure heure d’écoute, il s’autodétruit. Pourquoi? Il devra se ressaisir s’il veut gagner le New Hampshire où il mène actuellement. S’il réussi, et cela me surprendrait, il fera probablement oublier sa pelure de banane d’hier soir. Je suis très désappointé de la tournure des évènements. Il reste le général Clark et John Edwards qui a surpris tout le monde hier en rentrant un fort deuxième. On verra ce que le NH fera d’eux. Cette course devient de plus en plus engageante et intéressante. Comme toujours, la politique américaine demeure captivante et surprenante. Que penses-tu de la journée d’hier ?

Mansour: Je suis d’accord avec ton Ă©valuation des rĂ©sultats du caucus de l’Iowa. On dit souvent que l’habit ne fait pas le moine, mais en politique c’est exactement le contraire. Avec l’avènement de la tĂ©lĂ©, en particulier, le « packaging » du candidat est plus important que le message, surtout dans les dĂ©mocraties oĂą le pourcentage de participation aux Ă©lections ne fait que diminuer au fur et Ă  mesure des annĂ©es. Mais pour ce concerne John Kerry en particulier, il ne fait pas de doute qu’il a tout de mĂŞme participĂ© activement Ă  la vie politique de ce pays depuis le dĂ©but des annĂ©es 70. Et si les «mass medias» amĂ©ricains pouvaient un jour prĂ©senter les candidats d’une manière Ă©quilibrĂ©e et surtout ne pas les entacher par des opinions «à priori» dĂ©jĂ  formĂ©es avant mĂŞme d’avoir Ă©coutĂ© les candidats. Pour quelques jours John Kerry sera la coqueluche de la presse amĂ©ricaine «the come back kid!!!! Ă  la Clinton. Mais je demande combien de temps il profitera de ce  » Ă©lectoral bump ». Tout d’abord les «mass medias» amĂ©ricains feront tout pour prolonger au maximum les Ă©lections primaires. Pour le moment, c’est un vĂ©ritable filon d’or pour eu, surtout pour l’audio visuel. Plus il y a d’attention du public amĂ©ricain Ă  suivre ces Ă©lections, plus les compagnies de tĂ©lĂ©visions attireront de promoteurs commerciaux. Que feront les MSNBC, FOX, CNN, ABC, CBS et toutes leurs filiales locales, si du jour au lendemain les «political talk shows» retournent aux histoires du chien Ă©crasĂ© dans la rue ou d’un tueur en sĂ©rie ? A mon avis, mĂŞme si Kerry arrive Ă  gagner les primaires du New Hampshire et consolide sa position en tant que chef de file parmi les candidats dĂ©mocrates, les «mass medias» lanceront immĂ©diatement un campagne pour tout d’abord minimiser ses victoires dans l’Iowa et le New Hampshire et feront tout ce qui est possible pour faire remonter un autre candidat, tel que, par exemple, John Edward ou mĂŞme Lieberman qui pourtant n’est qu’Ă  6 % dans les sondages du New Hampshire pour le moment. DĂ©jĂ , moins de 48 heures après l’Iowa la presse amĂ©ricaine fait tout pour crĂ©er une controverse entre John Kerry et Wesley Clark. Et Clark a commis des bavures politiques qui risquent de lui coĂ»ter politiquement, alors qu’il Ă©tait en deuxième position avant le caucus de l’Iowa. Maintenant il se retrouve dĂ©jĂ  en troisième position avec John Edwards qui se rapproche de lui. Très souvent, j’ai vraiment l’impression de regarder un film Ă  la nouvelle vogue Ă  la tĂ©lĂ©  » real tv ». Il ne fait pas de doute que tous les candidats dĂ©mocrates font de leur mieux pour prĂ©senter leurs positions sur diffĂ©rents sujets importants Ă  l’avenir de cette sociĂ©tĂ©, mais la presse amĂ©ricaine se concentre sur les apparences comme tu le dis si bien.

Claude: Il y a beaucoup de vrai dans ce que tu dis. C’est du moins, ce que toi et moi percevons. La cote d’écoute est importante et pour la maintenir les médias jouent avec les candidats comme un gamin avec un yoyo. Le capitaliste a de drôles de réactions parfois. Mais il ne faut pas tout mettre sur le dos des médias. Dean s’est fourvoyé lui-même. Kerry s’est élevé aussi par sa propre force. Le problème de la presse américaine c’est qu’elle coupe court sur les sujets en discussion pour ne relater que les points les plus spectaculaires ou les plus contestés. En somme, on peut dire que les Américains sont mal généralement mal informés sur les politiques d’une campagne électorale.

Mansour: Je ne sais pas si tu as vu le discours de Bush sur l’Ă©tat de la nation hier. Si les dĂ©mocrates n’arrivent pas Ă  se dĂ©barrasser d’un tel phĂ©nomène c’est qu’il faut croire que l’AmĂ©rique n’a plus qu’un seul parti: les rĂ©publicains. MalgrĂ© une annĂ©e d’occupation de l’Irak par les USA, Ă  ce jour personne n’a pas trouvĂ© une seule trace d’armes de destruction massive, Bush continue Ă  nous dire que l’invasion de l’Irak Ă©tait justifiĂ©e parce que Saddam Hussein Ă©tait sur le point de nous menacer avec ces armes fictives. Il continue Ă  lier l’Irak de Saddam Hussein Ă  el QuaĂŻda alors que mĂŞme ses propres services reconnaissent qu’il n’y a pas de preuves que Saddam Ă©tait liĂ© Ă  el QuaĂŻda. Mais ce qui m’a vraiment irritĂ© a Ă©tĂ© sa prĂ©sentation de la situation Ă©conomique et sociale du pays. Voila un prĂ©sident qui durant 3 annĂ©es a fait perdre plus de 3 millions de postes de travail. En novembre, plus de 350,000 chĂ´meurs ont perdu tout espoir de trouver du travail et se sont retirĂ©s tout simplement de la force de travail aux USA. Mais tout va très bien madame la marquise, comme disait Diderot, je crois. Le budget fĂ©dĂ©ral qu’il nous propose pour 2004 crĂ©era un dĂ©ficit de près de 500 milliards de dollars (chiffre record dans l’histoire des usa). Il nous propose une rĂ©forme du secteur sanitaire qui coĂ»tera plus de 450 milliards de dollars et qui ouvre la porte Ă  la privatisation totale de ce secteur. Le programme d’assurance mĂ©dicale publique (Medicare) protĂ©geant les vieux en particulier risque de disparaĂ®tre. Mais Bush nous assure que tout le monde sera en meilleure position de se faire soigner. Tu te souviens de son fameux programme  » no child left behind ». Figures-toi qu’il va rĂ©duire le budget de ce programme par plus de 300 millions de dollars. Mais la chose qui m’a complètement sidĂ©rĂ© c’est que dans son message Ă  la nation, il nous appelle Ă  soutenir nos braves soldats qui sont en train de mourir pour nous protĂ©ger des terroristes internationaux en Irak ou en Afghanistan et pourtant son budget pour 2004 rĂ©duit l’enveloppe pour l’assistance mĂ©dicale aux vĂ©tĂ©rans de ce pays par 300 millions de dollars. Tout en demandant Ă  toutes les populations pauvres de son pays de serrer la ceinture un peu plus, il demande au congrès de reconduire sa loi sur la rĂ©duction des impositions fiscales qui bĂ©nĂ©ficient en grande majoritĂ© les plus riches de ce pays. Ce discours me rappelle un beau poème Ă©crit par un Ă©tudiant algĂ©rien en 1956 dans lequel il disait: » engagez vous, rĂ©engagez vous pour que vive la France et meurt l’AlgĂ©rie ». Il faisait allusion Ă  tous les pauvres AlgĂ©riens qui avaient dĂ©fendu la France contre l’Allemagne entre 1939 et 1945, pour se retrouver massacrĂ©s dans les villes de Setif, Bourdj Bouararidj et Ă  travers tout le constantinois, figures-toi bien le 8 mai 1945 quelques jours après la fin de la deuxième guerre mondiale. Et tout ce que demandaient les AlgĂ©riens, ces jours lĂ , c’Ă©tait de faire appliquer les promesses de Roosevelt de 1942, je crois Ă  Casablanca au Maroc, quant il avait promis le droit Ă  l’autodĂ©termination Ă  tous les peuples du monde. Comme tu vois, je prends une tangente Ă  chaque fois que j’en ai l’occasion. Mais je trouve que ce poème traduit très bien la politique de l’actuel occupant de la Maison Blanche. Ce qui me rend vraiment triste, c’est que malgrĂ© untel dossier contre Bush, les dĂ©mocrates n’arrivent pas Ă  prĂ©senter une stratĂ©gie cohĂ©rente capable de mettre le roi nu devant le public AmĂ©ricain.

Claude: Oui, j’ai écouté son discours à la nation. Comme toi, je trouve que ti-Bush n’est pas à la hauteur de la situation. Il dit n’importe quoi pour justifier sa décision d’être aller en guerre en Irak. Un jour prochain, quand ce sera très clair qu’il n’y a d’armes à destruction massive dans ce pays, il niera avoir dit cela et justifiera sa guerre avec une autre raison. C’est un grand patineur de fantaisie qui virevolte pour reprendre une autre direction sans tomber. Ses prévisions budgétaires sont impensables. En tant que Canadien, je suis abasourdi. Je ne suis pas habitué à voir mon gouvernement dépenser sans compter et surtout créer un déficit incroyable et augmenter la dette à un niveau dangereux. Les Canadiens devant un tel budget réagirait vite et le gouvernement serait renversé dès la prochaine élection. Il est très surprenant qu’un républicain ose faire cela mais ce qui est plus surprenant, c’est que le parti républicain ne rechigne pas devant autant d’audace. C’est le parti qui a toujours préconisé le contraire de ce que Bush fait. Avec son air d’incompétent, il réussi quand même à contrôler son parti. Je me dois de reconnaître qu’il me surprend de ce côté là. Ti-Bush est fort. Très fort.

A bientĂ´t comme toujours.